Alison Moyet vocalement irréprochable mais néanmoins décevante à la salle De Roma

Après un concert formidable de OMD dans cette même salle la veille, c’était au tour d’Alison Moyet de poser ses valises au  De Roma. L’ambiance fut tout autre. Ou, pourrait-on dire, la non ambiance ?

Née Geneviève Alison Jane Moyet, le 18 juin 1961 à Billericay en Angleterre, la chanteuse a connu son heure de gloire dans les 80’s avec Yazoo, duo qu’elle forme alors avec Vince Clarke ex Depeche Mode. Dotée d’une puissante voix soul/blues elle se démarque alors des autres chanteuses de l’époque. Lorsque Yazoo se sépare, elle continue une carrière solo plus discrète en sortant régulièrement des albums dont la diffusion dépasse peu les frontières britanniques. Cette date en Belgique était donc une aubaine pour ses fans qui s’étaient déplacés en nombre : le concert affichait complet.

Alison Moyet © Jean-Pierre Vanderlinden

Dans les gradins on croise majoritairement un public bcbg, souvent coupe de champagne à la main. Bref, ça sent plus le récital d’une diva que les effluves marquants d’un concert de rock ou de new wave. Je commence donc à avoir des craintes et malheureusement, elles vont se confirmer car musicalement ce ne fut pas un grand concert. Et c’est dû principalement aux choix artistiques de la dame à qui on ne peut pas reprocher grand-chose vocalement, mais qui s’est présentée sur scène sur un mini podium dont elle restera prisonnière durant tout le show. D’autant plus qu’elle est entourée de deux musiciens aussi turbulents que les robots de Kraftwerk qui envoient presque mécaniquement quelques guitares timides sur des boites à rythme chloroformées et sans âme. C’est cheap, peu emballant scéniquement, et on flirte souvent entre réminiscences de trip hop surannées et easy listening soul pour bobos dégustateurs de coupes de champagne dont les bulles sont plates. Mon dieu ce qu’on s’ennuie, et le lightshow aux tons mortuaires mauve et bleu n’arrange rien.

Alison Moyet © Jean-Pierre Vanderlinden

Alison chante bien, adresse quelques mots à son public qui dans l’ensemble semble heureux de ce qu’il voit et entend, mais franchement autant rester chez soi et écouter les albums car la prestation live de la diva britannique n’apporte aucun « plus » à son répertoire. Au contraire, elle le déssert même quelquefois, sans doute par manque de moyens. On rêverait d’un vrai band, de choristes, de musiciens soul couplés à des beats new wave qui transcendraient cette musique qui ne demande qu’à frémir d’émotion. Mais, hélas, rien de tout ça, l’électroencéphalogramme reste plat. Seul le rappel me sort un tant soi peu de la torpeur dans laquelle j’étais plongé à l’écoute de « Whispering Your Name »  et du célèbre « Don’t Go »  toujours aussi efficace, seul vrai mega hit international de la dame.

Alison Moyet © Jean-Pierre Vanderlinden

Le show se termine après environ nonante minutes devant une salle qui semble néanmoins satisfaite de cette soirée, et c’est le principal. Pour ma part, j’avoue avoir parfois dû lutter pour ne pas aller m’ouvrir les veines aux toilettes…

 Jean-Pierre Vanderlinden 

Setlist De Roma 07.12.2017:

April 10th
* I Germinate
* When I Was Your Girl
* Nobody’s Diary 
(Yazoo song)
* Wishing You Were Here
* Ski
* Only You 
(Yazoo song)
* Beautiful Gun
* Changeling
* The Sharpest Corner (Hollow)
* All Cried Out
* Lover, Go
* Other
* The Rarest Birds
* Alive
* Right as Rain
* Situation 
(Yazoo song)
* Love Resurrection
Encore:
* Whispering Your Name 
(Jules Shear cover)
* Don’t Go 
(Yazoo song)

Le concert en images …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.