EXCLU | Découvrez le dernier clip de Grimme, rêveur incroyable qui va enchanter votre printemps à coup de jolies ondes musicales

« We can be happy and feel the sun », c’est par la fenêtre ouverte d’une fin d’hiver chatoyante que Grimme est entré dans nos oreilles. Chaleureux, vivant et vivifiant. Clairement original. Et ce chanteur qui semble faire de la musique comme il respire, tout en pureté, n’en est plus ressorti. D’où notre joie quand on nous a proposé de vous offrir en avant-première son tout nouveau clip en prélude à la sortie de l’album The world is all wrong but It’s all right, le 24 mars.

© Guillaume Genetet

Ce clip, ce n’est rien de moins que la plage-titre de l’album de Grimme. La piste d’ouverture résumant à elle seule le voyage auditif et sensoriel qui va nous accompagner durant quelques dizaines de minutes (et plus si affinités et si vous décidez d’y replonger, une fois arrivé au bout) : un mélange malicieux et formidable d’accords parfaits entre des instruments magiques.

Quelques coups de semonces, et c’est parti. Un bébé pleure au loin mais ça ne saurait durer bercé par l’aventure admirable, à travers les nuages (ceux qui ornent la pochette épurée de l’album, semblant fait de disques vinyles) et même si le monde est laid, proposée par Grimme. Grimme, conteur étincelant et moderne, quelque part entre les Beatles et Dylan, pas loin d’un Troy Von Balthazar et évoquant parfois un Nick Cave. Un rêveur intense qui fait de la musique mais nous parle aussi de l’image et de littérature, s’arrêtant parfois de chanter pour mieux prendre la mesure d’un texte inspiré et expiré.

Non, résolument, on ne peut résumer Grimme (qui s’appelle en réalité Victor Roux et se décrit comme vivant dans un perpétuel rêve musical et visuel) à la seule baguette magique qu’il agite pour faire mariage d’instruments (du piano au bandonéon en passant par des cordes veloutées). D’ailleurs, fut un temps où prenant Voulzy à la lettre (soyons d’accord, les deux n’ont pas grand-chose en commun), il se laissait aller au Pouvoir des fleurs en customisant les portraits d’homme du monde. Des fleurs, ce premier album en parsème son lot, refusant l’obscurité pour avancer vers la lumière. Et à l’aube du printemps, on ne demandait pas mieux. Reste une question, comment cela se fait-il, alors que Grimme prépare son album depuis plus de quatre ans, que personne ne lui ai donné sa chance jusqu’ici ? Heureusement, il est arrivé et il ne nous quittera pas de sitôt.

Titre : The world is all wrong but It’s all right

Artiste : Grimme

Label : Hot Puma Record

Nbre de titres : 11

Durée : 35’49 »

Date de sortie : le 24/03/2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s