We stand on guard : la feuille d’érable à jamais trempée de sang

Cent ans après 2012 et les perspectives maya de fin du monde qui ne se sont pas réalisées (on dira qu’il faudra un peu plus de temps que prédit), il y a une odeur de fin du monde civilisé dans We stand on guard, une histoire en six comics de Brian K. Vaughan, Steve Skroce et Matt Hollingsworth qui nous emmène dans un monde post-apocalyptique et guerrier dans lequel les USA entendent couler le navire Canada pour mieux spolier ses réserves d’eau naturelle. C’est David contre Goliath mais l’histoire mythique peut-elle une deuxième fois tourner à l’avantage du petit poucet ?

© Vaughan/Skroce/Hollingsworth chez Image Comics

Résumé de l’éditeur : Dans un futur proche, les États-Unis envahissent le Canada, dernière grande réserve d’eau naturelle. Face à l’adversaire, la résistance canadienne s’organise. Mais que faire lorsque votre agresseur possède une avance technologique qui renvoie vos lignes de défense à l’âge de pierre ? Engager une lutte sans pitié pour la liberté et être prêt à tous les sacrifices, même les plus abjectes, pour voir votre cause triompher.

© Vaughan/Skroce/Hollingsworth chez Image Comics

Dans We stand on guard, les Américains sont les méchants et, mine de rien, après les avoir vu tant de fois en sauveurs inconditionnels, ça fait du bien. Ils ont un armada de machines de guerre bien amerloques et des méthodes humaines carrément nazies, quitte à faire sauter les familles et renvoyer des jeunes gens n’ayant rien demandé à la condition d’orphelin. C’est clair, dans une époque aussi ravagée par le profit et la morale « pourvu que je prospère, tant pis si les autres crèvent », ça forge le caractère et ça appelle à la défense du pays menacé (ce n’est plus du patriotisme, juste de la survie) ou même à la vengeance, s’il n’y a plus rien à perdre.

© Vaughan/Skroce/Hollingsworth chez Image Comics

Entre opérations de terrain et interrogatoires atroces, Brian K. Vaughan et Steve Skroce tissent un récit sanguinaire qui tire à vue et qui ne laisse entrevoir que peu d’espoir quant à l’issue finale. Les derniers guérilleros sont vaillants, combatifs quitte à y laisser quelques tripes pour défendre leur « Krypton » à eux (Vaughan en profite pour rappeler que Superman est avant tout Canado-Américain et en tirer une certaine leçon). Les Américains sont robotisés, la morale anesthésié par l’impression de puissance, purement et simplement mauvais et criminels. Le schéma habituel des blockbusters américains est donc retourné un peu facilement tandis que, plus le récit avance, les enjeux se sacrifient à la fureur et au spectacle de fin du monde sous les yeux d’une héroïne de plus en plus badass. Là où le dessin de Skroce reste finalement statique jusque dans le feu de l’action et les couleurs un peu trop girly de Matt Hollingsworth. Bref, on est passé à côté malgré des dialogues très prenants.

© Vaughan/Skroce/Hollingsworth chez Image Comics

Titre : We stand on guard

Récit Complet

Scénario  : Brian K. Vaughan et Steve Skroce

Dessin : Steve Skroce

Couleurs : Matt Hollingsworth

Genre: Guerre, Science-fiction

Éditeur VF: Urban Comics

Éditeur VO: Image Comics

Nbre de pages: 176

Prix: 17,50€

Date de sortie: le 22/06/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.