Slash, accompagné de Myles Kennedy & the Conspirators, a donné son meilleur concert en Belgique depuis des lustres samedi dernier au Cirque Royal

Samedi dernier le Cirque Royal, plein comme un oeuf, accueillait Slash featuring Myles Kennedy & the Conspirators. Le dernier des guitare heroes, en très grande forme, nous a offert un concert grandiose et diablement rock, entouré de son band de conspirateurs sympathiques. Récit d’une soirée mémorable.

© Jean-Pierre Vanderlinden

Qu’on soit fan de Gun’s N’ Roses ou tout simplement amateur de guitares féroces et virtuoses, le concert de Slash était réellement the place to be, samedi dernier. Plus moyen de se procurer un ticket, le show affichait sold out depuis bien longtemps. Chacun s’attendait à se prendre une grosse claque, et ce fut le cas. Il faut dire que la fête avait déjà bien commencé avec le band qui assurait la première partie Altitudes & Attitude qui n’est autre que le projet du bassiste d’Anthrax, Frank Bello, et de David Ellefson de Megadeth.

Le groupe avait déjà sorti un premier EP en 2014 et, cette fois, il nous propose un album tout neuf et tout chaud sorti le 18 janvier sur le label Megaforce. Sur cet album on retrouve de nombreux invités dont entre autres Ace Frehley (Kiss), Satchel (Steel Panther), Gus G (ex Ozzy Osbourne) ou Nita Strauss (Alice Cooper). Durant trente minutes, Altitudes & Attitude a déroulé devant nous son hard rock burné et mélodique aux riffs irrésistibles au grand bonheur du public qui leur a réservé un accueil plus que chaleureux. Ces types-là sont talentueux et très sympas, la soirée ne pouvait pas mieux commencer.

© Jean-Pierre Vanderlinden

Après vingt minutes d’entracte c’est au Tour de Slash featuring Myles Kennedy & the Conspirators de débouler sur scène. Pour le public, voir son guitariste préféré évoluer dans une salle à dimension humaine à quelques mètres de soi, et non plus sur une scène surdimensionnée comme c’est le cas durant les concerts de Gun’s N’ Roses, est un réel motif de satisfaction.

© Jean-Pierre Vanderlinden

Dès les premiers riffs, la fosse réagit au quart de tour et c’est parti pour deux heures de folie rock n’roll âpre et généreuse. La setlist fait la part belle aux titres tirés des trois albums enregistrés par Slash avec Myles Kennedy & The Conspirators, plus quelques extraits de ses albums solo et seulement un seul titre des Guns : « Nightrain ». Pas de pilotage automatique, le band prend un réel plaisir à jouer, et les sourires sont autant présents sur les visages des spectateurs que sur ceux des musiciens qui s’amusent visiblement beaucoup sur scène. L’osmose entre les membres du groupe est totale et forme une belle cohésion, mème si la majorité des regards sont tournés vers la star, Mister Slash himself .

© Jean-Pierre Vanderlinden

Vocalement, Myles Kennedy est toujours aussi impressionnant, et la section rythmique composée de Todd Kerns et du batteur Brent Fitz envoie du lourd. Seul le guitariste rythmique Frank Sidoris est un peu plus effacé.

Kerns prendra d’ailleurs le lead vocal pour un super hommage au regretté Lemmy Kilmister sur « Doctor Alibi » ainsi que pour le titre « We’re all gonna die » issu de l’album Slash. Quand à Fitz, on ne peut que lui tirer un grand coup de chapeau pour la résistance de sa frappe métronomique durant le solo interminable et grisant de Slash de plus de dix minutes sur « Wicked Stone ». Ses biceps y sont mis à rude épreuve et les grimaces incessantes sur son visage témoignent de la difficulté de l’épreuve. Autant cette partie du concert peut s’avérer pénible certains soirs où le maître est moins inspiré, autant, cette fois, ce solo fut sublime, nous amenant petit à petit vers une transe musicale pulsée par les notes qui s’échappent de sa guitare au prix d’une maestria exceptionnelle. Quand le band et son leader sont dans un soir de grâce, tout fonctionne et on atteint des sommets !

© Jean-Pierre Vanderlinden

Derrière ses lunettes noires, coiffé de son légendaire couvre-chef et portant un t-shirt rendant hommage aux Ramones, Slash, agé de cinquante-trois ans, est sans doute aujourd’hui au sommet de son art. Libéré en grande partie de ses démons d’hier, l’homme joue de son instrument comme s’il était la prolongation de son corps, et les notes qui en sortent lui viennent naturellement sans aucun effort. On est réellement face à celui qui se pose comme un des plus grands guitaristes du genre toujours en activité.

En résumé, ce fut sans doute, ce soir-là, un des meilleurs concerts de Slash featuring Myles Kennedy & the Conspirators en Belgique; une prestation formidable dopée à l’énergie et à la bonne humeur d’un band qui, lorsqu’il est dans un grand jour, se mue en une des plus énormes machines de guerre au service du dieu rock n’roll.

Chapeau bas !

Jean-Pierre Vanderlinden

Setlist :

Le concert en images…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.