La vierge de fer est en grande forme et loin d’être effarouchée : Iron Maiden a mis le feu au Sportpaleis !

Se rendre à un concert d’Iron Maiden est toujours une fête car ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance d’applaudir un des meilleurs groupes de metal de la planète. Un concert crescendo !

Les divers travaux aux alentours du Sportpaleis transforme actuellement tout déplacement vers la salle anversoise et sa petite soeur le Lotto Arena en périple digne d’un parcours du combattant. Je n’assisterai donc finalement qu’à deux titres de Shinedown qui assure la première partie de Maiden ce soir, trop peu que pour vous en parler sérieusement. Quant à Iron Maiden dont j’ai déjà vu le show du  » Book Of Souls Tour »,  le 8 juin dernier à Arnhem, il a une fois de plus été impérial avec un Bruce Dickinson très souriant et en grande forme.

Iron Maiden © Jean-Pierre Vanderlinden

Vers 20h45 la sono diffuse « Doctor Doctor » de UFO et rien qu’à l’écoute de ce titre la fosse s’emballe déjà et le public tape des mains. Et lorsque les lumières s’éteignent pour laisser place à un film d’animation sur les écrans géants qui jouxtent la scène, l’ambiance monte encore d’un cran.

Iron Maiden © Jean-Pierre Vanderlinden

On y est plongé dans une jungle hostile où règne une créature qui a les traits d’un certain Eddie.
Après un périple dans cet environnement hostile, la créature s’ empare d’un coeur battant et le broie violemment au creux de de sa main !

Iron Maiden © Jean-Pierre Vanderlinden

Hurlements dans la salle lorsque, sur les hauteurs d’un décor semblable à un temple maya, Bruce Dickinson apparait penché sur un puits de fumée et de lumière. Dès les premiers instants de « If Eternity Should Fall » Bruce virevolte comme un gamin et le band dégage l’ énergie folle qu’on lui connait. Steve Harris , Nicko McBrain, Dave Murray, Adrian Smith et Janick Gers s’éclatent sur scène comme de beaux diables et on se dit que scéniquement et musicalement le band n’a pas pris une ride après tant d’années d’activité.

Ça fuse de partout sans aucun temps mort : « Speed of Light », «  Wratchild », « Children of the Damned « , « Death of Glory », « The Red & The Black » ( quelle version de dingue ! ) , « The Trooper » le classique incontournable , « Powerslave « , « The Great Unknow » , le rythme du set ne baisse jamais et l’intensité va crescendo.

« The Book of Souls » voit l’apparition du géant Eddie et passe très bien l’épreuve de la scène avant que Maiden ne nous balance un duo de moments de grâce composé de « Fear of the Dark » et l’emblématique « Iron Maiden » qui voit la gigantesque tête menaçante d’ Eddie s’ériger derrière le band. Le band s’éclipse en coulisses et le Sportpaleis hurle à plein poumons.

Iron Maiden © Jean-Pierre Vanderlinden

Retour aux affaires quelques minutes plus tard avec le très attendu « The Number of The Beast ».

 » Woe to you, oh Earth and Sea, for the Devil sends the beast with wrath
Because he knows the time is short…
Let him who hath understanding reckon the number of the beast
For it is a human number,
Its number is Six hundred and sixty six. »

C’est la folie dans la cuvette anversoise à l’apparition de la statue du Malin en fond de scène. On stage, les trois guitaristes se lâchent et rivalisent de virtuosité tandis que Steve Harris martèle sa basse avec énergie. Du lourd !

Iron Maiden © Jean-Pierre Vanderlinden

«  Blood Brothers » titre fédérateur repris en choeur par la foule précède un « Wasted Years » dévastateur au terme duquel les six musiciens saluent une dernière fois leur public terrassé et comblé.

En comparaison avec le concert hollandais de Arnhem, deux titres ont été changé : exit «  Hallowed be thy Name » et «  Tears of a Clown » et bienvenue «  The Great Unknown » et «  Wratchild «  que le groupe n’avait plus joué depuis le 13 juin 2014.

Iron Maiden © Jean-Pierre Vanderlinden

Comme aux Pays-Bas , je quitte ma place et remonte les escaliers perdu dans le flot de la foule qui quitte la salle alors que la sono diffuse « Always look at the Bright side of Life » des Monthy Python. Un titre qui rend heureux à l’image d’un band rassembleur qui donne tout sur scène, ce qui explique l’engouement qu’il suscite partout et la fidélité sans faille de ses fans qui arborent fièrement leur t-shirts à l’effigie d’Eddie partout dans le monde.

Iron Maiden © Jean-Pierre Vanderlinden

Iron Maiden demeure un groupe majeur de l’histoire du metal et au vu de l’énergie incroyable qu’il déploie toujours on stage on se dit que la Vierge de Fer est loin d’être prête à rendre sa couronne.

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK THE DARK FEATHER.

Setlist Sportpaleis d’Anvers – 22/04/2017:

Doctor Doctor 
 (UFO song)
If Eternity Should Fail
Speed of Light
Wrathchild
Children of the Damned
Death or Glory
The Red and the Black
The Trooper
Powerslave
The Great Unknown
The Book of Souls
Fear of the Dark
Iron Maiden
Encore:
The Number of the Beast
Blood Brothers
Wasted Years
Always Look on the Bright Side of Life 
 (Monty Python song)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s