Bertier, en très grande forme pour son premier concert parisien en compagnie d’un surprenant Mouse DTC, a brillé à l’O Gib !

Chez Branchés Culture; on aime Bertier, et on suit leur parcours avec attention depuis leurs débuts. Rien d’étonnant donc à ce que j’envisage de me déplacer dans l’hexagone pour assister à leur premier concert parisien programmé le 26 mai dernier dans le sympathique club de l’O Gib situé au 15 rue Lavoisier à Montreuil. Un concert intimiste, qui n’en fut pas moins exceptionnel à plus d’un titre.

À lire aussi | INTERVIEW / En tête à tête avec Bertier, parfait mélange de « gens qui ne devaient pas se rencontrer, au départ »

À lire aussi | PHOTOS | En donnant vie à Anna & Roby sur les planches du Théâtre 140, Bertier, trésor caché de la pop alternative underground, a offert un concert magique et intense

À lire aussi | Pierre Dungen s’envole avec Bertier : « Sincèrement, je pense que tout a été dit et qu’être chanteur ou musicien aujourd’hui, c’est s’instruire, s’imbiber, s’imprégner »

© Lara Herbinia

L’O Gib est né de l’envie de créer un véritable lieu de vie, une ruche pour artistes confirmés, artistes émergents et artistes amateurs. Jazz, rock, chanson, pop, hip-hop, électro, classique, musiques du monde, Gilbert Roggi et son équipe mettent tout en oeuvre pour accueillir le public et les artistes venus de tous horizons dans les meilleures conditions. Et il est vrai que dès l’entrée dans ce lieu chaleureux, on s’y sent bien, très bien même.

Avec une capacité de cent vingt places, L’O Gib est le lieu idéal pour découvrir un artiste et s’imprégner de son talent. C’est dans des lieux comme celui-là qu’on touche du doigt la création artistique brûlante et qu’on assiste à la naissance de talents infinis pas encore assez mis en lumière. Bref, c’est là que le rock vit, caché des regards distraits et peu exigeants des auditeurs lambda lobotomisés par la daube capitale déversée à flot par les radios publiques. Car, hélas, aujourd’hui, un artiste se doit d’être bancable immédiatement pour qu’une major s’y intéresse, et pour qu’il trouve écho à son envie de passer en radio ou de s’exprimer sur scène devant un public plus large. Cette approche tronquée et pourrie par le fric de l’appréciation de la création artistique et de sa mise en lumière potentielle par des businessmen sans scrupules est hautement regrettable. C’est pour cette raison que des lieux comme l’O Gib sont devenus indispensables et doivent être préservés. S’il n’y avait pas eu au départ des petits clubs et des directeurs de programmations découvreurs un peu fous et prêts à prendre des risques pour leur mettre le pied à l’étrier, il n’y aurait jamais eu les Doors, Hendrix, Led Zeppelin, Miles Davis, Ferré ou Brel. Ces quelques lignes leur sont dédiées…

Mais revenons en à la programmation de ce soir. En première partie de soirée, c’est une réelle pépite electro-pop qui a mis le feu au club de Montreuil : Mouse DTC !

Mouse DTC © Jean-Pierre Vanderlinden

Duo originaire de Mulhouse composé d’Arnaud Dieterlen (Arno, ex batteur de Bashung, Higelin, etc.) et d’Hermance (voix, claviers), le combo possède toutes les qualités pour séduire et enflammer radios et dance-floors avec ses compos acidulées et délicieusement irrévérencieuses, dont la plupart pourraient se muer en tubes immédiats. « Mon Corps », « Chat Minou », « Doremifacho », « SOS SS », « Rester Propre », « Véhicule », « 1 2 3 4 », vous donnent immédiatement des fourmis dans les jambes et une irrésistible envie de danser.

Mouse DTC © Jean-Pierre Vanderlinden

Derrière ses futs, Arno prouve qu’il est un batteur de très haut vol.  Quant à Hermance, l’atout charme du groupe, elle possède un charisme indéniable et se mue sur scène en une sorte de Lio sexy, alternative et hallucinée sous injection Kraftwerk. Un vrai duo de choc, qui mériterait mille fois une plus grande mise en lumière ! On vous en reparlera.

Mais l’heure est venue de retrouver Bertier sur scène.

Le collectif bruxellois au grand complet, rejoint quelques heures avant le show par un Jean François Assy arrivant en droite ligne de Hollande où il a donné une série de concerts avec Daan, monte sur scène, et dès le premier titre je suis étonné par le son parfait, dense et compact obtenu par le talentueux ingé son de l’O Gib, Eric Bouroukhoff. Quant au groupe, comme à son habitude, il assure le show de bout en bout avec tout le talent qu’on lui connait.

Bertier © Jean-Pierre Vanderlinden

Il faut dire que lorsqu’on a la chance d’avoir en son sein des magiciens comme Gil Mortio (basse, keys), Jeff Assy (cello), Florent Le Duc (batterie) et le maestro Yan Péchin (guitares) pour envelopper la voix et les mots de Pierre Dungen et la haute voltige vocale de Lara Herbinia, on ne peut qu’obtenir un diamant musical brillant de mille feux.

Bertier © Jean-Pierre Vanderlinden

« Derrière le Tableau »  se savoure délicieusement, « Anatolie »  et sa folie furieuse sur fond de guitare hallucinante signée Péchin est une fois de plus proposé dans une version exceptionnelle, « Soda Light » pétille à souhait et « L’Oiseau Lyre » s’envole dans un déluge de notes toutes plus exceptionnelles les unes que les autres. Jamais Bertier n’avait sonné si compact, si intense.

Bertier © Jean-Pierre Vanderlinden

Pierre Dungen vit chaque mot qu’il prononce, tandis que, derrière lui, Lara, plus affranchie dans son art, vocalise comme jamais. Le concert se termine avec « Baby Lol et le Joulik Dandy », tiré du premier album, dans une version pop rock énergique qui fera danser le public. En un mot, pour son premier concert sur le sol français, Bertier a déchiré !

Bertier © Jean-Pierre Vanderlinden

Dans la salle, on a pu croiser quelques artistes comme la chanteuse Emma Foreman et le bassiste Bobby Jocky, celui là même qui avec Arno, Yan Péchin et Jean-François Assy formaient le dernier band d’Alain Bashung, celui qui l’a accompagné sur sa dernière tournée.

Jeff, Yan, Bobby et Arno © Lara Herbinia

Au dessus de ces quatre-là, ce soir et dans la foulée de Bertier, une ombre a plané sur l’O Gib dont les murs sombres à la nuit tombante m’apparaissaient couleur bleu pétrole…

Jean-Pierre Vanderlinden

Le concert en images…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.