Un été fantôme pour passer de l’enfance à l’adolescence et retenir son souffle jusqu’à la cabane dans les arbres

Cette année, l’été n’a pas franchement été fantôme et a dardé ses rayons jusqu’à l’insupportable, parfois, jusqu’à l’embellissement de nos mines, surtout. Pourtant, L’été fantôme, c’est aussi le titre d’un ravissant roman graphique qui porte aux nues Elizabeth Holleville, une jeune strasbourgeoise qui en 250 planches baignées d’une atmosphère fantastique fait rêver une grammaire BD qui se confond à une maturité et un propos contemporain qui nous soufflent !

© Elizabeth Holleville chez Glénat

Résumé de l’éditeur : Louison et sa grande sœur viennent passer les vacances d’été chez leur grand-mère. Mais malgré l’immense jardin de la maison et le soleil éclatant du sud, la cadette s’ennuie, attendant avec impatience l’arrivée de ses grandes cousines. Lorsqu’elles arrivent enfin, Louison s’aperçoit que ces dernières ont désormais des préoccupations adolescentes et mieux à faire que jouer avec elle. Délaissée, elle reprend ses déambulations solitaires jusqu’au jour où elle fait la rencontre de Lise. Une jeune fille qui n’est autre que le fantôme de sa grand-tante, morte il y a soixante ans dans des circonstances mystérieuses. Restée figée dans cette période de l’enfance que Louison n’est pas pressée de quitter, Lise devient rapidement une confidente. Une amie aux mystérieux pouvoirs…

© Elizabeth Holleville chez Glénat

Qu’est-ce que c’est gai, les vacances. Mais quand on est la plus petite d’une bande d’ados en devenir, ça l’est tout de suite un peu moins. On essaie bien de suivre les grandes mais ce n’est pas pour autant qu’elles vous acceptent et qu’elles n’essaient pas de vous semer au premier beau mec venu. Bref, Louison pensait être beaucoup mieux entourée que ça pour ses vacances au soleil chez sa grand-mère qui, elle, perd un peu la mémoire. La propriété est pourtant gigantesque (et peut-être encore plus que ce qu’il n’y paraît) mais Lise a vite fait de l’explorer et de se tourner les pouces. Et de s’inventer une amie imaginaire pour contourner l’ennui, les questions et les problèmes qu’elle se pose.

© Elizabeth Holleville chez Glénat

Imaginaire ? Attendez, et si Louise était la forme ectoplasmique d’une aïeule trop tôt disparue mais qui, avant sa mort soudaine, s’était retrouvée dans ce même jardin, dans cette même bâtisse et en connaît désormais les moindres secrets… de famille ?

© Elizabeth Holleville chez Glénat

Mais attention, cette revenante prisonnière d’un corps fantomatiques de petite fille a peut-être des intérêts et n’est peut-être pas tout à fait aussi bienfaitrice pour Louison que ce qu’elle veut bien le faire croire. Et pendant que la vie des autres s’écoule entre la plage et les sorties en catimini, Louison perd quelque peu ses repères face au vaste monde que lui propose sa nouvelle amie passe-muraille, elles s’évadent du réel, dans une cabane en bois, hermétique à l’univers environnant et permettant pourtant de s’y raccrocher. Échelon par échelon.

© Elizabeth Holleville chez Glénat

Par la grâce du dessin d’Élizabeth Holeville, c’est comme si un charme s’opérait, une invitation à entrer dans ce tableau familial, dans lequel les formes géométriques (la plage, les dalles, de la cour, les ombres) bien rangées, bien organisées se courbent dès que souffle le fantastique. Avec ses couleurs, son apparente simplicité remarquablement maîtrisée, l’auteur fait corps avec son récit pour aligner le fond et la forme en totale adéquation. Cette histoire de transition entre enfance et adolescence, de vacances aussi, aurait pu être redondante par rapport à ce qu’on a vu maintes fois, pourtant Holeville y amène un soupçon de fantastique, sa touche pour créer le suspenses et nous séduire, nous emmener 250 planches plus loin sans que nous n’ayons vu passer le temps. Le talent, par contre, on se l’est pris en pleine figure.

Et une chanson qui va bien avec : 

Titre : L’été fantôme 

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs : Élizabeth Holleville

Genre: Drame, Fantastique

Éditeur: Glénat

Collection : 1000 feuilles

Nbre de pages: 256

Prix: 25€

Date de sortie: le 25/04/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.