Quand le plaisir et la fraternité font loi: une journée dans l’univers onirique de la MIA

La Made In Asia Bruxelles… ou quand la bande dessinée nippone s’invite dans notre plat pays. En immersion complète dans le temple du manga et des animés, là où Sangoku côtoie Stitch et des personnages étranges issus de mondes steampunks. L’événement revient du 8 au 10 mars à Brussels Expo. Pour vous donner l’envie d’en avoir envie, retour sur mon expérience des années précédentes, en famille.

Samedi matin, après une bonne nuit de repos, je me prépare à affronter le pire cauchemar:… la perte d’un accessoire ou une partie de costume de mes filles. Non, je ne prépare pas le carnaval, ni la fancy fair de l’école du village mais la Made in Asia de Bruxelles.

Cela fait plusieurs mois qu’on prépare ce déplacement dans notre capitale. Depuis la Rétro MIA de Namur pour être plus précis. Entre la commande de nouveaux costumes et les amis qui se rajoutent  (on était 6, nous voilà désormais 9, plus on est de fous plus on rit), ce laps de temps est vraiment nécessaire. Ayant grandi avec Sangoku, Albator ou encore Candy (oui je sais c’est un truc de fille mais je partageais la télévision familiale avec ma grande soeur) et mes filles qui sont fans de la génération actuelle, on ne peut louper ce pèlerinage.

Bref, Je reprends le fil de la journée. Après l’ultime vérification des cosplays et l’arrivée de tout le monde, nous montons dans la voiture. Direction, le Heysel. La route se passe plutôt pas mal malgré quelques embouteillages à la vue de la sortie « Expo ». Une fois garés, nous basculons dans la quatrième dimension. Un Pikachu donne la main à Cendrillon et l’équipage de One Piece fait la fête devant la voiture. On se sent enfin revenir au Pays Imaginaire. L’ambiance est au beau fixe et nous nous dirigeons vers l’entrée. Nous y croisons pas mal de cosplayers mais aussi des petits « vieux » (heu… j’ai 42 ans) qui viennent en curieux… ou parce qu’ils souffrent du syndrome de Peter Pan.

On se dirige directement vers les exposants. Mon objectif de la journée est d’acheter les trois sabres de Zoro Roronoa pour mon cosplay. J’attends toujours la MIA pour acheter des accessoires et des goodies car ils se trouvent à un prix raisonnable, de belle facture et il y a beaucoup de choix. Avec le recul, c’était une erreur! J’ai finalement acheté des répliques métalliques et, au bout d’une journée, ça pèse lourd (note à moi-même: à ne pas refaire!!!). Mes filles et les amis trouvant leur bonheur également, nous entamons notre visite proprement dite.

Nous nous baladons tout abord pour rencontrer des cosplayers « amateurs » dans le dédale d’allées qui composent les différents halls. Après quelques superbes photos avec nos héros du jour et de nombreux câlins (l’amour avec un grand A survole le salon et on se prends volontiers dans les bras des uns et des autres), nous nous rendons dans le hall du concours de cosplay. Là, nous nous prenons une grosse claque visuelle.

La beauté des costumes et l’interprétation de certains professionnels du déguisement sont tout simplement bluffants. Je pense à Estelle Aylen Lovelli pour sa performance de Grell. Juste divine! Non seulement il faut saluer leur performance scénique mais également le travail de création. Le nombre d’heures pour la réalisation d’un seul costume est énorme. Car, parfois, il n’existe aucun patron et les cosplayers dessinent leur modèle d’après leur manga ou anime. Certains en présente un par jour pendant toute la durée du salon.

Ensuite, retour sur les chemins de traverse et nous nous dirigeons vers l’exposition dédiée à l’univers d’Akira Toriyama. Mes mirettes n’en reviennent car la qualité des sculptures, le choix des couleurs ou parfois même la folie du mélange de différents univers (un Groot en super sayan) sont incroyables. Toutes les pièces présentées sont uniques et réalisées entièrement à la main.       

On refait un rapide tour pour les derniers achats mangas, nourriture japonaise et nous voila reparti sur la route avec pleins de petites « sylvestres » dans les yeux. Les filles s’endorment et je pense déjà à la Rétro de Namur.

Votre serviteur et son capitaine.

Si vous vous posez la question: « Pourquoi aller au salon? » Je vous répondrais simplement par ceci : Plus Ultra!

Infos et programmes disponibles sur https://madeinasia.be/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.