BD badass : Ava Granger, un polar inclassable qui éparpille Chicago façon Picasso cubique

Attention, voilà un album qui va vous décoller la rétine et vous envoyer dans le décor à bord de bolides so seventies. En BD on a rarement vu un #polar aussi lumineux et chatoyant. Pourtant qu’est-ce que ça défouraille. Ava Granger, même si on a moins entendu parler, est de la même famille qu’Il faut flinguer Ramirez, moins fou mais tout aussi flamboyant.

© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec

Résumé de l’éditeur : États-Unis, au milieu des années 70. Ava Granger est une juriste d’une trentaine d’années, qui a monté avec son mari Harry Granger (un ex-flic) une agence de détectives privés. Mais quelques mois avant le début du récit, Harry a été tué lors d’une enquête qui a mal tourné. Depuis, Ava fait tourner l’agence toute seule tout en essayant de comprendre pourquoi son mari est mort. Elle reprend donc la dernière enquête de son époux… Mais cette initiative ne semble pas être du goût de tout le monde…

© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec

Ava Granger est veuve depuis pas longtemps. Elle aurait pu tout claquer, craquer, mais continue l’oeuvre entreprise avec son défunt mari: une agence de détective. Moins prompte à dégainer, plus en embuscade, ça n’empêche pas Ava de se jeter dans la gueule du loup, dans de sale draps.

© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec

Comme dans cette casse de Chicago où les truands et mafieux sont comme des poissons sur des terres polluées. Notre héroïne se prépare à rejoindre son âme soeur quand, soudain, surgit face au vent, un malabar, sans-abri vétéran du Vietnam et fait dans le même moule que The Rock. Ses réflexes militaires sont devenus instinct.

© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec

Un arsenal à lui tout seul qui va sortir Ava de ce mauvais pas mais faire couler un tel bain de sang qu’ils vont se retrouver traquer sans pitié. Ça va chier.

© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec

Sur un scénario d’Isabelle Mercier taillé sur mesure et laissant de l’amplitude à la révélation Riccardo Colosimo, les Éditions du Long Bec se sont offerts un diamant peut-être encore un peu trop brut mais avec une marge d’évolution prometteuse. D’ailleurs, après les doutes des premières planches qui manquent parfois de subtilité dans les détails, on pardonne tout. Et on fait bien. Le meilleur est à venir, de planche en planche, et notre jeune dessinateur bonifie à vitesse grand V, inventif en diable.

© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec

Colosimo, ce sont des visages mosaïques, des planches à voir de loin – comme dans les musées où, face à une oeuvre, il faut reculer pour mieux intégrer la force des représentations. Avec énergie et animation, le dessinateur a une façon bien à lui de crever les cases, aimant procéder en successions de cases verticales pour faire valdinguer l’action.

© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec

Donnant du relief à ses personnages et aplatissant les décors. Avec sa palette arc-en-ciel, l’Italien réinvente les couleurs, joue ses gammes pour donner toujours plus d’impact à son oeuvre, sa première d’une longue série. Souhaitons-le.

© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec
© Mercier/Colosimo aux Éditions du Long Bec

Scandaleusement impressionnant.

Série : Ava Granger

Tome : 1 – Commando Commanda

Scénario  : Isabelle Mercier

Dessin et couleurs : Riccardo Colosimo

Genre: Action, Polar, Thriller

Éditeur: Éditions du Long Bec

Nbre de pages: 56

Prix: 16€

Date de sortie: le 21/11/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.