Des sapins qu’ont du look, si t’y mets des artbooks (glamours) #5 et #6 : on fait coup double entre Walter Minus et Antonio Lapone, coureurs de jupons d’héroïnes insaisissables et sublimes

Sous le sapin, des livres à foison. Et la BD n’est pas en reste au gré de rééditions augmentées et festives mais aussi d’albums faisant la part belle aux coulisses et au making-of. Des artbooks qui invitent à prolonger l’expérience d’un album trop vite dévoré, par exemple, à découvrir un artiste autrement. Et puisque la chanson dit que tant qu’il y aura des femmes, le monde aura une âme, les créateurs graphiques de haute couture stylistique ne sont pas en reste. Sexy mais pas vulgaires, découvertes mais toujours énigmatiques, sensibles mais puissantes, charmantes et fatales, c’est en bataillon qu’arrivent les égéries de Messieurs Lapone et Minus. Et elles font des ravages, de la grâce et du goût qui les caractérisent.

© Lapone chez Kennes
© Walter Minus chez Dupuis/Champaka Brussels

À lira aussi | #1 : Ça va darder et ça t’en Boucq un coin

À lire aussi | # 2 Vintage and badass, original et frontal; le cinéma des méchants, les vrais !

À lire aussi | #3: Les chemins du fantastique sur lesquels Guillaume Sorel oublie un peu les planches de BD mais jamais la force du dessin

À lire aussi | #4: Une vie à schtroumpfer, et retrouver l’odeur de la salsepareille et de la magie inépuisable

Lovely Faces, la beauté est parfaite au naturel

© Walter Minus chez Dupuis/Champaka Brussels

Résumé de l’éditeur : Un beau-livre Champaka Brussels, conçu dans les règles de l’art, présentant +/- 80 illustrations réalisées, ces dix dernières années, par Walter Minus. Il y a longtemps que les illustrations et les tableaux de cet artiste français incarnent la quintessence de la féminité. Sans vulgarité, toujours avec grâce. Connu pour ses visages de femmes fatales à la chevelure souvent vaporeuse, le dessinateur excelle dans l’art du cadrage, volontiers resserré, proche parfois d’une certaine forme d’abstraction. Toujours en recherche du geste parfait, l’artiste saisit les détails de la féminité : lèvres, yeux, cheveux. En les assemblant à l’aide de quelques traits pour laisser de plus en plus de place au blanc, il abolit les limites de l’espace et rend ces visages immortels. Volutes, arabesques et courbes forment une écriture entrelacée. Unique, reconnaissable entre toutes. Et pourtant toujours en évolution.

© Walter Minus chez Dupuis/Champaka Brussels

Instantané de velours ou de dentelles, de charmes toujours autant. À la faveur des yeux perçants, qui ensorcellent nos nuits et d’un train qui va du crépuscule aux aurores, Walter Minus file de pages en pages à mesure que ces tableaux, souvent minimalistes, prennent vie sous le souffle que leur conférera le lecteur. Ses héroïnes, l’auteur ne les surprend jamais dans leur intimité, elles semblent avoir prévu le coup, le moment où sonnerait leur heure de gloire.

© Walter Minus chez Dupuis/Champaka Brussels

Au lit ou dans un décor qu’elles supplantent, ces dames qui damneraient votre âme vous attendent ou vous congédient, semblent à portée de main mais sont en réalité à des années-lumière, séductrices, manipulatrices mais inatteignable. D’autant plus que l’auteur aime à assortir ses natures vivantes d’une phrase ou de quelques mots, en anglais ou en français, qui accompagne chaque portrait et lui fait cultiver ainsi l’énigmatisme d’un monde intime à s’inventer, d’une intrigue dont on a loupé le début et dont on n’aura pas la fin. La belle aventure comme porte ouverte à l’inspiration. Complexe au-delà de l’apparente simplicité de ces beautés qui s’échappent bien plus loin que l’écrin du papier glacé.

© Walter Minus chez Dupuis/Champaka Brussels

Page après page, un monde de courbes s’anime, d’audace et de sensualité, où le naturel triomphe face à trop d’héroïnes stéréotypées et aseptisées. Si Walter Minus combine des allures d’affichistes et de publicistes, il n’est pas fétichiste et il donne de l’âme à ses créatures qui ne lui appartiennent déjà plus et s’en vont flirter avec la Ligne Claire, Mondrian, le Pop Art ou encore le polar, l’espionnage et même Batman. Lovely Faces, c’est un clair-obscur objet du désir au pouvoir de fascination incroyable. Ce n’est pas que du papier !

© Walter Minus chez Dupuis/Champaka Brussels

Titre : Lovely faces

Artbook

Auteur : Walter Minus

Genre : Beau Livre, Recueil

Éditeur : Champaka Brussels/Dupuis

Nbre de pages : 120

Prix : 45€

Date de sortie : le 01/11/2018

Extraits : 

The New Frontier, celle qui ne brise pas l’imaginaire, entre futur et vintage, dans la city de l’élégance

© Antonio Lapone chez Kennes

Résumé de l’éditeur : Les racines graphiques d’Antonio Lapone puisent leur sève dans la création publicitaire, les portfolios d’affichistes et les croquis de mode. Graphiste avant d’être dessinateur, son oeuvre se décline en illustrations et en toile s autant qu’en bandes dessinées. Quel que soit le support, le souci de la composition et l’élégance sont les maîtres-mots qui caractérisent son univers.

© Antonio Lapone chez Kennes

La Nouvelle Frontière, celle qui balance entre vintage et futur avec un zeste de steampunk et d’esprit radio sans oublier le jazz et les chats noirs, nous l’avions déjà expérimentée, il y a déjà un petit bout de temps (on ne sait plus trop quand face à un Antonio Lapone qui nous grille nos repères pour mieux inventer sa propre temporalité) à la Galerie Champaka de Bruxelles. Interview à l’appui.

© Antonio Lapone chez Kennes

Et à l’heure où, en Amérique comme en Europe (et ailleurs), certains tentent d’établir de nouvelles frontières, Antonio Lapone met les siennes en action pour activer l’imaginaire, les fantasmes et les couleurs des mondes où tout est possible et tout est faisable. S’ouvrant sur un Fly me to the moon des mieux choisis, The New Frontier arrive dans un artbook complètement classe, dont le design graphique est signé Marzia Fabiani, qui continue de célébrer l’art de l’élégance, jusqu’au bout de la nuit, conjurant l’ennui des insomnies.

© Antonio Lapone chez Kennes

Antonio Lapone fait de son dessin tantôt géométrique (les pyramides, le bustier de Gaultier pour Madonna réinventé) souvent langoureux, une mélodie qui sent bon le jazz et la blue note, qui vous envoient faire de la balançoire dans un ciel plein d’étoiles surplombant une ville qui ne dort jamais, entre New York et Gizeh, de taxis en bains suspendus, en robe de soirée ou en tenues frivoles. Il n’y a pas de checkpoint, ici, juste un pari à faire de se laisser prendre au jeu et de rêver un peu. On (the) air dans tous les sens du terme.

© Antonio Lapone chez Kennes

Titre : The New Frontier

Sous-titre : The Art of elegance

Artbook

Auteur : Antonio Lapone

Genre : Beau Livre, Recueil

Éditeur : Kennes

Nbre de pages : 144

Prix : 35€

Date de sortie : le 12/09/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.