Olivier Juprelle, sinomaniaque, se revisite pour faire frémir notre « é…Chine »

olivier-juprelle-jeronimo-mardaga-sinomaniaque-tianjin

Dans un premier article critiquant son précédent album, Le bruit et la fureur, nous vous présentions Olivier Juprelle comme étant incandescent et grandiose. La donne n’a pas changé mais on avait oublié de vous préciser que le gaillard aimait aussi « globe-trotter ». C’est ainsi que, à l’instar de pas mal d’autres artistes belges qui ont suivi la route de la soie, en mars 2015, Olivier s’est retrouvé en Chine pour une dizaine de concerts. Une entreprise réjouissante, une expérience culturelle forte qui l’a rendu… Sinomaniaque. À tel point qu’il en a tiré un excellent album. 

On prend les mêmes et on recommence. C’est aussi vrai dans les chansons (issues du Bruit et la fureur mais aussi de l’EP Brulûres au second degré, et trois inédits) que sur scène. Sans emmener son band complet, Olivier Juprelle est parti avec son compagnon musical de longue date: Jérôme Mardaga (alias Jeronimo). Retrouvant l’essence pure et guitaristique, un esprit de bidouillage, les deux ont réinventé le répertoire francophile de l’ancien bassiste de Mud Flow. Les sublimes textes écrits par Arman Méliès, Joseph D’Anvers ou encore Frank Lastköl se ressentent encore plus dans cette expérience musicale qui revient à la pureté.

Ainsi, les pistes s’allongent par rapport aux morceaux originaux tandis que le temps s’arrête. Tout est affaire d’atmosphère. On se glisse facilement dans les clubs, les salles jusque-là ignorées, insoupçonnées, qu’Olivier a fréquentées durant son séjour. Ému, confie-t-il à qui l’interroge, devant la ferveur et les élans francophiles des Chinois. Sinomaniaque, c’est un tout, un tour de passe-passe, un pont jeté entre deux cultures mais également un pont vers soi-même qui invite l’artiste à se retrouver. À faire du neuf avec du vieux, à exalter les guitares. C’est finement joué! À faire frémir votre « é… Chine ».

En bonus, vous pouvez revivre quelques bouts de l’aventure chinoise d’Olivier Juprelle sur sa chaîne Youtube qui propose aussi quelques surprises comme des reprises « décomplexées » de Gérard Blanchard, Désireless ou même le Grand Jojo:

olivier-juprelle-jeronimo-mardaga-sinomaniaque-pochetteAlbum: Sinomaniaque

Artiste: Olivier Juprelle

Nbre de titres: 8

Durée: 48 minutes

Label: Gran Via

Page Facebook: Olivier Juprelle

Site internet: www.olivierjuprelle.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s