« Premier Contact » de Denis Villeneuve: une singulière et poétique entrée dans un nouveau genre

premier-contact-arrival-denis-villeneuve-vaisseau

Denis Villeneuve le voulait, et il l’a fait: « Premier Contact » est sa première incursion dans la science-fiction. Mais pas n’importe laquelle, puisque le réalisateur reste ici fidèle à lui-même, et livre une œuvre profonde, et intelligente, en adaptant le roman écrit par Ted Chiang, intitulé « L’Histoire de ta Vie (Story Of Your Life) », publié en 1998.

Critique de Julien Pierre

« Premier Contact », c’est totalement le contraire du « Independence Day: Resurgence » de Roland Emmerich sorti l’été passé. Ici, la science-fiction côtoie la poésie. Ne vous attendez donc pas à des explosions et des effets numériques titanesques, sans la moindre âme. Non, on est dans de la science-fiction minimaliste, prétexte à un scénario d’une portée inouïe.

Dans ce film, Amy Adams (formidable) incarne Louise Banks, docteur et professeur de linguistique mondialement convoitée, qui se trouve approchée par le gouvernement américain afin de traduire un langage extraterrestre, suite à l’apparition sur Terre de douze vaisseaux venus d’ailleurs… Avec l’aide de Ian Donnelly (Jeremy Renner, au rôle bien construit), elle cherchera à communiquer avec deux extraterrestres, surnommés Abbott et Costello, résident d’un des douze vaisseaux. Mais quelle(s) est (sont) donc la (les) raison(s) de leur venue ? Sont-ils là pour nous détruire (comme d’accoutumée), pour profiter de nos ressources, ou nous apporter un message, ou encore nous aider ?

premier-contact-arrival-denis-villeneuve-amy-adams-human

Villeneuve, ce génie! Son nouveau bébé brille en plusieurs points. Tout d’abord, sans jamais verser dans le « m’as-tu-vu », ce « Premier Contact » offre au spectateur de la science-fiction mûrement travaillée, au service d’une histoire dont la mise en scène, viscérale, nous livre ses réponses universelles avec construction. Ainsi, il semble évident que le personnage d’Amy Adams sort d’un drame récent, comme peuvent en témoigner ces différents flash-backs qui foisonnent durant l’avancement du travail de communication avec les extraterrestres (…). Pourtant, il se cache là une vérité bien différente… Villeneuve réussit ainsi à faire chanter le spectateur, ce qu’il n’avait pas vu venir.

premier-contact-arrival-denis-villeneuve-amy-adams-jeremy-renner-discussion

Ensuite, d’un point de vue technique, « Premier Contact » est d’une inventivité à couper le souffle. Rien qu’à la découverte de ces vaisseaux et de l’incursion de l’humain dans l’un d’eux, on est renversé (c’est le cas de le dire) par certaines idées qui apportent encore de nouvelles choses à la science-fiction telle qu’on la connaît au cinéma. Et puis, que dire de la bande-originale, signée Jóhann Jóhannsson, qui retrouve ainsi le cinéaste québécois après « Sicario » (2015) et « Prisoners » (2013) (et avant Blade Runner 2049), et dans laquelle une atmosphère sourde et des sons synthétiques marquent la présence extraterrestre. On est littéralement pris d’assaut par cette musique, qui nous agrippe alors sur notre siège, au fur et à mesure de l’histoire, passionnante.

« Premier Contact » n’est donc pas un film de genre comme on en a l’habitude d’en voir. Ici, il est avant tout question de rapport au temps, où vivre chaque seconde à son importance, et que la vie, même avec ses fatalités, vaut la peine d’être vécue. Mais cette histoire va encore plus loin, et traite de géopolitique liée à la nécessité de dialoguer, à l’universalité du langage entre n’importe quelle nation, n’importe quel type de vie. Voilà un film qui, d’un point de vue scénaristique, ouvre des portes, et qui, cinématographiquement, donne une œuvre très généreuse, à double entrée. Vous serez d’ailleurs très surpris, et heureux, de retrouver certaines images déjà vues plus tôt dans le film, mais avec une toute autre idée que celle que vous vous en êtes faite au départ.

Amy Adams as Louise Banks in ARRIVAL by Paramount Pictures
Amy Adams as Louise Banks in ARRIVAL by Paramount Pictures

Outre le fait que l’avenir de l’humanité s’est joué sur un appel décisif (…), cette première incursion dans le monde du divertissement par ce réalisateur extrêmement talentueux est une énorme réussite. Voilà qui est donc de bon augure pour la suite de « Blade Runner » (le classique de Ridley Scott), intitulée « Blade Runner 2049 », que Denis Villeneuve mettra en scène, et qui sortira en salle en octobre 2017. On s’en réjouit déjà !

premier-contact-arrival-denis-villeneuve-affiche-vaisseau-extra-terrestre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s