Dans Fleuve noir, Vincent Cassel a remplacé Depardieu au pied levé et avec un manteau deux fois trop grand sous une pluie de vices

Adaptation du roman « Une Disparition Inquiétante » (« Tik Ne’edar ») de l’auteur israélien Dror Mishani, publié aux éditions Points; Fleuve Noir signe le grand retour d’un réalisateur qui disparaît et réapparaît depuis vingt ans (et le formidable La vie rêvée des anges qui révélerait Natacha Régnier): Érick Zonca. Après avoir réalisé le téléfilm « Le Soldat Blanc » (2015), « Fleuve Noir » est son quatrième long-métrage au cinéma. Gérard Depardieu devait incarner le policier François Visconti avant d’être hospitalisé au troisième jour du tournage laissant ainsi sa place à Vincent Cassel.

Note: 14/20 (Vu au cinéma Caméo des Grignoux)

Résumé: Au sein de la famille Arnault, Dany, le fils aîné, disparaît. François Visconti, commandant de police usé par son métier, est mis sur l’affaire. L’homme part à la recherche de l’adolescent alors qu’il rechigne à s’occuper de son propre fils, Denis, seize ans, qui semble mêlé à un trafic de drogue. Yan Bellaile, professeur particulier de Dany, apprend la disparition de son ancien élève et propose ses services au commandant. Il s’intéresse de très près à l’enquête. De trop près peut-être…

En adaptant le roman policier « Une Disparition Inquiétante », de l’auteur israélien Dror Mishani, Erick Zonca confronte une nouvelle fois le duo formé par les acteurs Vincent Cassel et Romain Duris, vingt-et-un ans après « Dobermann » de Jan Kounen. Dans « Fleuve Noir », le premier interprète un flic alcoolique, acharné par le boulot, transgressant les barrières et en manque de tissu relationnel, enquêtant alors sur la disparition d’un jeune garçon. Tandis que le second joue le rôle du professeur particulier de celui-ci, un peu trop envahissant dans le devoir d’enquête du premier…

D’emblée, le film s’intéresse davantage à l’aspect psychologique de ses personnages plutôt qu’à sa propre résolution. Vincent Cassel est pour le moins percutant dans ce rôle de flic affûté d’un manteau deux fois trop grand, d’une coupe de cheveux gras et d’un visage extrêmement creusé (par l’alcool). Son personnage, loin de refléter la fraîcheur des beaux jours, dégaine ainsi une certaine saleté rebutante, et une pratique de son métier pas très orthodoxe. Romain Duris, lui, incarne un homme complexe, marié et père, professeur de français, grand poète dans l’âme, et romancier à ses heures perdues, puisant son inspiration dans le fantasme, et l’impensable… 

L’autre figure forte du film, c’est celle qu’interprète Sandrine Kiberlain, dans le rôle de la mère du disparu. Mère dévouée pour le bien de ses enfants, elle n’est plus que l’ombre d’elle-même depuis le début de cette affaire, elle qui est taiseuse, et suspectée… Mais alors que le commandant Visconti, chargé de l’affaire, échappe de manière viscérale à ses propres devoirs paternels, celui-ci sera très vite dépassé par cette disparation d’un jeune de seize ans, qui le touchera d’autant plus, vis-à-vis du manque relationnel qui le touche…

Alors que l’enquête policière tourne principalement en rond autour des mêmes personnages et manque de rebondissements, « Fleuve Noir » met en lumière des rencontres qui éveillent ainsi les soupçons et les mensonges, jusqu’à un épilogue en partie fantaisiste, qu’on se laisse deviner au fur et à mesure des indices dévoilés. À cet égard, ceux-ci résident bien plus dans l’attitude particulière de ces protagonistes que dans des preuves matérielles. Dans cette dynamique, on ne peut que jouir du développement de ces personnalités, il faut bien l’avouer très écorchées. Par leur traitement, l’enquête met l’eau à la bouche, tandis que l’on attend le dénouement avec une grande impatience mordante. L’intérêt du spectateur grandit ainsi face au rapprochement contigu entre ces individus, rythmé par un flou persistant, et inquiétant. Ne nous en déplaise, on n’est pas loin de la caricature niveau interprétation, tant le réalisateur a tendance à appuyer, plutôt qu’à se limiter.

Excitante, l’oeuvre est assez sombre et tiède dans sa mise en scène, et tient avant tout la route pour ses personnages qui se rejettent leurs perversions maladives les uns sur les autres au fil d’une enquête au final relativement classique dans son genre. En effet, les réponses qu’on y trouve, en plus d’être un brin prévisibles, illustrent peu d’ambition, et reflètent la volonté qu’a eu le réalisateur de vouloir grossir l’intrigue par ses portraits humains, comme s’il cherchait à cacher les limites scénaristiques de l’adaptation de ce polar.

À défaut de vous retourner dans votre siège, « Fleuve Noir » risque bien de vous intriguer et de vous interpeller tout le long de son développement par l’épaisseur et l’enchevêtrement de ses rôles, avant de vous décevoir sur le plan purement policier.

Toutes les critiques de Julien pour l’année 2018, ça se passe également par là !

Titre : Fleuve noir

Pays : France

Réalisateur : Érick Zonca

Acteurs : Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain, Élodie Bouchez, Charles Berling, Hafsia Herzi, Lauréna Thellier, Sadek…

Genre : Polar, Thriller

Durée : 114 minutes

Date de sortie : le 08/08/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.