Règlement de conte à Fairyland : OK qu’on râle

Sainte Marie, mère d’odieux, il fallait bien que ça arrive. Toutes les sucettes ont une fin… et un bâton dans les roues. Gertrude est morte, vive l’ex-reine… dont la punition infernale est de retourner à Fairyland, pays imaginaire plus vrai que nature qu’elle hait tellement. Même morte, voilà qu’on l’enpetitbeurre (hé oui, dans ce conte défait et ce décor de Candy Crush, on sucre les gros mots.

© Skottie Young / Jean-Francois Beaulieu chez Urban Comics

À lire aussi | Il laid-tait une fois I hate fairyland de Skottie Young: conte corrosif et nécrosé

À lire aussi | I hate Fairyland : cons de contes…

© Skottie Young / Jean-Francois Beaulieu chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur : Après avoir instauré un règne de terreur à Fairyland pendant de si longues années, Gert a subitement pris la décision de changer de mode de vie et de devenir quelqu’un de bien. Un moyen, peut-être, d’effacer ses dettes karmiques et d’enfin rentrer chez elle. Sur le point de toucher au but, il n’aura suffi que d’un malheureux accident de sucette pour anéantir tous ses espoirs et finir six pieds sous terre, dans le royaume des Enfers dirigé par son ennemie jurée : Happy !

© Skottie Young / Jean-Francois Beaulieu chez Image Comics

Pour les six derniers épisodes (et un bonus, cinglant, qui anéantit le Image Comics Universe, dont les Walking Dead et Spawn) de sa saga fairytrash, I hate Fairyland, Skottie Young met les bouchées doubles et amène de nouveaux monstres (le diable !!!) et quelques retours fracassants (un dragon pas comme les autres et la Dark Cloudia « shifaitpeur »).

© Skottie Young / Jean-Francois Beaulieu chez Urban Comics
© Skottie Young / Jean-Francois Beaulieu chez Urban Comics

« La pire contre-attaque » et ce n’est jamais pour le meilleur, sauf pour le lecteur. Sans doute y’a-t-il toujours plus d’hémoglobine que de nitro-glycémie, mais le ton reste joyeux et fun, bubble-gum, sarcastique et irrévérencieux.

© Skottie Young / Jean-Francois Beaulieu chez Urban Comics

C’est fou et sous les couleurs dégoulinantes de Jean-François Beaulieu, les contes et leurs personnages de plus en plus agaçants font leur crise de foi. Et nous, de foie. Pourtant, on aurait bien repris un gros morceau de ce gâteau gâteux et qui fait péter les bougies dans une explosion de saveurs immorales.

© Skottie Young / Jean-Francois Beaulieu chez Urban Comics

Heureusement, la fin n’en est pas tout à fait une et Skottie Young laisse entendre qu’il pourrait y avoir des prolongements par mini-séries ! Et on a envie d’y croire. Pourtant, on ne croit plus du tout aux « et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

© Skottie Young / Jean-Francois Beaulieu chez Urban Comics

Série : I hate fairyland

Tome : 4 – La pire contre-attaque (#16 – #20 + FCBD new edition)

Scénario et dessin : Skottie Young (Facebook)

Couleurs : Jean-François Beaulieu

Traduction : Julien Di Giacomo

Genre : Parodie, Conte de fée, Horreur

Éditeur : Urban Comics

Collection : Urban Indies

Éditeur VO : Image Comics

Nbre de pages : 168

Prix : 15,50 €

Date de sortie : le 18/01/2019

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.