Fidélité Criminelle, une comédie-thriller désarçonnante qui vaut le coup d’oeil

En ce moment le Théâtre des Galeries propose Fidélité Criminelle, de Chazz Palminteri avec Catherine Claeys, Ronald Beurms et Serge Demoulin. Une comédie-thriller  portée par quelques jolies joutes verbales et adaptée de l’américain par Catherine Claeys.

© Fabrice Gardin

C’est l’histoire d’un couple bourgeois et d’un tueur à gages, qui ne se terminera pas de la manière que l’on aurait pu croire. Maggie, femme dépressive délaissée par Jack, son mari, se prépare au suicide. Elle change d’avis lorsque Tony, un tueur à gages, fait irruption dans sa luxueuse propriété… Maggie et Tony sont issus de milieux très différents et pourtant ils se ressemblent. La vie les a blessés et ils essayent de survivre… ( source : Théâtre des Galeries )

© Fabrice Gardin

Fidélité Criminelle est un huis-clos basé sur les rapports humains de trois êtres qui s’entrechoquent, et dont l’action (qui se déroule dans une maison bourgeoise) démarre comme un thriller. Un homme fait irruption chez une femme avec pour mission de la violer, puis de la tuer, lorsque l’ordre lui en sera donné par téléphone. D’après ses informations, ce serait le mari qui l’envoie. Ce qu’il ignore, c’est qu’avant son arrivée la femme en question était déjà sur le point de se suicider.

© Fabrice Gardin

Durant la première demi-heure, on se croit plongé dans une histoire que n’aurait pas renié Alfred Hitchcock, puis la pièce hésite et a du mal à trouver son juste style, sans cesse en (dés)équilibre entre comédie noire à rebondissements, thriller et drame psychologique. Le spectateur a parfois du mal à s’y retrouver et malgré le fait qu’on ne s’y ennuie pas une minute, Fidélité Criminelle désarçonne un peu et manque quelquefois de rythme, sans doute en raison de l’adaptation française qui ne parvient sans doute pas à rendre totalement les subtilité initiales du texte original.

Néanmoins, les questions que pose la pièce sont éternelles et concernent chaque être humain. Jusqu’où suis je prêt à aller pour sauver ma peau ? Est ce que je plais toujours ? La vie vaut-elle d’être vécue sans amour ? L‘argent rend-il heureux ? Les réponses apportées semblent parfois un peu simplistes, véhiculées par quelques idées préconçues qui relèvent de la psychologie de bas étage, et d’une vision du couple qui date un peu. Mais, en dehors de ces petits défauts, Fidélité Criminelle se laisse voir de manière agréable et il faut souligner les excellentes interprétations de Catherine Claeys parfaite de bout en bout dans le rôle de l’épouse-victime et de ses deux partenaires Ronald Beurms en tueur à gages meurtri et Serge Demoulin en mari infidèle. C’en est assez que pour justifier l’achat de votre ticket de spectacle et vous rendre au Théâtre des Galeries avant le 4 mars 2018 date de la dernière de Fidélité Criminelle.

Jean-Pierre Vanderlinden

© Théâtre des Galeries

Fidélité Criminelle
de Chazz Palminteri

Adaptation de: Catherine Claeys

Avec: Catherine Claeys, Ronald Beurms et Serge Demoulin.
Mise en scène :
Claude Enuset
Décor et costumes :
Charly Kleinermann et Thibaut De Coster

Du 7 février au 4 mars 2018

Réservations : http://www.trg.be

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.