De retour sur scène, Alain Chamfort a mis le W:Halll à genoux au terme d’un concert d’une classe folle

Au fil des ans, Alain Chamfort est devenu, à l’instar d’un Christophe, un chanteur respecté de tous dont on reconnait enfin et à juste titre l’indéniable talent. Que ce soit avec la complicité de Jacques Duvall ou au travers de son travail avec le regretté Serge Gainsbourg, le dandy à la voix de velours séduit aujourd’hui un public issu de trois générations et aux influences diverses. Ce jeudi 20 avril, après un passage l’été dernier aux Solidarités, il présentait son nouveau spectacle au W:Halll de Woluwe Saint Pierre : récit d’une soirée exceptionnelle en compagnie d’un artiste en grande forme.

À lire aussi | Alain n’a pas peur et Chamfort est superbe

Alain Chamfort © Jean-Pierre Vanderlinden

C’est à Vincent Delbushaye que revient l’honneur d’assurer la première partie de la soirée. Naviguant entre théâtre, radio et musique, cet auteur-compositeur interprète belge s’est créé une véritable personnalité scénique drôle et touchante et propose des compositions amusantes qui ont rapidement séduit le public présent ce soir.

Alain Chamfort © Jean-Pierre Vanderlinden

Un tour de chauffe idéal et distrayant avant l’arrivée de celui que tout le monde attend avec impatience : Alain Chamfort. Dès l’ouverture du rideau rouge qui occultait la scène, on découvre un décor soigné composé de quatre podiums sur lesquels trônent ses excellents musiciens. Le retour de l’artiste chez PIAS lui a amené incontestablement un peu plus de moyens et on s’en réjouit.

Alain Chamfort © Jean-Pierre Vanderlinden

C’est avec « Puis- Je Vous Offrir ? « que le français démarre un show formidablement agencé entre titres incontournables, nouvelles compos et chansons vintage datant de l’époque où il assurait les premières parties de Claude François. «  Bonsoir, je suis Alain Chamfort » lance t’il le sourire aux lèvres avant d’attaquer «  Le Grand Retour » et « Paradis « pour lequel il rejoint son piano. Avec leurs sonorités pop et mélodieuses, les chansons de Chamfort représentent autant de petites perles musicales ancrées dans nos souvenirs, et les réentendre servies aussi parfaitement fait un bien fou.

Alain Chamfort © Jean-Pierre Vanderlinden

Alain nous propose ensuite  trois nouveaux titres ,  » sans doute moins connus de vous… »  ironise t’il , avec « Deux Poignards Bleus », « Ensemble » et « Concours de circonstances ». L’homme chante l’amour, le couple et ses dérives avec subtilité et sensibilité avant de revenir à ses bases et aux années 80 avec « Bons baisers d’ici », «  Bambou » , «  Chasseur d’Ivoire » et « La Fièvre dans le Sang »en mode funky.

Il présente ensuite ses musiciens avant de nous chanter « Clara veut La Lune » et de s’installer au piano pour un medley 70’s jubilatoire («  L’Amour en France » , «  Je Pense à Elle , Elle pense à Moi », «  Madonna », Le Bébé Chanteur ». «  Les paroles ne sont pas toujours extraordinaires, ironise t’il, mais ç’était sympa quand même !  » 

Puis vient « Traces de Toi » chanson sensuelle et mélodique que le Bryan Ferry français nous chante avec classe avant de revenir à des titres moins médiatisés comme «  Argentine » et  «  Les Paroles dans le Vide ».

Alain Chamfort © Jean-Pierre Vanderlinden

Retour à un registre plus grave avec « L’ennemi dans la glace » écrit avec la complicité de l’excellent Jacques Duvall et qui traite de l’ennemi sombre qui sommeille en chacun de nous. Un titre magnifique. Puis Alain nous interprète  « Sinatra » , chanson subtile et ironique  sur la séparation du couple et enchaîne avec  les très dansants «  Joy » et «  Souris puisque c’est Grave » avant la déferlante « Manureva » offerte dans une version formidablement orchestrée devant une salle debout transformée en dance-floor.

Longuement ovationné par un public comblé, il reviendra pour un pur moment d’émotion avec « Géant » chanson émouvante qu’il avait écrite pour sa fille. En cent vingt minutes d’un concert parfait et musicalement très riche, Alain Chamfort nous a démontré qu’au cours de plusieurs décennies il a marqué chaque époque de son empreinte et que ses mélodies pop d’inspiration anglo-saxonne au charme indéniable demeurent intemporelles.

Alain Chamfort © Jean-Pierre Vanderlinden

Un grand concert.

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK THE DARK FEATHER.

Setlist :
Puis-je Vous Offrir ?
Le Grand Retour
Paradis
Deux Poignards Bleus
Ensemble
Concours De Circonstances
Bons Baisers D’ici
Bambou
Chasseur d’Ivoire
La Fièvre Dans Le Sang
Clara Veut La Lune
Traces De Toi
Argentine
Les Paroles Dans Le Vide
L’Ennemi Dans La Glace
Sinatra
Joy
Souris Puisque C’est Grave
Manureva

Encore:
Géant

Un commentaire

  1. Bravo,
    Un beau moment de bonheur a Nantes ou vous vous etes produit. Egal a vous meme, elegant, ce beau sourire, cette allure posee, un petit brin d humour entre 2 belles melodies.
    Vous etiez magnifique. Marie a Nantes

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s