Le femme à la fenêtre : un thriller hitchcockien de haut vol

Anna Fox, jeune pédopsychiatre, souffre d’agoraphobie depuis de nombreux mois. Le simple fait de mettre un pied dehors est un véritable calvaire pour elle, à tel point qu’elle reste cloîtrée dans sa grande et luxueuse maison où elle passe la plupart de son temps entre son ordinateur (elle adore jouer en ligne aux échecs) et sa télévision (les vieux polars en noir et blanc n’ont plus de secret pour elle). Mais ce qu’elle apprécie par-dessus tout c’est espionner ses nombreux voisins. Jusqu’au soir où elle assiste impuissante à un meurtre perpétré dans la maison d’en face.

Mais a-t-on réellement assassiné quelqu’un? Tout semble pourtant prouver le contraire.

Le merlot qu’elle boit en (trop) grande quantité, les médicaments dont elle abuse n’auraient-ils pas définitivement eu raison de la santé mentale de la jeune femme? Le cauchemar d’Anna ne fait que commencer.

A.J.Finn

Pour la petite histoire, le journaliste A.J. Finn de son vrai nom Robert Mallory a eu l’idée de ce livre alors qu’il était confiné chez lui suite à une sévère dépression. Comme l’héroïne de son thriller il passait des heures à jouer les voyeurs, imaginant ce qui pouvait bien se tramer chez ses voisins. Il tenait là l’intrigue de son bouquin.

Son premier et très prometteur roman fait en tout cas inévitablement penser à La Fille du train, thriller à succès de Paula Hawkins dont l’héroïne principale (elle aussi très portée sur la bouteille) était témoin d’un incident pour le moins suspect. On sent également que l’auteur de La femme à la fenêtre est un fan inconditionnel du grand, de l’immense Alfred Hitchcock. Tout comme aimait le faire le réalisateur de Fenêtre sur cour (auquel le bouquin fait beaucoup penser), A.J. Finn a voulu raconter l’histoire d’une citoyenne lambda dont la vie bascule du jour au lendemain dans le plus effrayant des cauchemars.

Une chose est sûre, le livre de A.J. Finn (le film est en production) est un véritable page-turner. Un roman tellement addictif, tellement captivant que rien ne parviendra à vous distraire de sa lecture. Ni un joli coucher de soleil, ni même des mouvements suspects chez vos voisins d’en face. Et c’est tant mieux, car apparemment, il est parfois judicieux de se tenir à l’écart des fenêtres.

Titre : La femme à la fenêtre

Auteur : A.J. Finn

Genre : Thriller

Editeur : Presses de la cité

Nbr de pages : 528

Date de sortie :  8 février 2018

Prix : 21,90€

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.