Spirou file à l’anglaise et le Brexit fait son comics out

Petite Mini Cooper cherche son chemin entre deux eaux. Sauf coup de théâtre, après l’heure du thé de ce mois de mars, le Royaume Uni reprendra son indépendance et sortira des eaux européennes. Depuis quelques mois, le Brexit est devenu un marronnier des médias traditionnels et généralistes. Et dans le rush, il est parfois difficile de trouver la bonne profondeur pour vulgariser et rendre intelligible un phénomène économique, politique et social aux nombreuses répercussions. Entre la marmelade et les After Eights.

© Bertschy chez Spirou

C’est pourquoi Spirou et son armée pacifique de héros et d’auteurs de bd amènent sa science (sur les bonnes bases jetées par feu le magazine Groom mais aussi une ADN présente depuis longtemps déjà) dans un numéro spécial « Brexit or not Brexit » en librairie dès ce mercredi 6 mars. Un groom bien intentionné depuis 80 ans vous sauve la mise. God bless you.

© Terreur Graphique chez Spirou

Au fil de 52 pages, des artistes affûtés étudient la question sous divers aspects (les pour et les contre), se prolongeant et se recoupant les uns les autres sans se marcher sur les pieds. Tous se sont débrouillés pour que le sujet soit leur cup of tea. Avec humour (que vont devenir nos albums de musique made in England, légion dans nos étagères) mais aussi inquiétude (le spectre de la guerre d’Irlande qui n’a jamais été aussi proche, la montée du racisme).

© Trondheim chez Spirou

Dans des styles graphiques et informatifs tous azimuts, Terreur Graphique, Lewis Trondheim Fabrice Erre, Fabcaro, Bouzard, Philippe Bercovici, Frédéric Neidhardt, Christophe Bertschy, etc. trouvent les mots et les dessins pour faire sourire et réfléchir. Puis Dupuis a aussi eu, sur une page, la bonne idée de convier cinq artistes anglais pour s’exprimer (James Gifford, Quinton Winter, Hunt Emerson, Chris Garbutt et Felt Mistress) et d’interviewer Charlie Adlard, dessinateur des redoutables Walking Dead.

© Felt Mistress chez Spirou

Un beau tour d’horizon sans grande littérature mais dans le vif d’un sujet qu’on comprend sans forcément s’y attendre (le principe de Spirou étant avant tout de divertir) un peu mieux. On ne voudrait pas être sous le chapeau d’ Elizabeth! Ça doit chauffer.

© Carbone/Cunha chez Spirou

En librairie dès ce mercredi 6 mars, 52 pages, 2,50€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.