Ils étaient presque devenus vegans… mais en territoire redneck, les vampires ont retrouvé toute leur soif de feu et de sang

Croiser rednecks et vampires, c’est l’expérience réussie par Donny Cates, Lisandro Estherren et Dee Cunniffe sur le label du créateur de Walking Dead, Skybound. Ou comment des suceurs de sang se sont retrouvés au pays de ceux que certains auraient vite fait de qualifier de consanguins. Une harmonie fébrile a été trouvée entre esprit de famille et règles visant à laisser les humains en paix tout en reléguant la soif de leur hémoglobine en trouvant un substitut moins criminel. Ce n’est pas pour autant que les dignes successeurs de Dracula et autres Nosferatu sont devenus vegans. Mais, dans ce Texas profond et dégénéré, la paix est bien vite mise à mal, à feu et à sang. Surtout à sang.

Résumé de l’éditeur : Les Bowman sont une famille de vampires installés depuis des décennies près d’une petite ville rurale du Texas. Ils sont parvenus à se fondre dans la populace locale, mais cette paisible coexistence va voler en éclat lorsque la haine, la peur et le ressentiment accumulés depuis des générations explosent à la face du monde. Impossible alors de faire la distinction entre les hommes et les monstres…

© Cates/Estherren/Cunniffe chez Image Comics

Les Bowman ne forment a priori pas une famille formidable. Hirsute, déstabilisée, reconstituée, elle a toutefois réussi à se mettre des limites et à contenir l’instinct de mort sanguinolente qui a pourtant fait la renommée monstrueuse de la « race » à laquelle elle est reliée : les vampires. À force de se nourrir du sang de vaches, ces vampires de Sulphur Springs sont en quelque sorte devenus abstinents ! Sevrés ? Pas vraiment, certains ne se sont pas résignés à oublier le raisiné propre à l’Homme. Et cela tombe bien, cher ami lecteur, tu viens d’arriver pile au bon moment pour assister au jour noir où tout a basculé, quand la paix des ménages, excitée par les extrémistes des deux communautés, s’est muée en cauchemar, en carnage, toutes dents dehors. Ça va saigner.

© Cates/Estherren/Cunniffe chez Image Comics

Oubliant quelque peu le genre, Donny Cates a eu la bonne idée de faire se rejoindre deux sortes de légendes. L’une, bien réelle et sans doute un peu plus mise en lumière depuis l’accession au pouvoir de Donald Trump, les Redneck; l’autre présente depuis des siècles, depuis la nuit des temps éprouvants et épouvantables même, les vampires. Le terrain idéal pour constituer le décor d’un drame social. Relevé certes par un goût de sang, Redneck est loin d’être une histoire à sens unique où les bons traquent les méchants hommes-chauve-souris. Non, même si les négociations et tentatives d’apaisement échoueront (ce qu’il s’est passé est bien trop grave et irréversible, là où la guerre est irrésistible), le trio d’auteurs laisse la place à des allers-retours entre les deux groupes voisins et ayant, chacun dans leur rang, des agitateurs. Le dessin de Lisandro Estherren est cru comme il faut, l’horreur tapie dans l’ombre et toujours prête à surgir; tandis que les couleurs de Dee Cuniffe ont du s’assortir de la nuit tellement envahissante (on n’est pas dans Twilight, si peu que le soleil paraît, les vampires se consument) pour donner à l’ensemble une touche crépusculaire bien torchée.

© Cates/Estherren/Cunniffe chez Image Comics

Incursion dans une campagne de pauvres diables, Redneck monte en puissance et, dans les six épisodes de ce recueil, parvient à brosser le portrait de cette famille atypique qui avait pourtant juré de ne plus jamais toucher à un être humain. Une famille à nouveau sur les charbons ardents, qui va devoir faire, avec ses antagonismes et de nouveaux venus convertis de force, face à un nouvel exil. Tout recommencer là où un grand pas vers un semblant de paix intérieure et extérieure avait été fait. Le regard des autres posés sur cette engeance diabolique est à nouveau exacerbé et c’est sur le pied de guerre que nous laissons ces vampires déboussolés.

© Cates/Estherren/Cunniffe chez Image Comics

Série : Redneck

Tome : 1

Scénario  : Donny Cates

Dessin : Lisandro Estherren

Couleurs : Dee Cunniffe

Traduction : KgBen

Genre: Drame, Fantastique, Horreur

Éditeur VO : Image Comics

Label : Skybound

Éditeur: Delcourt

Collection : Contrebande

Nbre de pages: 144

Prix: 15,95 €

Date de sortie: le 04/04/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s