Prise au piège… d’une intrigue qui absorbe tout !

Le dernier Robert Dugoni, Prise au piège, est arrivé entre mes mains il y a à peine 36 h et je l’ai déjà dévoré. Rincée, usée jusqu’à la moelle par une intrigue policière bien ficelée. Un petit goût des premiers romans d’Harlan Coben (qui s’est tellement appauvri dans le récit que je ne le lis plus) comme « Ne le dis à personne », « Juste un regard »… Ces romans qui  vous intriguent, que vous devez laisser à regret pour partir travailler et qui méritent amplement de poser une journée pour les achever. Un roman que l’on dépose, les pages ouvertes mais que l’on ne peut laisser trop longtemps sans attention.

Le pitch? Tracy est enquêtrice à la police Seattle, détective comme on dit là-bas. Elle travaille en équipe avec trois mâles qui constituent sa famille de coeur. Un matin, elle est appelée au bord de l’océan. Le corps d’une femme a été repêché dans un casier à crabes. Qui est cette femme et pourquoi a-t-elle été tuée et jetée au fond des eaux pour disparaître?

Une enquête commence, je ne dirai rien de plus de l’histoire car il faut vraiment la découvrir, s’y plonger, rebondir avec les astuces que l’auteur nous a préparées. Entre Seattle et Portland, commencent à se nouer des fils d’une pelote bien trop épaisse pour que la lectrice assidue d’intrigues, de thrillers et de policiers ne puisse en trouver la résolution avant la fin. Et ce n’est pas chose courante…et c’est ça qui est tout bon. Robert Dugoni joue avec nous tout au long de ces 450 pages. Il nous attrape, nous happe dès les premières lignes et nous retourne dans tous les sens. 

Andréa est un personnage majeur de cette histoire, victime? coupable? Morte? Vivante? Nous hésitons d’une page à l’autre. Mais une des forces de ce roman est de nous la rendre particulièrement attachante. Robert Dugoni est un auteur intelligent, la grande majorité des livres policiers sont lus par les femmes et cette femme, Andréa, est une lectrice assidue. Il nous la décrit dans son canapé, sous une couverture, avec un thé et un bon livre toujours dans les mains.

Elle ne se déplace jamais sans une liseuse ou un livre de poche dans son sac… Et ça, ça crée une identification directe. Alors, on veut savoir…. Andréa, c’est un peu nous. Que lui est-il arrivé? Est-elle la femme que l’on découvre au fur et à mesure des récits des gens qui l’ont côtoyée ? Ou est-elle la femme que l’on pense deviner entre les lignes.

C’est perturbant, troublant, captivant, passionnant. 

Voilà un auteur qui donne envie de lire ces précédents ouvrages. Car Tracy, la détective de la police de Seattle est le personnage principal d’autres romans. Ce qui implique une épaisseur agréable dans les personnages. Ils ont des caractères, des travers, des détails qui les rendent plus humains. On a envie de les connaître plus, mieux, on a encore envie de partager des morceaux de leurs vies… Et bonne nouvelle, il y a d’autres histoires à découvrir.

Alors, si je n’ai qu’un seul conseil, il faut plonger dans ce roman d’une belle qualité de suspense et dont le récit est particulièrement soigné. Deuxième 5/5 de l’année les amis !

Auteur : Robert Dugoni

Titre : Prise au piège

Traduction : Hélène Amalric

Editions : AmazonCrossing

Nbre de pages : 447 pages

Prix : 9,99€

Date de Sortie :  13 mars 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.