La plus grande qualité de Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot est aussi son plus grand danger, disloquant un peu plus le parcours chahuté de John Callahan

Adaptation de l’autobiographie éponyme du dessinateur John Callahan, Don’t Worry, he won’t get far on foot traîne dans les cartons de Gus Van Sant depuis au moins vingt ans, alors que l’idée lui vient de Robin Williams (que le réalisateur avait dirigé dans « Will Hunting » en 1997) qui avait acheté les droits de l’autobiographie de Callahan, afin de la produire et l’interpréter, tout en confiant la réalisation à Gus Van Sant. C’est Joaquin Phoenix qui a hérité du rôle alors que Rooney Mara incarne Annu, une thérapeute devenue hôtesse de l’air et compagne de John Callahan. L’actrice prête ses traits, en réalité, à un amalgame de plusieurs femmes qu’il a connues.

Note : 13/20 (Vu au cinéma Caméo des Grignoux)

Résumé: Même après avoir failli mourir dans un accident de la route lors d’une nuit de beuverie avec son ami Dexter, John Callahan n’a pas la moindre intention d’arrêter de boire. Il finit pourtant par suivre une cure de désintoxication, soutenu par sa compagne et un mentor charismatique, et se découvre alors un don inattendu… Il crée des dessins à l’humour noir, satirique et insolent, qui lui vaudront un succès international dès leur publication dans la presse. En dessinant, Callahan découvre une nouvelle manière de voir la vie…

Joaquin Phoenix and Director Gus Van Sant behind the scenes on DON’T WORRY, HE WON’T GET FAR ON FOOT.

Après son précédent et décrié film « Nos Souvenirs », présenté en compétition officielle lors du Festival de Cannes 2015, Gus Van Sant revient de loin, d’autant plus avec un projet qui date de plus de vingt ans. Le voilà qui adapte enfin la biographie du dessinateur John Callahan, devenu tétraplégique à l’âge de 21 ans, suite à un accident de voiture causé par son alcoolisme. Intitulé « Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot », il vous faudra vous entraîner à prononcer ce titre de film, que l’on vous conseille avant tout pour son casting, emmené par Joaquin Phoenix et Jonah Hill.

Histoire de rédemption d’un alcoolique devenu artiste, la plus grande qualité de ce drame biographique est aussi son plus grand danger, à savoir sa mise en scène, disloquée, au travers de laquelle le spectateur découvre son parcours, allant de sa déchéance, à sa résurrection. À vrai dire, le fait que l’histoire ne respecte pas la chronologie des événements pourrait ainsi perturber les émotions du spectateur, tandis que ce processus narratif est ici peu porteur de sens quant à ses propos, assez classiques dans son genre. Des beuveries sans limites de John Callahan (Joaquin Phoenix) à ses réunions aux Alcooliques Anonymes, en passant par sa relation amoureuse avec Annu (Rooney Mara), ou encore son amitié avec son guide des Alcooliques Anonymes (Jonah Hill), Gus Van Sant adapte donc un épisode de la vie mouvementée de cet écorché, ayant fait de son malheureux une force d’inspiration.

Mais en se focalisant sur le combat de l’artiste contre l’alcoolisme, et donc sur une seule partie de son autobiographie, Gus Van Sant réalise un film limité dans son champ d’action, et de vision, en passant notamment à côté de l’œuvre de son anti-héros. Heureusement, « Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot » évite, à bien des égards, de s’apitoyer le sort de ce dernier, et cela en grande partie grâce à l’interprétation qui en découle. En effet, une fois de plus, Joaquin Phoenix est tout bon, même dans un fauteuil roulant, tandis que Jonah Hill est sans doute la surprise du film, lui qui vous dressera très certainement les poils dans la peau de l’ami proche, et mentor thérapeutique, de Callahan. Une belle complicité se dégage ainsi de ce duo, duquel naîtra la métamorphose de son personnage principal, et la révélation du second.

C’est déjà la neuvième fois que Danny Elfman signe la musique d’une œuvre de Gus Van Sant, et cela n’est pas non plus pour nous déplaire, tant elle dynamise ici ce récit, traînant parfois des pieds dans sa narration. « Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot » est de loin un film dont on pourrait ne pas se passer dans son genre, malgré sa douce retenue, mais suite à ses choix, offrant tout de même une corde supplémentaire à l’arc de ses acteurs, avec de beaux rôles sur-mesure.

Rooney Mara stars as Annu in DON’T WORRY, HE WON’T GET FAR ON FOOT.

Toutes les critiques de Julien pour l’année 2018, ça se passe également par là !

Titre : Don’t Worry, He Won’t Get Far On Foot

Pays : USA

Réalisateur : Gus Van Sant

Acteurs : Joaquin Phoenix, Jonah Hill, Rooney Mara, Jack Black, Carrie Brownstein, Beth Ditto, Kim Gordon, Christopher Thornton, Udo Kier…

Genre : Biopic, Drame

Durée : 114 min

Date de sortie : le 18/04/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.