Royal City : Jeff Lemire en finit avec la mort après la vie avec un charme indéfinissable

Il y a des histoires qu’on va chercher au bout de ses tripes et, ces derniers temps, Jeff Lemire fait remonter des choses puissantes et de très loin. Royal City en est un nouvel exemple qui nous fait côtoyer les décédés et perpétuer la vie après la mort, au milieu des tourments et des accalmies, des drames et des bonheurs. Parce qu’il faut bien être heureux, de temps en temps. On ne sait pas si on l’est plus, désormais, après lecture. Pas qu’on soit triste. Mais qu’on en sorte chamboulé et vivant, un peu plus vivant.

 À lire aussi | Black Hammer : au ras des pâquerettes, les envolées de super-héros dysfonctionnels ne sont que plus belles

À lire aussi | Winter Road, pour une poignée de coups de barre


Résumé de l’éditeur : Depuis plus de trois générations, la petite ville industrielle de Royal City voit naître, grandir, partir, vieillir et mourir les membres de la famille Pike. Patrick, romancier en perte de vitesse ; Tara, bien décidée à relancer la compétitivité de la ville ; et Richard, égaré dans le dédale d’une vie dissolue ; tous sont aujourd’hui réunis par la force des choses, et la crise cardiaque de leur père. Dans cette nouvelle épreuve se fait l’écho du drame qui bouleversa la vie de chaque membre de cette famille : la mort de Tommy, le plus jeune fils, retrouvé noyé alors qu’il n’était encore qu’un enfant, et dont le souvenir hante depuis le quotidien de ses proches.

© Lemire chez Image Comics

Jeff Lemire, ce n’est pas un crayon ou un feutre qu’il utilise pour coucher ses histoires, c’est l’encre de ses sentiments, un peu de son sang, un héritage de papier un peu plus conséquent à chaque album. Avec Royal City, l’afflux est imposant, auscultant le moment où tout bascule et les années, les lustres qui s’ensuivent toujours obnubilés par cet instant T, tétanisant. Une histoire de fantôme, donc. Comme il y en a déjà eu. Une ville en connexion avec ceux qu’elle abrite sans les protéger des maux du monde, aussi. On a déjà vu ça aussi.

© Lemire chez Image Comics

Sauf qu’en s’impliquant dans le versant psychologique de ses personnages, cette famille justement décomposée (on ne pouvait rêver mieux comme titre pour ce premier tome), Jeff Lemire va plus loin que beaucoup de choses imaginées jusqu’ici : il ne vit pas avec la mort mais avec la vie, au pays des vivants, il la grandit et l’allonge là où elle s’est arrêtée brusquement. Il y met des couleurs faussement naïves de l’enfance, y implique une grande imagination (un coup de fil mis sur orbite, notamment qui finit de conquérir) et les souvenirs sont pris à leurs propres jeux et libérés de leur écrin, de leur cage.

© Lemire chez Image Comics

Tommy est toujours là, le petit, le grand, le junkie, l’ado introverti… là en fonction de la manière dont chacun le voyait. Ma chronique va peut-être sembler mystérieuse, mais je ne veux absolument pas briser le charme indéfinissable de cette histoire en en disant trop. Royal City impose sa majesté et son essentialité.

© Lemire chez Image Comics

J’ai trouvé une chouette chronique qui étanchera votre soif d’en savoir un peu plus, au Bar à BD

Série : Royal City

Tome : 1 – Famille décomposée

Scénario, dessin et couleurs : Jeff Lemire

Traduction : Benjamin Rivière

Genre: Drame, fantastique

Éditeur VO: Image Comics

Éditeur VF : Urban Comics

Collection : Urban Indies

Nbre de pages: 145

Prix: 14,45€

Date de sortie: le 19/01/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.