Les serial Killers n’ont épargné personne et fait 16.000 victimes au Sportpaleis !

Avant une venue très attendue à Werchter, l’été prochain, et forts de leur nouvel album Wonderful Wonderful sorti l’année dernière, The Killers étaient présents ce samedi 6 mars au Sportpaleis. Un concert qui affichait complet depuis des lustres et qui a tenu toutes ses promesses. 

© Jean-Pierre Vanderlinden

C’est la jolie Juanita Stein qui a ouvert les hostilités. La jeune australienne nous a proposé un indie rock qui n’est pas désagréable sans pour autant être génial. Mais, malgré tout, son petit côté Chrissie Hynde dans la voix était assez attachant et loin d’être inintéressant.

Dès l’arrivée sur scène de Brandon Flowers et de ses acolytes, le Sportpaleis s’enflamme. The Killers a désormais trouvé la recette magique pour faire immédiatement de ses titres des classiques du genre qui s’ancrent à la minute dans l’inconscient collectif.

© Jean-Pierre Vanderlinden

Le band attaque avec « Run For Cover », « Somebody Told Me » et « Spaceman ». Quand on entend chanter Brandon et qu’on le voit s’époumoner comme un beau diable du début à la fin du show, on ne s’étonne pas des petits problèmes de voix qu’il a pu connaitre il y a quelques semaines. Aujourd’hui, tout semble être rentré dans l’ordre vocalement et le groupe témoigne de cette énorme efficacité scénique qui a fait sa réputation.

© Jean-Pierre Vanderlinden

Planté devant ses synthés, mais caché derrière un grand symbole lumineux masculin, Brandon Flowers dirige la manoeuvre alors que ses trois choristes, Erica Canales, Daniele Withers et Amanda Brown, se cachent elles derrière le même symbole, mais féminin cette fois. Ronnie Vanucci à la batterie,  Dave Keuning à la guitare et Mark Stoermer à la basse sont quant à eux d’une redoutable efficacité sans être aussi charismatiques que leur frontman.

© Jean-Pierre Vanderlinden

Soutenus par un brillant light show et un son de qualité correcte pour le Sportpaleis, le groupe a déroulé ses hits durant quasi deux heures. On a donc pu entendre entre autres : « Rut », « Tyson vs Douglas », « Runaways », « Human », « Read My Mind », une étonnante cover de Dire Straits (« Romeo and Juliet ») et, en fin de set, un « All The Things That I’ve Done » joué à grand renfort d’une pluie de feux d’artifice qui tombe du plafond de la scène. En rappel, nous avons eu droit à quatre titres supplémentaires impeccables avec « The Calling »,  « Midnight Show », « When You Were Young » et  l’excellent « Mister Brightside ».

© Jean-Pierre Vanderlinden

À la sortie du show, les fans étaient majoritairement ravis car ce soir The Killers ont été égaux à eux même et n’ont pas déçu. 

Jean-Pierre Vanderlinden

Le concert en images…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.