La Revanche d’Ingrid, une comédie humoristique aux traits volontairement forcés, actuellement au TTO

En ce moment, dans sa grande salle, le TTO nous propose une nouvelle création : La Revanche d’Ingrid. Annoncée comme une comédie sans concessions dans laquelle se mélangent le côté excessif d’un Tarantino et l’esprit bien de chez nous des reportages de Strip-tease signés Manu Bonmariage, la pièce nous divertit mais le scénario alambiqué servi par un parti pris de mise en scène parfois confus, montre aussi rapidement ses limites. 

Un ancien football club et sa buvette familiale risquent de mettre la clé sous la porte si une solution financière n’est pas trouvée dans l’urgence. Voici le point de départ d’une histoire qui voyage à travers les époques (1945, 1986 et 2018), au sein d’un clan familial pas très fute-fute (coucou la consanguinité) à la recherche d’un mystérieux butin enfoui pendant la Guerre. ( source TTO)

©TTO

Voilà une pièce qui promettait beaucoup, et qui au final m’a laissé légèrement sur ma faim. Ne vous attendez pas à de la finesse, ici tous les traits de cette comédie pétaradante sont grossis à outrance.

De minute en minute, on avance avec de gros sabots au prix d’un humour potache et pas toujours très fin et d’un scénario totalement invraisemblable qui, au final, n’est là que pour mettre en lumière des personnages savoureux qui en font des tonnes. On pense à ce que faisait avec brio, à une certaine époque, la troupe du Splendid avec Le Père Noël est une Ordure ou Papy fait de la Résistance, sauf que  » La revanche d’Ingrid  » n’est en rien aussi génialement troussée que ces illustres références, même si elle en partage l’esprit.

© TTO

Ceci dit, les comédiens sont irréprochables. Jean François Breuer ( exceptionnel dans Frederic en sosie de Freddie Mercury, bientôt à nouveau à l’affiche du Little TTO) est parfait,  Julie Duroisin campe une baraki mémorable et Catherine Decrolier, Thomas Demarez, Xavier Elsen et Amélie Saye s’acquittent tous méritoirement de leurs rôles respectifs. Certaines répliques ou situations cocasses sont réellement hilarantes et vous feront rire à gorge déployée.

Pourtant au final, outre le fait d’avoir assisté à un agréable divertissement, il ne reste pas grand chose d’une pièce fort amusante mais qui ne marquera pas pour longtemps ma mémoire. Annoncée comme une comédie trépidante au rythme effréné, c’est justement au niveau du rythme et de la découpe de la pièce que le bas blesse. Le spectateur peine parfois à suivre le fil narratif de l’histoire, et se trouve vite perdu entre les fréquents changements d’époque et les liens de parenté pas toujours très évidents qui lient les différentes générations. On aimerait parfois bénéficier d’une touche replay, comme lorsqu’on visionne un film et que certains détails nous échappent. Hélas au théâtre ce n’est pas possible.

Malgré ces petits bémols, je vous recommande néanmoins La Revanche d’Ingrid si votre souhait est de passer une soirée divertissante devant une farce humoristique aux traits volontairement forcés. Vous rirez sans doute beaucoup…

Jean-Pierre Vanderlinden

LA REVANCHE D’INGRID

De Xavier Elsen, Alexis Goslain, Amélie Saye

Avec Jean-François Breuer, Catherine Decrolier, Thomas Demarez, Julie Duroisin, Xavier Elsen et Amélie Saye

Scénographie Charly Kleinermann et Thibaut De Coster

Costumes Elise Abraham

Création lumières Sébastien Mercial

Combats Cédric Cerbara

Voix Radio Florence Hurner

Coiffures Sarah Guinand

Production Théâtre de la Toison d’Or et Lato Sensu asbl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.