Michel Ange, le banquet des damnés de BD : le slasher post-médiéval trouve sa fin entre les têtes coupées et grâce à un pévôt Vittore sur les genoux

Après un premier tome qui nous avait un peu laissés pantois non par rapport à son intrigue fort présente mais par la présence effacée d’un Michel Ange qui donnait pourtant son titre au diptyque élaboré par Didier Convard (dans son roman), Éric Adam, Thibaud De Rochebrune et Delf. Du banquet des damnés, l’illustre sculpteur-peintre au caractère bien trempé s’était semble-t-il éclipsé. À force d’enquête, les auteurs et le prévôt Vittore (qui avait déjà, on s’en souvient, été mêlé à une affaire impliquant Léonard De Vinci. À l’époque, Didier Convard oeuvrait avec le regretté Gilles Chaillet) ont retrouvé la trace du créateur de la mémorable fresque de la chapelle Sixtine. Rusés qu’ils sont.

À lire aussi | Le diable serait-il dans les détails des oeuvres de Michel Ange ?

© Convard/Adam/De Rochebrune/Delf chez Glénat

Résumé de l’éditeur : 1508. Une sordide affaire de meurtres secoue Milan. Qui est cet étrange bourreau qui décapite ses victimes à la hache d’arme, et quelle hideuse apparence cache-t-il sous ses bandages ? Pourquoi signe-t-il ses crimes VENIT IUSTITIAE SOL – Le soleil de la justice a brillé ? Et pourquoi Michelangelo Buonarroti a-t-il décidé de s’y rendre à la suite d’une mystérieuse convocation, abandonnant sa fresque de la Chapelle de Sixte ? Éprouvé par l’enquête et victime d’une attaque cardiaque, le prévôt Vittore, seul capable de résoudre ces énigmes, reste alité. Et pendant ce temps, les têtes continuent de tomber…

© Convard/Adam/De Rochebrune chez Glénat

Pas de Da Vinci Code ici, les auteurs ont préféré rester bloqués en 1508, au tournant des arts et de la religion chrétienne, mesurant les implications d’un sinistre massacre perpétré sur ordre de Salomé. Elle qui voulait la tête de Jean-Baptiste sur un plateau. Un souvenir douloureux qui se rappelle au souvenir des Milanais au travers de crimes sordides visant des notables n’ayant a priori rien à se reprocher. Quatorze ans après Vinci, Le prévôt Vittore n’est toujours pas marié et il va devoir remettre la quête d’une âme soeur à plus tard, il y a du pain sur la planche, haché menu par un sordide individu couvert de bandage et d’une cape rouge à hanter vos pires cauchemars. Le prévôt aura bien besoin d’aide car, un peu à l’instar de Clint Eastwood dans Créances de sang, son corps ne suit plus.

© Convard/Adam/De Rochebrune/Delf chez Glénat

Dès la couverture, formellement noire (dommage, cependant, qu’elle s’abîme très vite), on est plongé dans l’ambiance de ce début de siècle tourmenté. Le deuxième acte peut commencer et amener son lot de réponses, attendues ou pas. Revenant sur les traces de la légende de la mort de Jean-Baptiste mais ne négligeant pas l’intrigue contemporaine de Michel Ange qui précipite d’ailleurs l’action devant mener à la révélation finale, Éric Adam et Thibaud de Rochebrune font du bon boulot, érudit mais pas lénifiant, pour nous faire croire cette thèse selon laquelle le Baptiste était l’envoyé de Dieu et que sa tête dissimule l’esprit de celui-ci. De quoi faire des envieux. Les décors sont variés, visitant les heures du jour mais aussi de la nuit, de quoi donner l’occasion à Delf d’utiliser une belle palette de couleurs.

© Convard/Adam/De Rochebrune/Delf chez Glénat

Bien sûr, la réponse à cette (en)quête est sous nos yeux, depuis le début, mais il faut être devin pour la voir venir et les auteurs nous mènent par le bout du nez (qu’heureusement, on ne nous a pas encore coupé) et n’ont pas leur pareil pour mettre à mal leurs personnages, les torturer. Espèces de bourreaux ! Le graphisme expressif et donnant de l’amplitude aux cases de Thibaud de Rochebrune parachève ce thriller ésotérico-historique pour lui donner du galon parmi les oeuvres mélangeant ces deux genres. Avec succès et passion, ici.

Titre : Michel Ange

Tome : 2/2 – Le Banque des Damnés

D’après le roman de Didier Convard, Michelangelo et le banquet des damnés

Scénario : Éric Adam

Dessin : Thibaud De Rochebrune

Couleurs : Delf

Genre : Thriller, Ésotérisme, Histoire

Éditeur : Glénat

Collection : Les enquêtes du prévôt Vittore

Nbre de pages : 48

Prix : 13,90 €

Date de sortie : le 13/09/2017

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.