Hôtel Transylvanie 3 : vaisseau de l’angoisse, odyssée du pire, dent de la mer et amour tétanique !

Troisième épisode des aventures du comte Dracula, Hôtel Transylvanie troisième du nom est toujours dirigé par le réalisateur d’origine Russe Genndy Tartakovsky. Avec des signes avant-coureurs puisque Tinkles, le chien géant de Dennis (le petit-fils mi-humain mi-vampire de Dracula), est apparu pour la première fois dans dans le court métrage « Puppy! » (également réalisé par Genndy Tartakovsky), présenté avant la diffusion en salles du « Monde Secret des Emojis » (2017). Tout comme on pouvait croiser le personnage de Mavis (la mère de Dennis et fille de Dracula) en train de lire une brochure sur la croisière pour laquelle elle et toute la famille embarquent dans cet épisode… 

Note : 13/20 (Vu au cinéma Caméo des Grignoux)

Résumé: Notre famille de monstres préférée embarque pour une croisière de rêve afin que Drac puisse enfin souffler un peu et savourer des vacances au lieu de s’occuper de tout le monde à l’hôtel. Tout s’annonce à merveille pour la petite famille, entre matchs de volley monstres, excursions exotiques et séances de bronzette au clair de lune… Mais les vacances idéales prennent un tour inattendu lorsque Mavis se rend compte que Drac est tombé sous le charme de la mystérieuse Ericka, la capitaine humaine du navire, dont le secret les menace tous…

C’est déjà la troisième aventure que l’on découvre au cinéma du comte Dracula, de sa famille mi-humaine mi-monstrueuse, et de son Hôtel Transylvanie, un centre de villégiature cinq étoiles pour monstres qui accueille uniquement, depuis 1898, des monstres, dont les plus célèbres sont la créature de Frankenstein, le loup-garou, l’homme invisible, ou encore la momie. 

Et il fallait bien, pour pimenter un peu l’affaire, quitter les lieux pour offrir à ces personnages des vacances bien méritées, de quoi renforcer les liens familiaux un peu distancés par le travail, dont ceux entre Drac et sa fille, Mavis. Les voilà donc qu’ils embarquent tous pour une croisière exotique pour monstres, sur laquelle Drac va aussi tomber amoureux d’Ericka, sa capitaine humaine, sauf que cette dernière cache en fait ses intentions et origines, elle qui n’est autre qu’une descendante du professeur Van Helsing, le tristement célèbre tueur de monstres…

Toujours dessinés par le réalisateur lui-même, Genndy Tartakovsky, avant d’être storyboardés, les personnages affichent ici une expression toujours aussi développée et exagérée, où chaque pouvoir et faculté des monstres sont mis à profit pour créer des gags visuels et expressions rigolotes. Les aventures de Dracula et de sa bande sont ainsi toujours aussi folles, cartoonesques et colorées, bien que l’émotion et les sentiments ne soient jamais bien loin. On apprécie donc toujours autant cette animation délurée, sans temps mort, et bruyante, laquelle bénéficie aussi de moments particulièrement impressionnants, avec comme point de mire une scène finale où destructions et musiques se côtoient…

Il était en tout cas temps de permettre à l’intrigue de changer d’environnement, ce qui est ici le cas avec ces vacances monstrueuses, à défaut d’installer rapidement une lassitude géographique et redondance. Malgré tout, on ressent tout doucement un laisser-aller scénaristique dans ce nouvel épisode, dans lequel les monstres s’humanisent d’ailleurs un peu trop à notre goût, et perdent ainsi un peu de leur saveur. Quoi qu’il en soit, le scénario soulève la question fondamentale et pertinente de la différence entre monstre et humain. Et qu’elle soit amenée ici de façon enfantine n’est pas un souci en soi, étant donné que le principal public visé reste ici les plus jeunes enfants. Par contre, du côté des obstacles rencontrés, on peine à trouver un quelconque intérêt aux méchants de l’histoire, tandis que l’un des deux est écrit de manière bien trop prévisible pour mériter la chandelle. 

S’il manque de véritables scènes humoristiques et que la franchise devra se réinventer s’il venait à y avoir un quatrième épisode (fort probable à ce stade), Hotel Transylvanie 3 reste un divertissement familial dynamique et sans prétention à voir en famille, lui qui permet au moins de changer un tant soit peu le regard des enfants sur les monstres, et ainsi éviter des cauchemars… 

Toutes les critiques de Julien pour l’année 2018, ça se passe également par là !

Titre : Hôtel Transylvanie 3 – Des Vacances Monstrueuses

Pays : Etats-Unis

Réalisateur : Genndy Tartakovsky

Casting Vocal VO : Adam Sandler, Andy Samberg, Selena Gomez, Kevin James, Steve Buscemi…

Genre : Animation, Comédie familiale

Durée : 97 minutes

Date de sortie : le 18/07/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.