Nile Rodgers and Chic ont transformé Forest National en cathédrale du funk le temps d’un concert époustouflant dopé à la joie de vivre

Une fois de plus le gang new-yorkais a enflammé Forest National, ce 9 décembre. Nile Rodgers est une légende vivante et son talent, son humanité et sa bonne humeur transpirent par tous les pores de sa peau. Récit d’un concert magistral qui s’est terminé dans une ambiance de folie.

« Ladies & Gentlemen Niiiiile Rodgeeeeeeers and Chiiiiiiiiic !!! » Immense ovation de la salle et la machine à hits se met en route avec « Everybody Dance » et « Dance Dance Dance ! » Et elle ne s’arrêtera plus, quasi deux heures durant. Car c’est bien de ça qu’il s’agit ce soir : de dance, de funk, de joie et de hits dont aucun n’est à jeter !


Comme le précise très justement le maître de cérémonie, Nile Rodgers himself, les titres que l’on entend ce soir ne sont pas des covers mais des morceaux qu’il a écrit ou produit pour divers artistes comme Diana Ross, Sister Sledge, David Bowie, Sheila and B Devotion, Madonna, Duran Duran, INXS et plus récemment Daft Punk. Et ce n’est qu’une petite partie des artistes célèbres avec qui il a travaillé.

Dans la salle l’ambiance est torride et la fête est lancée. Nile est un vrai magicien, un phénix qui renaît de ses cendres après une période difficile qui l’a vu affronter un cancer dont il est désormais guéri. Depuis cette épreuve, il se produit plus souvent sur scène et profite de chaque moment de sa vie de musicien. L’homme a vaincu la maladie et savoure chaque moment de bonheur dont la vie lui fait don. Au son des cuivres funky, de la basse vrombissante, des synthés hypnotiques et des voix incroyables de ses deux chanteuses dont l’incroyable Kimberly Davis, il arbore un sourire communicatif et une joie de vivre qui font plaisir à voir.

Son jeu de guitare rythmique totalement ébouriffant magnifie le jukebox humain qui est lancé à  toute allure, comme un bolide. Et les titres se succèdent : « I want your love », « I’m Coming Out », « Upside Down », « He’s the Greatest Dancer », « We are family », « Like a Virgin », « Lost in Music », « Notorious », « Original Sin », « Spacer », « Thinking of You », « Let’s Dance » dans une version incroyable, « Chic Cheer », « My Forbidden Lover » et bien sûr « Le Freak » joué devant une salle en folie.

C’est avec « Good Times » et en compagnie d’une bonne partie du public monté sur la scène que Nile Rodgers and Chic clôturent un concert cinq étoiles qui se prolonge par de longues minutes d’applaudissements et de folie collective entre l’artiste qui ne veut plus quitter la scène et une foule comblée qui savoure son bonheur. L’image de Nile allongé sur scène et tendant le bras pour agripper les mains de ses fans de longues minutes après la fin du show en dit long sur le bonheur partagé entre l’artiste et son public.

Nile Rodgers est un compositeur génial, un guitariste rythmique hallucinant, créateur d’une montagne de hits sur lesquels on dansera encore pendant longtemps. Mais avant tout, c’est un être humain sensible dont l’énorme générosité éclabousse ses fans à chaque instant. Et dire que des pseudos stars comme A Perfect Circle interdisent quasi militairement les smartphones à leurs concerts sous peine d’expulsion; Nile, lui, qui a vendu plus de 200 millions d’albums dans le monde, se fout de tout ça, adore être photographié et privilégie le contact avec les spectateurs en restant sur scène de longues minutes après le show. Et chacun y trouve son petit moment de bonheur.

Vous savez quoi ? Ce mec a tout compris ! 

Jean-Pierre Vanderlinden

Le concert en images…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.