De Cape et de Crocs tire sa révérence, mais Le Règne des animaux de la BD est loin d’être fini

L’un s’en va, l’autre arrive, c’est de cette manière que nous pourrions résumer la passation de pouvoir qui se déroule de 2016 à 2017. En l’espace de quelques jours, nous avons lu l’ultime épisode de la saga « animalesque » animée par Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou durant plus de vingt ans avant de nous rendre compte que la relève anthropomorphique était assurée avec Sylvain Runberg et Olivier Boiscommun. Chronique croisée, toutes griffes dehors.

© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard
© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard

De cape et de crocs, Acte XII: mon royaume pour un… lapin?!

Il ne faut jamais dire La Fontaine, je ne boirai plus de tes mots. La preuve. Trois mots et Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou font le reste. Et s’ils avaient juré un peu tôt qu’on ne les y reprendrait plus, « Si ce n’est toi » vient mettre un point on ne peut plus final à leur saga animalière De cape et de crocs. Prolongeant le plaisir avec un diptyque consacré à l’un de leurs personnages les plus attachants (mais tous ne le sont-ils pas?), c’est ainsi que ces deux filous ont entraîné leur lapin Eusèbe dans une belle galère. Mais qu’allait-il y faire? Rejoindre, à Paris, le Corps du garde du Cardinal. Une aventure périlleuse qui lui a peut-être fait échapper au civet de Nouvel An mais l’a emmené au-devant de graves dangers, quitte même à frôler la lame du… rasoir national.

© Ayroles/Masbou chez Delcourt
© Ayroles/Masbou chez Delcourt

Résumé de l’éditeur: Capturé par les malandrins de la Cour des miracles, Eusèbe est conduit à leur terrible chef qui n’est autre que son frère, Fulgence. Ce lapin malhonnête et violent fomente avec Fagotin, le singe assassin, un abominable forfait. Pris entre trahisons et intrigues de cour, Eusèbe parviendra-t-il à ramener Fulgence dans le droit chemin ? À moins que ce jumeau maléfique ne l’entraîne sur la voie du crime.

© Ayroles/Masbou chez Delcourt
© Ayroles/Masbou chez Delcourt

Pas en retard sur le chemin de l’aventure, Eusèbe s’attendait à pénétrer un autre pays des merveilles en franchissant le seuil de la Ville-Lumière… il va vite déchanter. Dans ce récit qui aurait bien pu être tourné en spin-off de la série originale, Ayroles et Masbou ont voulu rester sage et ne pas jouer trop longtemps les prolongations (rappelons que le dixième tome devait conclure la série avant qu’ils ne se ravisent). C’est tout à leur honneur. Point donc ici de Don Lope de Villalobos y Sangrin ou de Armand Raynal de Maupertuis qui sont encore sans doute bien loin de rêver atteindre un jour la Lune, c’est Eusèbe qui tire, bien malgré lui, la couverture à lui. Un douzième acte et puis s’en va après tant de standing ovation.

© Ayroles/Masbou chez Delcourt
© Ayroles/Masbou chez Delcourt

Ainsi, ce tout dernier opus s’amuse, sans perdre une once de la qualité qui a fait son succès, dans ce Paris des Mousquetaires, entre les plaines où se trament des duels incertains, la Cour des Miracles où se mêlent bêtes et hommes tous élevés de la misère sans oublier les quartiers des marquises, Notre-Dame la capitale et la guillotine guillerette (et c’est bien la seule… quoique…) à l’idée de faire spectacle pour les parisiens. Et de spectacle, il en est diablement question, partout, tout le temps, dans chaque coin des cases, distillant quelques révérences à Molière et les dramaturges d’exception, pris dans la frénésie des héros et… des méchants. Mais mieux vaut ne pas se fier aux apparences, un frère peut en cacher un autre, et le grand méchant est peut-être plus torturé qu’il ne semble. Puis, il y a les hommes dont les relations avec les animaux souvent dominants font le sel de la lecture.

© Ayroles/Masbou chez Delcourt
© Ayroles/Masbou chez Delcourt

Ici, résolument, rien n’est jamais évident, tout est subtil, même dans les retournements de situation et les péripéties extravagantes. Avec l’élégance des fines lames, Ayroles et Masbou clôturent en beauté et sans regret une bien belle histoire qui comptera dans l’histoire de la BD et … qu’ils continuent quand même jusque dans les deuxième et troisième couvertures. Avec une conclusion qui donne envie de relire toute la série. La boucle est bouclée, et de quelle manière!

de-cape-et-de-crocs-ayroles-masbou-acte-xii-tome-12-si-ce-nest-toi-couvertureSérie: De cape et de crocs

Acte: XII – Si ce n’est toi…

Scénario: Alain Ayroles

Dessin et couleurs: Jean-Luc Masbou

Genre: Cape et épée, Humour, Aventure

Éditeur: Delcourt

Collection: Terres de légendes

Nbre de pages: 48

Prix: 14,50€

Date de sortie: le 07/12/2016

Extraits:

Le Règne: incursion dans l’ère animale

Mais puisqu’on vous dit que la relève est assurée, on ne vous a pas menti. C’est une toute nouvelle série que lance Le Lombard en grande pompe en ce début d’année: Le Règne. Le Règne, c’est un peu le temps des premières fois pour deux auteurs en vue depuis un bon moment et issus de la même génération. Jamais Sylvain Runberg (dont nous buvions les paroles dans une récente interview) et Olivier Boiscommun n’avaient uni ensemble mots et dessins. Et pour le coup, c’est un terrain qu’il n’avaient peu ou pas exploré jusque maintenant que les deux auteurs explorent. Olivier n’avait jamais mis en images un récit dont des animaux anthropomorphes étaient les héros et, ça tombe bien, Sylvain Runberg n’en avait jamais écrit. Et à ces héros postapocalyptique, le duo leurs lèguent tous les pouvoirs… destructeurs.

© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard
© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard

Résumé de l’éditeur: Un tigre, une guéparde, un bouc. Un trio de mercenaires uni par cette réalité intemporelle : l’union fait la force. Surtout quand le monde dans lequel ils doivent survivre n’a jamais été aussi dangereux. Car le règne de l’Humanité est révolu. Et nos trois aventuriers ont à affronter son terrible héritage : des puissances naturelles destructrices…

Si, dans la série d’Ayroles et Masbou, la proximité entre animaux et hommes faisait le sel et même l’humour de la série (hilarant Monsieur d’Ortolan), la disparition de ces deuxièmes fait ici place à l’incertitude. La race humaine a-t-elle complètement disparue? Ne laissant ainsi que des ruines (ici, celles de grands monuments de Paris à la fois majestueux et inquiétants) et un monde climatique en roue libre dans lequel les espèces survivantes doivent survivre.

© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard
© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard

D’autant que la Saison des démons – reste d’un réchauffement climatique à son paroxysme? – approche et qu’il faut prendre les chemins de l’exode. Chiens, crapauds et autres élans sont en transhumance mais rien ne les prépare à affronter le tyran panda, les hordes de ratons laveurs et de castors bien décidés à profiter de leur situation pour asseoir leur suprématie. Mais voilà que surgissent trois héros. Des revenants, parfois marqués par un passé trouble, qui comptent bien se ranger, moyennant arrangement, du côté de la veuve et de l’orphelin, des faibles en général.

© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard
© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard

Cultivant l' »énigmatisme » et jouant du flou temporel, Runberg et Boiscommun élaborent une histoire qui, toute postapocalyptique soit-elle, revient dans un climat très médiéval. Dans cette lutte du bien et du mal, où chacun prend le chemin qui lui semble le plus apte à la survie, il faut se méfier de tout, l’animal est un gueux pour l’animal. Les combats s’enchaînent, sanguinolents, rusés, excitants, prodigieux mais les deux auteurs se gardent bien d’en faire succession sans fond. Du fond, il y en a et il y en aura, car ce n’est que le début de l’odyssée. En attendant, plus fort que la tempête qui fait rage dans ses pages, Olivier Boiscommun emporte tout sur son passage avec un graphisme impérial. Bestial et noble à la fois.

© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard
© Runberg/Boiscommun chez Le Lombard

Deuxième tome annoncé pour octobre de cette année!

le-regne-t-1-la-saison-des-demons-runberg-boiscommun-couvertureSérie: Le Règne

Tome: 1 – La saison des démons

Scénario: Sylvain Runberg

Dessin et couleurs: Olivier Boiscommun

Genre: Animalier, Héroïc Fantasy, Aventure

Éditeur: Le Lombard

Nbre de pages: 50 (+ 6 pages de cahier graphique)

Prix: 14,45€

Date de sortie: le 06/01/2017

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s