Minuit est passé mais il n’est pas trop tard pour se souvenir du tourbillon de neige provoqué par Casse-Noisette à BOZAR

Pour clôturer l’année 2017 en beauté, c’est aux BOZAR que nous nous sommes échappés : les étoiles du Bolchoi et Mariinsky venaient nous présenter Casse-Noisette, accompagnés sur scène par les élèves du conservatoire de la danse de Bruxelles. Une bien belle manière d’achever ce mois de décembre dans une douce féerie hivernale.

Casse-Noisette1

L’histoire commence et, dans un tourbillon de flocons de neige, nous voici plongé au cœur de la maison des Stahlbaum, un soir de Noël. Les invités sont là, l’Oncle Drosselmeyer brûle d’impatience à l’idée d’offrir son cadeau à sa Marie favorite : un Casse-Noisette. Quand l’horloge sonne minuit, les souris envahissent la maison et Marie se trouve sauvée par le Casse-Noisette qui se transforme en prince et l’emmène dans un pays lointain. Dans la forêt enneigée où dansent les flocons de neige, une fée les bénit et les envoie vers Confiturembourg où habitent des poupées magnifiques de toutes origines. Le divertissement peut commencer et les poupées rivalisent toutes dans l’art de la danse. Il suffira à Marie de fermer les yeux un court instant, pour que Prince et poupées s’évaporent. Autour d’elle, il ne reste que la maison de ses parents. Tout cela n’était qu’un rêve…

01_sm

De la scène du théâtre Mariinsky en 1882 à la scène du Palais des Beaux-Arts un soir de décembre 2017, il n’y a qu’un pas (forcément dansant). L’histoire de Casse-Noisette n’a pas changé, la mise en scène et les chorégraphies nous ramènent à l’essence même de ce spectacle intemporel. Si Marie a rêvé toute cette magie, c’est un doux rêve que vit le spectateur face au spectacle. Face à la délicatesse de la jeune Marie, à la beauté figée du prince Casse-Noisette, au charisme de Drosselmeyer, on ne peut qu’écarquiller les yeux et s’extasier. Du côté de la scène, l’émerveillement est aussi au rendez-vous, lorsque les danseurs du conservatoire de la Danse de Bruxelles, tous aussi épatants les uns que les autres, côtoient les étoiles du théâtre Bolchoi et Mariinsky.

Mis en scène par Mikhail Venshchikov, le ballet respecte la tradition du ballet russe classique de St-Pétersbourg en conservant tous les tableaux chorégraphiques d’origine conçus par ses auteurs originels Marius Petipa et Lev Ivanov. On retrouve la Valse des Flocons de Neige, la Danse des Mirlitons, ou encore le Divertissement des Jouets aux côtés d’un inoubliable Adagio à l’écharpe, un tableau de danse reconstitué du Premier Acte.

Casse-Noisette

Les deux actes filent et c’est avec un pincement au cœur que nous quittons le Royaume des Délices, dans une tourbillons de flocons de neige. La salle s’emplit des applaudissements d’un public aux anges, petits et grands à l’unissons. Nul doute que la magie de ce ballet opère auprès de chacun, et le Casse-Noisette présenté ce soir par Arts Michel ne déroge pas à la règle et restera un moment inoubliable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.