Mauvais genre et… Gens dans un Budapest passé de perle à peste du Danube

Budapest, c’est la première comédie pour le réalisateur français Xavier Gens, habitué aux films d’action et de genre, lui à qui l’on doit notamment « Hitman » (2007) et « Frontière(s) » (2008). Ce film s’inspire de la naissance de la société d’EVG (enterrement de vie de garçon) créé par deux anciens étudiants de l’École des hautes études commerciales de Paris. Une véritable success-story vu que la société dépasse aujourd’hui les deux cent mille clients et emploie plus de quarante personnes.

Note : 7/20 (Vu au cinéma Acinapolis Jambes)

Résumé: Vincent et Arnaud, deux amis qui s’ennuient dans leur travail, décident de tout plaquer pour créer « Crazy Trips » : une agence qui organise des enterrements de vie de garçon à Budapest. Sur place, ils sont guidés par Georgio, un expatrié français qui leur dévoile tous les secrets de la ville… Les activités insolites proposées par Crazy Trips (balade en tank, soirée déjantée, strip-teaseuses, stand de tir…) attirent rapidement la clientèle. Mais la situation dégénère et les deux amis perdent vite le contrôle…

En s’inspirant d’une histoire vraie, et en surfant sur les récents succès populaires de films à enterrements de vie de garçon (la trilogie « Very Bad Trip » de Todd Phillips en ligne de mire), Xavier Gens se lance pour la première fois sur le terrain de la comédie. Dans « Budapest », il est question de deux amis qui décident de lâcher, un beau jour, leur job (mal aimé) pour créer une entreprise d’enterrement de vie de garçon à Budapest, capitale de la Hongrie…

Même si cette comédie s’inspire d’une histoire vraie, on a d’emblée bien du mal à retrouver dans ce film l’ingéniosité et l’ambition du projet initial mis en place par les deux amis et collègues, interprétés ici par Jonathan Cohen et Manu Payet. En effet, la naissance de leur projet et son suivi sont très vite expédiés pour ne laisser alors place ici qu’à une succession de rencontres et de situations toutes aussi décérébrées et grotesques les unes que les autres. Mais le clou du spectacle reste sans doute ici la déchéance fictive façon « revers de la médaille » que vivront les deux amis, tombant dans leur propre piège, eux qui seront rapidement dépassés par les événements… Bref, c’est d’une part prévisible, et d’autre part inutile, car déformé de la réalité.

Pourtant, « Budapest » profite de son réalisateur, en étant parsemé de références multiples au cinéma de genre, Gens en étant un fervent adepte. Il apporte aussi à son film un aspect esthétique plutôt coloré et burlesque, et surtout une mise en scène très nerveuse, à l’image de son casting. Malgré cela, « Budapest » enchaîne un humour de mauvais goût, à la fois vulgaire et embarrassant, et les clichés, en représentant notamment la capitale hongroise comme un lieu de débauche, où l’alcool coule à flots.


« Budapest » a donc beau dégager une énergie folle et être un récit franchement allumé, cela ne l’empêche pas d’être pauvre en imagination, et en vraie comédie… Et quand on constate, lors du générique final, que Manu Payet en est le co-scénariste, on en ressort d’autant plus ahuri…

Toutes les critiques de Julien pour l’année 2018, ça se passe également par là !

Titre : Budapest

Pays : France

Réalisateur : Xavier Gens

Acteurs : Manu Payet, Jonathan Cohen, Monsieur Poulpe, Alice Belaïdi, Alix Poisson…

Genre : Comédie

Durée : 102 minutes

Date de sortie : le 11/07/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.