Embarquez dans la machine à remonter le temps, direction l’été 69 avec John Fogerty !

Creedence Clearwater Revival fait partie de ces groupes dont la musique a défié les lois du temps. Depuis presque cinq décennies John Fogerty continue à perpétuer le son du Summer 69 avec le même enthousiasme et draine à ses concerts des fans de tout âge. Ce 26 juin au Sportpaleis d’Anvers, l’homme a offert un concert incroyable, bien supérieur encore à ses précédentes prestations, déjà excellentes, données sur le sol belge. 

John Fogerty© Jean-Pierre Vanderlinden

Bienvenue dans la machine à remonter le temps, direction l’été 69 !

John Fogerty© Jean-Pierre Vanderlinden

Après une intro filmée d’une dizaine de minutes revenant sur l’histoire de C.C.R. et sur ses heures de gloire  lors de l’été 69 et notamment au festival de Woodstock où il joua devant plus de 5000,000 personnes, John Fogerty déboule sur scène. À le voir on ne peut que se demander à quoi il carbure ! Du haut de ses 72 ans, l’éternel jeune homme bondit comme un cabri et affiche un sourire ravageur doublé d’un enthousiasme étourdissant, à faire pâlir pas mal de jeunes pousses du rock.

John Fogerty© Jean-Pierre Vanderlinden

Epaulé par un band formidable dans lequel on retrouve son fils, Shane, à la guitare John démarre le set avec un brûlant «  Born On The Bayou », alors que le rideau qui occulte la scène a du mal à tomber. Il enchaîne avec «  Green River » , «  Travellin’ Band », «  Suzie Q » et une succession de hits imparables qui ne prendra fin que 120 minutes plus tard au terme d’un concert jukebox éblouissant.

John Fogerty© Jean-Pierre Vanderlinden

Se comportant comme un gamin trop heureux d’être là, le natif de Berkeley passe de la guitare au piano avec le même bonheur et sa voix n’a pas pris une ride. Et les hits s’enchaînent de plus belle : « Who’ll Stop The Rain » , «  Midnight Special » , «  Ramble Tamble » , « Hey Tonight », « Lodi », « Good Golly Miss Molly », pas le temps de souffler, le Sportpaleis boit du petit lait.

John Fogerty© Jean-Pierre Vanderlinden

Côté spectacle, notre homme a mis le paquet : lance flammes à la Kiss durant « Fortunate Son », canons à confettis digne de Coldplay au terme de «  Who’ll Stop The Rain » , ballons propulsés dans le public pendant «  I Heard It To The Grapevine » , bref, tout a été prévu pour transformer sa performance en un show complet aussi attractif pour les yeux qu’excitant pour les oreilles.

John Fogerty© Jean-Pierre Vanderlinden

Sur «  Keep On Chooglin’ » John se saisit de son harmonica avec bonheur, et ses duels de guitares avec son fils Shane, devenu aujourd’hui une aussi fine gâchette que son géniteur, joués épaule contre épaule durant «  The Old Man Down The Road » sont étourdissants.

Après un «  Fortunate Son » ravageur en diable pour terminer sa setlist, notre homme revient sur les planches pour un rappel d’anthologie composé de «  Rockin All Over The World », « Bad Moon Rising » et le classique «  Proud Mary » . Excusez du peu !

John Fogerty© Jean-Pierre Vanderlinden

Bref, c’est un concert formidable que nous avons vécu, où chacun s’est éclaté du début à la fin sur des hits intemporels sans aucun temps mort. Il faut reconnaître qu’avec une setlist pareille et servie de cette manière par , outre le John et ses fistons, des musiciens aussi expérimentés que Kenny Aronoff à la batterie , James Lo Menzo à la basse et Bob Malone aux claviers, il serait vraiment difficile de se vautrer.

John Fogerty© Jean-Pierre Vanderlinden

Honnêtement quand les lumières se sont rallumées j’en aurais encore bien pris pour une heure supplémentaire. Et quelle meilleure manière de terminer cette chronique que de citer ce jeune gars d’environ vingt ans accompagné de sa copine installé non loin de moi qui, m’ayant vu prendre des notes s’adressa à moi en disant : « Hey M’sieur, il a vraiment écrit tous ses titres là John Fogerty ? C’est dingue, je les connaissais presque tous ! » « Eh oui mec, il les a tous écrits à quelques rares exceptions près, c’est une vraie légende que tu as eu devant toi ! »

Texte et photos Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCKBRUXELLES THE DARK FEATHER.

Setlist John Fogerty – Sportpaleis – 26.06.2017 :
Intro 
(1969 in Retrospective)
Born on the Bayou 
(Creedence Clearwater Revival song)
Green River 
(Creedence Clearwater Revival song)
Travelin’ Band 
(Creedence Clearwater Revival song)
Susie Q 
(Dale Hawkins cover)
Up Around the Bend 
(Creedence Clearwater Revival song)
Who’ll Stop the Rain 
(Creedence Clearwater Revival song)
Lookin’ Out My Back Door 
(Creedence Clearwater Revival song)
Midnight Special 
(Lead Belly cover)
Ramble Tamble 
(Creedence Clearwater Revival song)
Hey Tonight 
(Creedence Clearwater Revival song)
Lodi 
(Creedence Clearwater Revival song)
Good Golly Miss Molly 
(Little Richard cover)
New Orleans 
(Gary “U.S.” Bonds cover)
I Heard It Through the Grapevine 
(Gladys Knight & The Pips cover)
Hot Rod Heart 
(followed by ‘Whole Lotta… more )
Long as I Can See the Light 
(Creedence Clearwater Revival song)
Keep On Chooglin’ 
(Creedence Clearwater Revival song)
Have You Ever Seen the Rain? 
(Creedence Clearwater Revival song)
Cotton Fields 
(Lead Belly cover)
Down on the Corner 
(Creedence Clearwater Revival song)
The Old Man Down the Road
Fortunate Son 
(Creedence Clearwater Revival song)

Encore:
Rockin’ All Over the World
Bad Moon Rising 
(Creedence Clearwater Revival song)
Proud Mary 
(Creedence Clearwater Revival song)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s