Essence de Fred Bernard et Benjamin Flao : Achille aux pays des « mort-veilles »

Vous avez vu le prix de l’essence ? Ça flambe, hein ! Et que vous le croyiez ou non, c’est encore pire au ciel. D’ailleurs, Fred Bernard et Benjamin Flao ne vous demandent pas d’y croire et vous embarquent, dans une belle voiture qui suffoque dans un désert aride. Pas à toute allure: c’est la panne sèche. Et elle nous est profitable pour explorer un univers tentaculaire, ébouriffant et profondément passionnant.

© Bernard/Flao chez Futuropolis

Résumé de l’éditeur : Achille, un jerrican à la main, déambule dans un dédale de couloirs dans un bâtiment immense, étrange… Enfin, il trouve une ouverture. Ébloui par le soleil, il se dirige vers une Ford Mustang blanche. À côté, une belle femme brune l’attend. Ils vont pouvoir repartir. La femme lui demande de reprendre le cours de ses souvenirs alors qu’ils roulent dans un paysage désertique. Se souvient-il de ce qu’il lui est arrivé avant de se retrouver ici, avec elle ? Achille a mal à la nuque et voit un étang gelé dans la brume, une Porsche 911 jaune en plein milieu, à moitié immergée. Un homme semble être à l’intérieur… Mais ça ne peut être lui, il n’a jamais eu de Porsche… Et puis qu’est-ce qu’il fait là, dans cette voiture, avec elle, alors qu’il ne l’a jamais vue et ne connaît même pas son nom ? Alors, elle lui révèle la vérité : il est au « paradis » (plutôt le purgatoire, ou la purge) des pilotes, et elle est son ange gardien. Pour en sortir, il va falloir comprendre comment il est mort pour trouver la paix…

© Bernard/Flao chez Futuropolis

Il y avait « Je suis mort mais j’ai des amis », il y aura désormais « Je suis mort mais j’ai un bolide… mais plus d’essence ». À sec. Arrêté en bord d’autoroute de la vie et obligé de lui trouver un autre sens, au fil des virages, des carrefours et des rencontres absurdes, réconfortantes ou laissant perplexes. Achille, tel un héros de tragédie grecque arrivé dans notre monde rutilant, va devoir faire son chemin dans ce monde tellement dingue qu’il lui laisse le pouvoir de décider d’à peu près tout : les décors, la météo, le moyen de déplacement… Le monde d’après-la-vie, ce purgatoire inimaginable aurait-il donc trouvé son matador ? Non, il est vicieux, ce monde, et s’il fait croire à Achille qu’il a les pleins pouvoirs, même s’il est vrai qu’il a la chance unique de pouvoir enquêter sur sa propre mort (ce n’est pas donné à tout le monde, hein), c’est pour mieux l’enfermer bien loin de sa zone de confort de quand il était mortel, quand on pouvait croire qu’il était James Dean, Américain d’origine, fils de Buffalo Bill… vous connaissez la chanson, hein.

© Bernard/Flao chez Futuropolis
© Bernard/Flao chez Futuropolis

L’opéra chaotique et onirique, déséquilibré, des deux auteurs a pourtant de quoi surprendre, étonner et même laisser pantois, dans ses paroxysmes. Sans nous perdre dans les virages : Fred Bernard et Benjamin Flao sont des pilotes de compétition (ils convoquent même Gilles Villeneuve, entre autres rencontres insoupçonnées, c’est dire s’ils ont des relations) qui, pourtant, ont pris le risque de ne pas mettre leur casque (ça secoue, mine de rien, dans cette histoire) pour mieux être à l’écoute, au-delà des bruits de moteur, des mondes, le nôtre et celui d’après. L’épopée intérieure autant qu’extérieure que signent ces deux esthètes fait le chemin entre la vie qu’on voit dans le rétroviseur et celle qui ressemble encore à un minuscule point à l’horizon de notre pare-brise.

© Bernard/Flao chez Futuropolis
© Bernard/Flao chez Futuropolis

Et, entre-temps, il y a de la place pour le rêve et/ou le cauchemar, dans des décors magnifiques dans lesquels on verrait bien s’immiscer un Michel Gondry ou des Soeurs Wachowski. Pourtant, ce roman graphique, c’est mieux que du cinéma, par la place qu’il laisse au lecteur pour s’y projeter. Tout en acceptant de ne pas être sur les freins, de se laisser porter à rythme de croisière ou à toute allure et de ne pas tout comprendre directement. Essence, c’est complètement fou et terriblement excitant. Indispensable au rayon des histoires expérimentales à sensations fortes. 3, 2, 1, partez !

© Bernard/Flao chez Futuropolis

Titre : Essence

Récit complet

Scénario  : Fred Bernard

Dessin et couleurs : Benjamin Flao

Genre: Initiatique, Fantastique, Aventure

Éditeur: Futuropolis

Nbre de pages: 184

Prix: 27€

Date de sortie: le 04/01/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.