Le jardin des souvenirs de Mark Waid et Paul Azaceta: comment laisser une trace quand on a perdu son passé ?

Le jardin des souvenirs. Poétique n’est-il pas pour invoquer l’ambiance étrange des cimetières ? Avec un titre comme ça, on a forcément eu envie d’y plonger et de se frotter par ce one-shot en territoire lugubre et obscur concocté par Mark Waid (qui a croisé sa plume avec pas mal de héros Marvel, notamment) et Paul Azaceta (le dessinateur d’Outcast) en essayant de ne pas y perdre… notre nom.

Waid/Azaceta/Filardi chez BOOM! Studios

Résumé de l’éditeur : Faisant appel à un réseau d’agents situés en dehors des circuits traditionnels qui ne se connaissent pas les uns les autres, un mystérieux individu s’assigne comme mission de découvrir le passé et le nom de ceux qui ont été injustement assassinés et enterrés dans ce jardin des souvenirs au large de New York City. Enquêtes, ruelles crasseuses, danger !

Waid/Azaceta/Filardi chez BOOM! Studios

Un pied étiqueté dans une morgue poisseuse, un regard de l’angoisse et un carnet où s’empilent des numéros incompréhensibles et l’un ou l’autre nom. C’est un fait, si vous vouliez rire et vous prendre une bonne dose de bonne humeur, ce n’est pas dans Le Jardin des souvenirs qu’il fallait venir batifoler. Si vous veniez pour le reste, par contre, il semblerait que vous ayez frapper à la bonne porte. Mais n’essayez pas de vous faire copain-copain avec le héros principal, c’est peine perdue.

Waid/Azaceta/Filardi chez BOOM! Studios

Et si l’ombre est son masque, on se dit qu’on ne pouvait pas rêver mieux que ce héros badass et anonyme pour rendre leur identité aux morts, souvent très louches. Car si le propre est de l’homme est de laisser sa trace et de ne surtout pas être oublié, il y a dans cette histoire lugubre et à la violence âpre, un étrange paradoxe, une quête désespérée et inéluctable. Et la seule lumière que le tandem procure, c’est la flamme d’un incendie moins réconfortant que ravageant tout sur son passage.

Waid/Azaceta/Filardi chez Delcourt

De la première à la dernière ligne, si l’enquête en cours se résout, les auteurs conservent tout le mystère et la noirceur de leur intrigue, sans complexe et sans compromis. Et tant pis si ça fout les pétoches et que ça fait déprimer. On n’était pas là pour rire, on vous l’avait dit!

Titre : Le jardin des souvenirs

Récit complet

Scénario : Mark Waid

Dessin : Paul Azaceta

Couleurs : Nick Filardi

Traduction : Alex Nikolavitch

Genre : Polar, Thriller, Mystère

Éditeur : Delcourt

Collection : Contrebande

Nbre de pages : 88

Prix : 14,95€

Date de sortie : le 02/02/2017

Extraits :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s