Les heures sombres, dix-sept jours dans la fumée des cigares brûlés par le feu de la guerre

Les heures sombres, c’est avant tout une performance, celle de Gary Oldman qui, du cigare à la montre en passant par sa bague, les lunettes, le chapeau, incarne un Churchill plus vrai que nature. Bref, tous les accessoires caractéristiques de l’homme d’état et de guerre sont bien présents dans le film et la production est remontée à la source pour les trouver. Sauf pour le bottier qui n’est plus en activité. C’est aussi la seconde fois qu’un film reçoit l’autorisation de déposer ses caméras au palais de Westminster, ainsi qu’à la résidence et lieu de travail de Churchill, au 10 Downing Street. Puis, on ne peut regarder ce film sans avoir une pensée pour John Hurt, décédé avant le tournage, et à qui Ronald Pickup a eu la lourde tâche de succéder dans le rôle Neville Chamberlain.

Note : 15/20 (Vu au cinéma Caméo des Grignoux)

Résumé: Homme politique brillant et plein d’esprit, Winston Churchill est un des piliers du Parlement du Royaume-Uni, mais à 65 ans déjà, il est un candidat improbable au poste de Premier Ministre. Il y est cependant nommé d’urgence le 10 mai 1940, après la démission de Neville Chamberlain, et dans un contexte européen dramatique marqué par les défaites successives des Alliés face aux troupes nazies et par l’armée britannique dans l’incapacité d’être évacuée de Dunkerque. Alors que plane la menace d’une invasion du Royaume- Uni par Hitler et que 200 000 soldats britanniques sont piégés à Dunkerque, Churchill découvre que son propre parti complote contre lui et que même son roi, George VI, se montre fort sceptique quant à son aptitude à assurer la lourde tâche qui lui incombe. Churchill doit prendre une décision fatidique : négocier un traité de paix avec l’Allemagne nazie et épargner à ce terrible prix le peuple britannique ou mobiliser le pays et se battre envers et contre tout. Avec le soutien de Clémentine, celle qu’il a épousée 31 ans auparavant, il se tourne vers le peuple britannique pour trouver la force de tenir et de se battre pour défendre les idéaux de son pays, sa liberté et son indépendance. Avec le pouvoir des mots comme ultime recours, et avec l’aide de son infatigable secrétaire, Winston Churchill doit composer et prononcer les discours qui rallieront son pays. Traversant, comme l’Europe entière, ses heures les plus sombres, il est en marche pour changer à jamais le cours de l’Histoire.

« Les Heures Sombres » nous emmène dans les coulisses du pouvoir durant les premiers jours d’un Winston Churchill fraîchement élu Premier ministre de Grande-Bretagne, par défaut et au détriment de la grande majorité du Parlement, ne croyant plus en ses priorités politiques, lui qui préférerait combattre que de négocier pour une quelconque idée de paix. De la veille de sa nomination jusqu’au premier jour de l’évacuation de Dunkerque (où il n’y a que 17 jours d’écart), le film nous plonge dans l’enfer historico-politique avec lequel il a dû jongler, alors qu’Hitler était aux portes de la Grande-Bretagne, après n’avoir fait qu’une bouchée de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas.

Faisant globalement impasse sur la carrière qui précéda son rôle de Premier ministre (si ce n’est via des dialogues contredisant sa nomination ou favorisant sa destitution), le film de Joe Wright impressionne par l’intérêt qu’il soulève à travers la course effrénée que Churchill a dû mettre en place pour raisonner son peuple. Ce dernier étant alors prêt à capituler avec les puissances de l’Axe pour permettre à son pays de conserver son indépendance (mais à quel(s) prix?).

Bon parleur (comme bon buveur), ses discours et ses paroles ont marqué le peuple britannique et les forces alliées, leur donnant la force de combattre, d’aller chercher la victoire, et de sauver (plus de) trois-cents mille vies prises au piège à Dunkerque, grâce à l’opération « Dynamo » (pour ça, allez voir Dunkerque de Christopher Nolan), initiée par Winston Churchill, et qui mobilisera la marine marchande, des flottes de pêche et de plaisance, ainsi que des canots de la Royal National Lifeboat Institution.

Le film rend à ce passage, déterminant de la Second Guerre mondiale, toute sa dimension politique complexe, entre complot, manipulation et idéologie. « Les Heures Sombres » est un film historiquement intéressant, qui nous rappelle par la même occasion que l’avenir qui se jouait à l’époque s’est dessiné et décidé dans un mouchoir de poche. Coulisses de la naissance de l’opération « Dynamo », « Les Heures Sombres » est un peu le penchant plus cérébral et terre-à-terre du « Dunkerque » de Christopher Nolan, sorti l’été dernier.

Ce film, c’est aussi l’opportunité pour un acteur d’entrer dans la peau d’une personne ayant foisonné dans la politique britannique, et même européenne, et inscrit au panthéon de celles qui ont contribué au monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. C’est Gary Oldman qui interprète ici Churchill, lui qui a accepté de supporter près de trois heures trente de maquillage par jour pour le bien de la ressemblance. Il a ainsi travaillé sa voix, sa démarche corporelle, tandis que maquilleur Kazuhiro Tsuji s’est occupé de lui créer un moulage en silicone qui lui fut appliqué, mais auquel il fallait encore ajouter une bonne dose de maquillage, ainsi que la coiffure, pour achever la transformation. Près de six mois de travail ont été nécessaires pour réaliser cet ensemble de prothèses, qui pesait la moitié du poids de l’acteur. Et, finalement, Oldman livre une très belle interprétation, à hauteur de l’extraordinaire métamorphose réalisée, lui qui mérite donc toute la reconnaissance du cinéma pour son rôle. Dommage qu’à côté du personnage principal, le reste de la galerie peine à soulever les foules. Ainsi, on regrettera un manque flagrant de la place de la femme dans l’intrigue, et ce n’est pas le rôle tenu par Lily James (la dactylographe de Churchill), ni celui de Kristin Scott Thomas (l’épouse), qui vont changer la donne.

En termes de divertissement, « Les Heures Sombres » tisse davantage sa toile dans le discours et l’éloquence, plutôt que dans le film de guerre. Il est bien entendu question ici d’un portrait humain en proie à d’énormes responsabilités, et aux répercussions qui dépassent tout entendement. Heureusement, sa mise en scène (classique dans le genre) ne manque pas de rythme, ni de tension, malgré l’histoire que nous connaissons tous. De plus, la musique de compositeur Dario Marianelli permet à l’ensemble de vibrer d’autant plus, au-delà des mots et de l’intonation.

« Les Heures Sombres » entre donc dans la cours des bons élèves, à défaut de sortir du lot. Après le Golden Globe du meilleur acteur dans un drame, le film devrait aussi offrir à Gary Oldman son premier Oscar, le 4 mars prochain. Et ce ne serait que mérité.

Toutes les critiques de Julien pour l’année 2018, ça se passe également par là !

Titre : Les heures sombres

Pays : Grande-Bretagne

Réalisateur : Joe Wright

Acteurs : Gary Oldman, Kristin Scott Thomas, Ben Mendelsohn, Lily James, Ronald Pickup, Stephen Dillane, Samuel West, David Schofield…

Genre : Biopic, Historique, Drame

Durée : 126 min

Date de sortie : le 17/01/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.