Sa Majesté des Ombres, un thriller magistral, comme une apnée dont vous serez prisonnier jusqu’à la dernière page

Un cartel tentaculaire, une menace invisible, une héroïne hors du commun; voici trois des ingrédients du nouveau tour de force littéraire de Ghislain Gilberti. Après l’uppercut de Dernière Sortie pour Wonderland, un des piliers du roman noir français nous revient avec un thriller implacable qu’il est impossible de lâcher une fois ouvert. Le premier volet d’un triptyque à l’univers sombre aussi fascinant que féroce. Le début d’une belle addiction, sans aucun doute !

Avec Sa Majesté des Ombres, Gilberti nous offre des retrouvailles avec Cécile Sanchez (personnage fétiche de l’auteur), cette charismatique commissaire à l’esprit d’analyse infaillible. Nous sommes en 2010, le devoir d’enquête l’appelle à Strasbourg où plusieurs meurtres restent irrésolus. Cécile se heurte de plein fouet à un commissaire divisionnaire bien décidé à entraver ses investigations. Reprenant l’enquête à sa source, elle remonte le temps jusqu’en 2003 lorsque l’interpellation d’un trafiquant à la Villa Venezia tournera au drame. Peu à peu, son ennemi se dessine dans l’ombre : Borderline, un réseau tentaculaire aux méthodes sanguinaires. Pour le dévoiler au grand jour, elle devra descendre toujours plus loin dans les ténèbres. Difficile de mettre des ombres en cage…

Avant d’ouvrir un tel livre, il vaut mieux prendre une grande inspiration car les 700 pages qui vont suivre seront denses, violentes, purement addictives. Sa Majesté des Ombres se révèle comme une longue apnée, une lente descente vers les abysses où l’ivresse des profondeurs attend le lecteur. Avec son écriture directe et sa maîtrise absolue du polar, Gilberti signe un roman d’une rare intensité. Une fois plongé à l’intérieur, impossible de le lâcher ! On vit avec les personnages, on réfléchit et souffre avec eux, la seule échappatoire possible à cette enquête enivrante est de tourner la dernière page. Alors, on avance avec avidité et fascination, l’expérience est captivante.

Magnétique de bout en bout, on dévore ce nouveau Gilberti comme on binge-watche une bonne série télé. Diable qu’il est bon de renouer avec une littérature qui happe et se consomme dans l’urgence, sans aucune modération. On ne peut que s’incliner devant l’auteur qui parvient à emporter le lecteur dans un tel tourbillon, à le soustraire à sa réalité sans ménagement.

Incisif dans sa plume, dantesque dans son scénario, Ghislain Gilberti nous offre là un thriller magistral, une épopée que l’on n’est pas prêt d’oublier. Lorsque la fin tombe, tel un couperet, elle laisse un goût amer. Orphelin d’une enquête sans précédent, le lecteur ne peut que se consoler dans l’attente du retour de Cécile Sanchez dans un deuxième volet. La hâte se fait déjà sentir…

Sa-Majeste-des-Ombres

Titre : Sa majesté des ombres

Auteur : Ghislain Gilberti

Editions : RING

Nbre de pages : 738 pages

Prix : 22 €

Date de sortie : le 08/03/2018

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s