En 2017, on n’a pas toujours vu la vie en rose mais l’important sera de se souvenir de ses… Kroll

Il aurait pu s’intituler On a marché sur la thune, Donald Trump et le monde sont dans un bateau ou encore Bla Bla Land, c’est finalement Et c’est normal, tout ça ? qui a gagné la timbale pour donner son titre à cet album dont la couverture compte son lot d’invités surprise : un Elio qui manque de peps, un Benoît Lutgen qui en a à revendre et passe ses nerfs et un coup de pied phénoménal sur Paul Magnette, un Macron victorieux, un oeuf sur le plat brouillé au Fipronil, une machine crachotante et rouillée nommée Publifin et un martien qui adopté le look Trump et qui se demande bien sur quelle planète il est tombé. Sur la planète Terre en 2017. Une année assez peu digeste mais que Pierre Kroll a croqué dans le Soir, Ciné Télé Revue ou sur la RTBF sans même être barbouillé.

© Kroll

Une année, ça pèse lourd sur la plume quand on est dessinateurs de presse, sans trêve et toujours dans le feu de l’action. Bien sûr, il y en a des bons et des moins bons. Force est de constater que Pierre Kroll, et son style reconnaissable entre tous, fait partie de ceux qui domine la première catégorie. Et qu’après vingt-trois années de bons et loyaux services quotidiens et annuels (depuis 1995, Pierre Kroll a toujours eu matière à faire un recueil annuel), le dessinateur n’a pas perdu la pêche et le coup de coude nécessaire à soumettre l’actualité au rire et à la critique humoristique.

© Kroll

Intransigeant avec elle et avec lui-même, condamné à la vitesse, Kroll n’est pourtant pas du genre à griffonner rapidement et à l’emporte-pièce, il y a de l’ingéniosité et un travail de réflexion qui font que si le lecteur peut vite passer sur un dessin dans son quotidien, à l’heure du petit-déjeune, il peut aussi y revenir plus longuement le soir. Un dessin vaut mieux qu’un long discours, alors vous pensez bien quand il y en a près de trois cents pour enterrer une bonne fois pour toutes 2017, année bien remplie et pas que pour le meilleur.

© Kroll

Conviant un extraterrestre pour voyager dans l’actu, Pierre Kroll remonte le temps tout en préparant aussi le terrain à ce que sera 2018. Superman qui a laissé sa place à Trump sur un ring et sur le trône du monde mais aussi Macron qui met au placard le costume du président normal pour se faire Roi-Soleil, Hollande qui attend l’exil sur Sainte-Hélène, les maîtresses des présidents de la République française qui garnissent plus que jamais les rayons des libraires, le monde des selfies toujours plus performant quand il s’agit du pire… Le gratin international est réuni sous la houlette de la caricature (dont la puissance permet de rendre les plus tristes sires sympathiques) pour parler à un public le plus large possible et pas que belge. Il faut dire que le dessinateur a changé d’éditeur pour arriver, en France, chez Les Arènes (maison d’édition très crédible dont nous vous parlons assez souvent et qui a fait le plaisir au caricaturiste de publier un recueil de dessin sur une plus large période intitulé « C’est très drôle et d’ailleurs c’est belge !« ).

© Kroll

Sans pour autant négliger les Belges qui; entre Publifin (et ces politiciens qui s’en sont mis plein les poches par des jetons de présence à des réunions où ils étaient parfois… absents), les scandales successifs à la crise des migrants, une crise sanitaire qui a battu les oeufs en neige… toxique et des guerres de successions politiques n’ayant rien à envier aux tragédies grecques; ont eu l’embarras du choix pour choisir le feuilleton au quotidien.

© Kroll
© Kroll

Ce qu’on aime chez Pierre Kroll, c’est que sous couvert d’un trait direct, simple et sans fioriture, l’artiste parvient toujours à tenir la facilité (mine de rien, prisée par plus d’un dessinateur de presse qui prennent quelques minutes à faire un dessin très premier degré et sans se creuser le ciboulot) en échec. Les sujets sont croisés, les références utilisées à bon escient et il y a quelques coups de génie (comme ce Trump qui, lors d’une visite au musée Magritte, a pu admirer le célèbre tableau La trahison des images et à qui Kroll fait dire: « Fake News » !).

© Kroll
© Kroll
© Kroll

En Belgique, le mot « crollé » désigne quelqu’un qui a les cheveux bouclés. Force est de constater qu’avec une perruque de fennec sur la tête, l’actualité a bien plus beau look et est bien moins austère quand elle est… Krollée !

Titre : Et c’est normal tout ça

Recueil de dessins de presse

Auteur : Pierre Kroll (Page Fb)

Genre : Humour, Actualité, Caricature, Dessin de presse

Éditeur : Les Arènes

Nbre de pages : 96

Prix : 20€

Date de sortie : le 25/10/2017

Extraits : 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.