Les beaux étés, même en hiver, Zidrou et Jordi Lafebre sont toutes saisons et éclairent un peu plus notre Noël

Vous avez passé un bon réveillon, une joyeuse journée de Noël ? Oui, tant mieux, on vous souhaite plein de bonnes choses. Et l’une des meilleures qui pourraient vous arriver, c’est le nouveau tome hors-série et moins estival que jamais des Beaux Étés. Faisant une infidélité au principe directeur des aventures de la famille Faldérault, Zidrou et Jordi Lafebre changent de saison et s’emmitouflent pour prendre la route des vacances dans le froid et en privilégiant le soleil intérieur sous la pluie qui ne rendra pas ce Noël blanc. Un conte d’époque malgré tout.

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

À lire aussi | Sur la route des vacances avec Jordi Lafebre: « Je demandais de mettre le volume au maximum sur Twist and shout des Beatles »

À lire aussi | Pas de coup de soleil, mais un gros coup de coeur

À lire aussi | Zidrou, de voyages en cheminements, déjoue les attentes et les apparences

À lire aussi | Quatre murs et un toit ou même pas dans la chaleur tonifiante et magnifiante des beaux étés

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

Résumé de l’éditeur: La fin de l’année 1979 approche doucement. Les Faldérault ne peuvent pas dire qu’ils en gardent un bon souvenir : Madeleine déteste aussi bien son travail de vendeuse de chaussures que la femme qui l’a engagée, cette pingre de Delmotte, et Garin a proposé à Pierre de reprendre la série « Zagor », celle-là même que Pierre ne peut décidément plus voir en peinture ! Bref, il est vraiment temps que l’année se termine ! Pour se changer les idées, les Faldérault décident de fêter Noël au soleil ! Néanmoins, toute la petite famille ne sera pas de la partie puisque Julie-Jolie reste à la maison pour préparer ses examens. Ce n’est pas non plus du goût de Louis qui avait prévu d’assister au concert de Pink Floyd à Londres et dont les plans sont bouleversés à la dernière seconde. Les voilà donc partis pour des vacances qui s’annoncent mouvementées… surtout lorsque Louis décide de fuguer en cours de route…

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud
© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

Tous et tout de vert vêtus, la Famille Faldérault fait le sapin sur la jaquette de la première édition de cet album. En dessous, en soulevant délicatement (pas comme vous avez ouvert les emballages de vos cadeaux, hein!) cette jaquette, sur la couverture originale, c’est la ruée vers on ne sait trop quoi. Vers l’ivresse des départs en vacances même quand l’été est un lointain souvenir vu de notre Belgique qui a mis ses habits de grisaille. Et il y a de la route jusqu’au soleil. Ni une ni deux, les bagages sont vite prêts et le moteur reconnaissable entre mille de la rutilante 4L de la famille vrombit.

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

Mais, à l’approche de Dijon, la moutarde monte au nez de Louis. « We don’t need no education, We don’t need no thought control… » … Et Louis n’a pas besoin de vacances non plus, juste d’une permission pour aller voir Pink Floyd à Londres ! Et résolu à n’en faire qu’à sa tête puisqu’il a tout de même son entrée, Louis fait le mur et prend la poudre d’escampette. « Leave our kids alone ».

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

Portrait de la famille éphémère et recomposée comme Noël en a le secret, ce cinquième tome un brin hors-série cultive une nouvelle fois l’amour des portraits des personnages typés et attachants dont la rencontre est provoquée par le hasard. En plus de l’alchimie entre les mots de Zidrou et le trait si vivant et plus vrai que nature de Jordi Lafebre.

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

Il y a là des parties de cartes, des portions de frites, un homme et son chien, des piliers de comptoir, un homme et ses chiens, une camionneuse rêveuse et des douaniers un rien festifs, du multiculturalisme et le choc des cultures entre Patrick Hernandez et Roger Waters. Après le dessert, ça se mange sans faim, voilà un délicieux moment à partager sans relâche. On ne vous parlera jamais assez du pouvoir effervescent et si plein d’amour de cette série tellement généreuse qu’elle fait oublier tous les soucis.

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

Titre : Les beaux étés

Tome : 5 – La fugue (1979)

Scénario : Zidrou

Dessin : Jordi Lafebre

Couleurs : Jordi Lafebre et Mado Peña

Genre : Chronique familiale, Humour, Feel Good

Éditeur : Dargaud

Nbre de pages : 48 (+ 6 pages de conte illustré pour la première édition)

Prix : 14€

Date de sortie : le 09/11/2018

Extraits :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.