Entre sang neuf et héritage, les monstres d’aujourd’hui n’ont rien à envier à ceux d’hier #2 : Les Savage Brothers, fuir les zombies, c’est bien; les traquer, c’est encore mieux !

Plus d’un mois avant la date fatidique et mortelle, les magasins s’habillent déjà de leurs plus frissonnants atours et mettent en vitrine des costumes plus halloweenesque les uns que les autres. Les monstres sont de retour. Et même si leur âge d’or est passé depuis longtemps, ces créatures, nouvelles ou archaïques, n’ont pas dit leur dernier mot. Alors que Universal se prépare à réveiller un peu plus les monstres les plus incontournables du cinéma avec son Dark Universe, la bande dessinée n’est pas en reste. Petit tour d’horizon des parutions récentes, histoire que vous soyez fin prêts pour le 31 octobre. Épisode 2 en compagnie des Savage Brothers.

© Stokes/Cosby/Albuquerque/Peter chez Ankama

Premier épisode : Curse, les loups ne se mangent pas entre eux

Résumé de l’éditeur : Les Savage Brothers sont juste des rednecks violents qui aiment l’argent et l’alcool. Ça tombe bien ! Quand l’enfer vient sur Terre, nos deux bouseux, Dale et Otis, n’auront plus besoin de se livrer à leurs petites arnaques habituelles : la chasse aux zombies est ouverte et sera bien plus lucrative ! Une chasse aux zombies fun et contagieuse, teintée de mystère !

© Stokes/Cosby/Albuquerque/Peter chez Boom! Studios

Toujours en adaptation de Boom! Studios (comme Curse), l’éditeur français Ankama n’a pas eu peur de dépoussiérer une mini-série en triptyque totalement barge et publiée en 2006 aux States sans jamais bénéficier d’une adaptation en français jusqu’ici. C’eut été dommage de s’en priver, encore plus à l’heure où le public retient son souffle en attendant le prochain épisode des Walking Dead. C’est vrai, il y a de ça dans les Savage Brothers même s’ils étaient là bien avant que le grand public découvre la série adaptée de l’univers de Robert Kirkman, Tony Moore et Charlie Adlard. Sauf que la fratrie Savage ne se prend pas au sérieux, lâche du lest pour se lancer à la poursuite des zombies tout en faisant fi des peurs, des enjeux dramatico-psychologique et se concentrer sur le fun, rien que le fun… et un peu le pognon aussi.

© Stokes/Cosby/Albuquerque/Peter chez Boom! Studios

Car s’il est vrai que Ankama et Boom! Studios, c’est une affaire qui roule, celle de ces frères alcooliques n’est pas mal dans son genre non plus, elle roule du tonnerre. Avouez, il fallait être génial (ou simplement fou-à-lier, en fait) pour mettre au point cette combine aussi périlleuse que novatrice ? Son crédo ? Admettez qu’un de vos proches ait passé l’arme à gauche mais que, à la faveur d’une morsure contagieuse, il n’ait pas rangé ses dents pour autant et erre désormais comme une âme en peine; le duo fraternel se propose de tuer le mort-vivant (pour qu’il soit mort-mort) ou de vous le ramener afin que vous puissiez en faire votre animal de compagnie (bien en laisse et muselé, alors, hein ? Pas de blague…).

© Stokes/Cosby/Albuquerque/Peter chez Boom! Studios

Ajoutez-y une jeune strip-teaseuse géorgienne promise en sacrifice à une horde de zombies des villes (il y en a des champs aussi) avec à sa tête (et sans corps, comme le Fuhrer d’Infinity 8) les restes d’un savant fou. Mais aussi un gang de motards cannibales qui a fait de la chanson des Smiths (Meat is murder… en lui rajoutant « and that’s a good thing ») et du jus de crapauds qui traverseraient imprudemment la route à l’heure où Dale (qui pourrait être le cousin de Daryl Dixon, incarné par Norman Reedus dans la série Walking Dead) et Otis Savage sont en heure de pointe. Secouez le tout et vous obtiendrez en condensé ce coulis savamment dosé qui nous a fait penser à Une nuit en enfer de Robert Rodriguez. Plus fun que trash, surtout léger dans ce monde de brutes, The Savage Brothers s’assume et trouve même le temps d’un coup de foudre. Après tout, les morts(-vivants) leur vont si bien.

Titre : The Savage Brothers

Récit complet

Scénario :  Johanna Stokes et Andrew Cosby

Dessin : Rafael Albuquerque, Keith Giffen et J.K. Woodward

Couleurs : Cris Peter

Traduction : Nicolas Meylaender

Genre : Aventure/Humour/Horreur

Éditeur : Ankama

Éditeur VO: Boom! Studios

Nbre de pages : 96 p.

Prix : 13,90€

Date de sortie : le 15/09/2017

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s