Chronosquad, les voyages (dans le temps) forment la… détresse

Alors, comme ça, encore un voyage dans le temps? Oui, Monsieur! Et vous ne pensez pas qu’il y a déjà eu assez d’histoires (illustres) traitant de ce thème? C’est un peu de cette manière que s’est invité le dilemme intérieur en commençant le nouvel opus (une petite brique) de Grégory Panaccione en compagnie du débutant (du moins dans ce genre) Giorgio Albertini. Mais ces deux conteurs qui s’essaient à la science-fiction décomplexée, à une époque où l’on part côtoyer Jeanne d’Arc comme on prépare ses vacances au Maroc, réussissent leur pari, avec brio qui plus est.

Résumé de l’éditeur: Bloch vient de recevoir l’appel de sa vie : il va enfin intégrer la mythique Chronosquad… pour une mission en Égypte antique ! Une banale fugue d’adolescents d’un centre de vacances que l’expérience de ses coéquipiers, Penn et Beylogu, devrait permettre de résoudre rapidement. Mais ce qui se présentait comme une balade temporelle de santé se transforme bientôt pour Bloch en voyage initiatique…

chronosquad-t-1-albertini-panaccione-p-24

Au moment de passer devant la timetable tout à fait ordinaire si elle ne proposait pas des voyages chimériques vers le Paris de 1789, le Gondwana du Crétacé ou encore le Jérusalem du Christ, Bloch n’en croit pas ses yeux. Sous ses allures maladroites, ce modeste docteur universitaire qui n’a pas vraiment brillé aux épreuves de formation se prépare à devenir un professionnel du voyage dans le temps. Un vrai, un dur, sans peur et sans reproche: un membre du Chronosquad.

chronosquad-t-1-albertini-panaccione-p-12

Et l’heure est grave, une jeune fille et son ami ont disparu, fuguant du centre balnéaire établi en Égypte Antique. A priori, ce n’est pas la période la plus craignos de l’histoire. Mais voilà, la fugueuse n’est autre que la fille d’un puissant magnat bancaire (et même le président de la banque centrale). Voilà donc Blotch contraint de jouer les Snake Plissken.

chronosquad-t-1-albertini-panaccione-p-22

Et voilà que s’installe l’histoire aussi délirante qu’épique d’Albertini et Panaccione. On rit beaucoup (à commencer devant cette critique à peine voilée d’une société de consommation poussée dans l’absurdité la plus complète) mais on se surprend aussi à avoir peur pour ce personnage. Et si, au départ, on a du mal à comprendre comment cette histoire mêlant Égypte antique, Renaissance et ère préhistorique va pouvoir tenir la route durant… quatre tomes de près de 240 pages; les deux compagnons de croisière temporelle nous rassurent vite: ils ne comptent pas nous laisser nous ennuyer et ne ménagent pas leurs effets et leur intrigue. Fou, dément, anachronique et improbable, voilà un trip qui nous plait bien!

chronosquad-t-1-albertini-panaccione-couvertureSérie: Chronosquad

Tome: 1 – Lune de miel à l’âge du bronze

Scénario: Giorgio Albertini

Dessin et couleurs: Grégory Panaccione

Adaptation des dialogues: Simon Kansara

Genre: Aventure, Humour, Science-fiction

Éditeur: Delcourt

Collection: Neopolis

Nbre de pages: 240

Prix: 25,50€

Date de sortie: le 05/10/2016

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s