Mutations animalières et troubles de la personnalité, Panique au zoo chamboule à fond la faune de tout poil, à en rendre zinzin Darwin

L’été sera chaud, dans les t-shirts, dans les maillots mais aussi sous les fourrures, dans les coquilles. Les animaux de tout poil risquent de frôler l’insolation et de ne plus avoir toutes leurs frites dans le même paquet… mais dans un bon paquet de planches, quand même, tant la bande dessinée aime toujours autant les mondes anthropomorphes. On vous en proposera plusieurs exemples tout au long de l’été. En attendant, quitte à s’offrir une excursion rafraîchissante dans le monde animal, allons-là où il y a le plus de chances d’en observer des spécimens de tous bords : au zoo ! Et pour le coup, votre aide ne sera pas de trop pour résoudre le mystère inquiétant autant que fascinant qui plane sur le zoo autogéré du Chanoine : les pensionnaires mutent inexplicablement et s’hybrident en toute… désharmonie. En plus, il y a eu un mort et un putsch fort en griffes se prépare.

© Bagères/Voyelle

Résumé de l’éditeur : Rien ne va plus au Zoo du Chanoine ! D’étranges mutations donnent naissance à d’étonnants hybrides tels que le chat-poney, le serpent-pie-thon, les oursins polaires ou les stupéfiantes loutre-Epics. Le directeur du Zoo embauche deux détectives privés, Poulpe et Castor Burma, pour tenter de lever le voile sur cet édifiant mystère, tandis que dans les allées du Zoo, on murmure, on complote, on ourdit…

© Bagères/Voyelle/Alvarez chez Delcourt

Des enquêteurs animaliers dans le monde de la BD, on en connaît pas mal. Et souvent des fins limiers. Ceux qu’ont imaginé Frédéric Bagères, Marie Voyelle et Jérôme Alvarez aiment plutôt prendre le temps (celui de faire des jeux de mots vaseux, notamment) et se laisser porter. Ils se nomment Poulpe et Castor Burma et leur réputation les précèdent pourtant. C’est la première fois qu’une de leurs enquêtes est rendue publique. Une enquête pas banale.

© Bagères/Voyelle/Alvarez chez Delcourt

Car dans ce zoo d’un nouveau genre, révolutionnaire, qu’est celui du Chanoine, les événements récent ne sont pas du tout banals. Et à l’heure de la disparition des espèces de plus en plus précipitée, de nouvelles viennent d’apparaître, des combinaisons foutraques et complètement freaks qui rendraient totalement zinzin Darwin. Pas que lui d’ailleurs, imaginez les troubles de personnalité qui vont accompagner le cheminement pour trouver sa place (et c’est pas gagné) de ce gorille croisé avec un flamand rose ou de ces oursins polaires. Et ce chameau qui n’a plus qu’une bosse, vous y avez pensé ? Et ce dromadaire qui, au contraire, en a désormais deux ? Quel choc ! Et encore, on vous garde les surprises au chaud, dans les intrigues parallèles qu’ont goupillé les auteurs. Le seul qui s’en sort bien, c’est l’araconda, ce serpent qui a muté avec un volatile et se prend désormais pour le grand Quetzalcoatl.

© Bagères/Voyelle/Alvarez chez Delcourt

Bref, si l’anomalie concerne un tout petit pourcentage des pensionnaires du zoo et qu’elle semble se propager par phase, la dawa est bel et bien semée. Et si cela se généralisait à l’entièreté du parc ? Bien sûr, le directeur se frotte les mains en pensant que cette spécificité très particulière pourrait attirer du public. Reste qu’il a fait appel à nos deux enquêteurs qui ont leur entrée gratuite pour ce jardin du bien et du mal.

© Bagères/Voyelle

C’est comique, dès les premières planches, Panique au zoo m’a ramené à un jeu de société tout simple que j’ai exhumé il y a peu pour jouer avec mon neveu : Animaux Rigolos. Une sorte de jeu de mémo dans lequel il faut reconstituer, avec quatre pièces, les corps d’animaux exotiques en tenues civiles pour gagner la partie. Même si la tentation est grande d’intervertir les pièces et de créer des animaux nouveaux et hilarants.

© Bagères/Voyelle/Alvarez chez Delcourt

Il y a de ça dans le récit dynamique que proposent Bagères et Voyelle qui ont dû, eux, aussi prendre leur pied palmé (sait-on jamais qu’eux aussi aient muté!) avec cette histoire inventive, farfelue et pourtant drôlement efficace. Cette histoire, si l’idée de départ était cocasse, encore fallait-il la mener à bon porc… euh port, et force est de constater que les trois seuls humains de cette histoire, si on excepte le caméo d’un vétérinaire dont on ne voit de toute façon que les pieds qui sait peut -être a-t-il une tête de moineau ou de rhino, rien ne disant qu’il n’a pas participé aux fêtes du zoo où tout a basculé), s’y engagent bec et ongle, multipliant les à-côtés de bonne facture mais n’oubliant pas de faire progresser l’enquête en s’adressant autant aux jeunes lecteurs premier degré qu’aux plus grands avec un univers bardés de références. Comme au sergent-instructeur Hartman du mémorable Full Metal Jacket, le Livre de la jungle ou encore Fight Club.

© Bagères/Voyelle/Alvarez chez Delcourt

Quant au dessin de Marie Voyelle, si elle avait déjà fait intervenir un certain Raoul-le-morse dans un précédent album, il fallait aller visiter ses pages et sites (ou ses livres pour enfants, tout simplement) pour mieux apprécier sa délicatesse à apprivoiser les animaux. Panique au zoo fait figure de redoutable carte de visite. Non contente de donner un comportement humain à ces animaux déjantés, sans excès, elle leur donne aussi des personnalités variées (et des tempéraments forts, il y en a!) et trouve son style pour éviter de faire du Sokal, du Guarnido ou du Reculé mais juste du Voyelle. Et tellement Voyelle. Le mouvement, les attitudes, les expressions, tout est rendu à la perfection et rythmé par les couleurs bien choisies de Jérôme Alvarez. Ça a l’air faussement facile mais il doit y avoir un gros boulot de chara-design derrière toute cette ménagerie animée.

© Bagères/Voyelle/Alvarez chez Delcourt

Guidé par ce duo mal-assorti et pourtant si sympathique et inséparable, voilà un polar qui pète des flammes, pas pressé mais pourtant sans temps mort de par les interventions de tout ce petit monde irrésistible. Il y a de la poésie, de l’esprit et surtout un ton qui nous a fait craquer pour cet album. Loup-phoque et fourmi-lion d’idées.

La colorisation © Bagères/Voyelle/Alvarez

En espérant qu’il y en ait d’autres, de génisse… oups de génie, pour que d’autres enquêtes de ce duo voient le jour.

Titre : Panique au zoo

Récit complet

Scénario : Frédéric Bagères

Dessin : Marie Voyelle (Page Fb)

Couleurs : Jérôme Alvarez

Genre : Anthropomorphisme, Aventure, Humour, Polar

Éditeur : Delcourt

Collection : Humour de rire

Nbre de pages : 48

Prix : 23,95€

Date de sortie : le 13/06/2018

Extraits :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.