Un set de nonante minutes et sans faute de goût pour Oysterband devant un public nombreux et enthousiaste, bluffant !

Chaque année lorsque l’été revient, la ville de Louvain s’anime pendant les mois de juillet et aout au rythme des Beleuvenissen et du Het Groot Verlof. Animations et concerts pullulent au centre de la ville estudiantine, du Grote Markt à l’Oude Markt en passant par la Hogeschoolplein qui accueillent de multiples artistes live et drainent une multitude de spectateurs dans un cadre enchanteur. L’occasion de redécouvrir d’une bien belle manière les ruelles sympathiques de cette ville agréable.

Oysterband © Jean-Pierre Vanderlinden

Ce soir alors qu’Hooverphonic attire la grosse foule à l’Oude Markt, je prend la direction de la Hogeschoolplein certes plus modeste, mais qui accueille les légendaires Oysterband. Formé en 1976 à Canterbury, ce folk punk band emmené par le charismatique chanteur gallois John Jones fête cette année son quarantième anniversaire et dépose ses valises pour la première fois à Louvain.

«  On est arrivé , clame John Jones… , mais ça n’a pas été facile ! Qu’est ce que vous avez comme sens interdits dans cette ville ! »

Et on ne peut pas lui donner tort car en effet pour le non initié, circuler en voiture dans Louvain relève un peu du parcours du combattant, même le GPS jette parfois l’éponge !

Oysterband © Jean-Pierre Vanderlinden

Mais revenons en au concert. Oysterband c’est un condensé d’énergie, de la bonne humeur ,des textes engagés et une facilité déconcertante à transformer une salle de concert ou un festival en piste de danse endiablée au rythme de ses hymnes folk portés par le violon magique de Ian Telfer, la guitare d’Alan Prosser et la voix chaude et le melodeon de John Jones. Ces trois-là se connaissent depuis le début de l’aventure et ça se ressent.

Oysterband © Jean-Pierre Vanderlinden

Depuis le départ de Chopper ( Ray Cooper), le légendaire violoncelliste-bassiste-vocaliste, en février 2013, le groupe a recruté Adrian Oxaal au cello , Al Scott à la basse et a confié la batterie à Dil Davies, un nouveau line up qui se montre très efficace. Et tout ce joli monde a mis une sacrée ambiance sur la Hogeschoolplein durant les nonante minutes d’un concert best of, étape belge d’une tournée intitulée très justement  » Oysterband’s 40th celebration Tour 2017  » .

Oysterband © Jean-Pierre Vanderlinden

Le groupe y retrace les points forts de sa carrière et on retrouve avec plaisir dans la setlist des petits bijoux comme «  When I’m Up I Can’t Get Down », «  Walking Down the Road with You », «  Meet You There », «  All That Way For This », » On the Edge », «  Uncommercial Song », «  20th of April », «  The Oxford Girl », «  Everywhere I Go », «  My Country Too », «  The Shouting End of Life », «  Native Son », l’obsédant « We Could Leave Right Now » et bien sûr l’incontournable «  Put Out The Lights» repris en choeur par le nombreux public présent.

Oysterband © Jean-Pierre Vanderlinden

Un concert qui a finalement tenu toutes ses promesses sous un ciel étonnement clément pour une fête nationale souvent entachée par une « drache » quasi inévitable , et qui a constitué pour les spectateurs qui avaient fait le déplacement une bien belle manière de fêter notre beau pays en ce 21 juillet.

Merci messieurs pour cette excellente soirée festive , c’était parfait !

Texte et photos : JP Vanderlinden aka JPROCK THE DARK FEATHER.

Le concert en images…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s