De Prémontré aux châteaux cathares… en Espagne, les fous font la loi et mieux vaut ça que la raison d’un monde trop sérieux

« Le fou est l’échelle du sage », disent les Zoulous; « Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière », rappelait un Audiard en mode biblique et « J’ai un projet, devenir fou » étayait un Charles Bukowski qui a eu le mérite d’y arriver. Il y a peu, le Père Albert Algoud proposait une anthologie autour de tous les textes mettant en scène, et sous toutes les coutures, les fous (ou quel que soit le nom qu’on leur donne). Des fous jamais absents du paysage culturel, la preuve encore avec deux bandes dessinées : Road Therapy et Les oubliés de Prémontré.

© Louis/Marty/Daviet chez Grand Angle

Les oubliés de Prémontré, mieux vaut sombrer dans la folie humaine que dans la guerre inhumaine

Résumé de l’éditeur : En septembre 1914, l’asile de Prémontré, dans l’Aisne, près de Soissons, abrite quelque 1300 malades. Des aliénés, des fous, des « zinzins », comme les appelle le gardien-chef Loisel. L’armée prussienne, avec à sa tête le colonel Von Stauffenberg, qui se dirige à marche forcée vers Paris, est en vue. Le directeur se fait la malle, promptement suivi du médecin-chef adjoint et de quelques autres, abandonnant les malades à l’envahisseur. André Letombe, l’économe en fin de carrière, quelques gardiens et religieuses refusent de quitter leur poste. Avec les fous, ce sont les oubliés de Prémontré. Sous la tutelle des nouveaux maîtres prussiens, la vie, à Prémontré, devient périlleuse. Les vivres viennent à manquer, et la faim gagne. Le charbon se fait rare, et le froid mord les corps et brûlent les âmes. Au coeur de cette enceinte de misère et de désolation, les malades tombent comme des mouches.

Recherches © Pendanx

Auteurs à la bibliographie fertile et passionnante, c’est dans une histoire vraie que s’aventurent Stéphane Piatzszek et Jean-Denis Pendanx. De celles qui permettent de saisir l’horreur et néanmoins le quotidien de la guerre de manière originale et anglée. Bien à l’arrière des fronts et du fracas des combats, plus près des stigmates et au coeur d’une formidable histoire humaine où la folie plus ou moins avérée n’est plus une barrière et fait place à la survie. Les circonstances font ainsi que l’on s’intéresse à cet asile, qui fait figure de refuge pour l’ennemi en territoire de plus en plus conquis, que d’aucuns préféraient éviter sur le chemin.

© Piatzszek/Pendanx chez Futuropolis

C’est ainsi que par le biais d’un gamin qui se veut apprenti-gardien mais recherche quelqu’un dans ses murs qui paraissent maudits malgré leur beauté et que les cris n’épargnent même pas la nuit. Il faut déjà de tout, vous savez, alors quand la famine s’invite tout comme les soldats prussiens, Prémontré doit survivre, montrer qu’il existe toujours même si ceux qui sont restés sont déjà oubliés. On aurait tendance à croire que seule l’absinthe conservée et consommée en secret aide à voir la bouteille à moitié pleine. Parce que certains médecins ont pris leurs cliques et leurs claques sans demander leur reste, tristes capitaines d’un navire échoué mais pas encore coulé. Heureusement, à bord, il y a encore quelques êtres sensés qui passeraient pour plus fous que les autres en voulant sauver ceux-ci. Tant leur abnégation semble inconsciente et force l’admiration. Des fou-dres de guerre comme l’économe Letombe.

© Piatzszek/Pendanx chez Futuropolis

Dans une communauté attachante et un décor qui cache tout de la misère qui en guette ses habitants assignés à résidence, prisonniers au grand air; le duo Piatzszek-Pendanx fait une nouvelle fois une fort belle union qui laisse la beauté d’un dessin et la classe des couleurs ne pas perdre de vue l’âpreté du contexte et le mystère de la fiction qui ajoute au documentaire un supplément d’âme. Visuellement, Pendanx crève l…es cases !

Recherches © Pendanx

Titre : Les oubliés de Prémontré

Récit complet

Scénario  : Stéphane Piatzszek

Dessin et couleurs : Jean-Denis Pendanx

Genre: Drame, Histoire

Éditeur: Futuropolis

Nbre de pages: 104

Prix: 21€

Date de sortie: le 17/05/2018

Extraits : 

Road Therapy, château pointu… turlututu, rien ne va se passer comme prévu

© Louis/Marty/Daviet chez Grand Angle

Résumé de l’éditeur : Des patients d’un hôpital psychiatrique partent pour un voyage en minibus afin de visiter quelques châteaux en pays cathare. Leurs pathologies sont lourdes, mais gérables pour des personnels qualifiés, comme le sont les deux infirmiers qui les encadrent et comme semble l’être le nouveau chauffeur, haut en couleur, qui les conduit. C’est ce dernier qui va prendre une décision incroyable, folle, à l’insu de tous : emmener ces malades bien plus loin que prévu, jusqu’en Espagne.

© Louis/Marty/Daviet chez Grand Angle

C’est dans une aventure bien plus contemporaine, légère et souriante que le cathare-car nous promènent. Une excursion qui ne va pas pour autant être de tout repos pour les deux infirmiers accompagnant les six fous dont ils ont la charge et dont les syndromes se complètent à merveille pour créer le cauchemar éveillé. Avec un coup de pouce du chauffeur remplaçant et un brin allumé, le plan prévu va vite être sabordé et l’inconnu tendre les bras à ces malades à qui l’on faisait croire que la routine et la répétition des rituels étaient le salut dans un monde auquel ils n’étaient pas forcément adaptés.

À lire aussi | L’amour est une haine comme les autres : une folle amitié « contre-nature » coincée entre être et paraître

© Louis/Marty/Daviet chez Grand Angle

Deuxième collaboration entre Louis et Marty, après le chamboulant L’amour est une haine comme les autres, Road Therapy permet au premier de creuser sa veine réaliste (et comique), lui qui était souvent attaché à des projets s-f et fantaisy. Et ce revirement est appréciable tant Louis prouve une nouvelle fois qu’il a quelque chose à apporter à cette bande dessinée plus terre-à-terre (sans besoin de planètes lointaines) mais dont la richesse des âmes humaines nécessite peut-être des navettes bien plus performantes que celles qui visent la Lune. La navette de Louis, c’est le dessin de Marty qui garde la tenue de route dans les virages qui mènent aux dentelles montagneuses et autres infrastructures médiéval. Seulement, château pointu… turlututu, rien ne va se passer comme prévu et tout va donner l’occasion aux auteurs de se rapprocher de leurs personnages attachants, leur donnant du temps de parole et du temps d’écoute. Et il est là le trésor.

Titre : Road Therapy

Récit complet

Scénario : Stéphane Louis

Dessin : Lionel Marty

Couleurs : Vera Daviet

Genre: Humour, Road-Trip

Éditeur: Grand Angle

Nbre de pages: 72

Prix: 16,90€

Date de sortie: le 02/05/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.