Accordéon sous le bras, soleil dans la voix, Claudio Capéo, le beau succès de cet été

Il était temps! Ce matin, en entendant pour la (ou l’une des) première(s) fois l' »Homme debout » Claudio Capéo dans notre belge radio, je me suis dit qu’il était temps que j’en parle un peu. Car les coups de coeur, les coups de soleil (celui que trimbale Claudio dans sa voix et sur les touches de son accordéon), ça se partage.

Depuis son passage remarqué et remarquable (où il reprenait déjà Brel et Delpech) dans The Voice 5, c’est sûr que c’est un autre public qui a découvert Claudio Capéo, plus large et plus médiatique. Une bonne chose. Car Claudio, avec ses allures de Gavroche, on le dirait tout droit sorti du Amsterdam de Jacques Brel, tout accordéon en avant. Et la joie d’être là.

Son troisième album (éh oui, il y a une vie et le garçon avait du bagage avant d’arriver sur le plateau du télé-crochet de TF1) est comme ça, riche d’expériences et de multiculturalisme qu’il ne pouvait que partager. Sur les treize chansons de son dernier opus, il y a fort à parier que tout le monde se retrouvera dans ce mélange de plaisir, d’excentricité mais aussi de thèmes forts. Car comme il le chante si bien de sa voix chaude, certaines de ses chansons sont écrites sur le dos de la carte postale, dans l’envers du décor, sincère et réaliste. Citoyen d’une Paname un peu désenchantée, mais aussi de France et du monde, le Claudio a le don d’amener des thématiques délicates (« Je vous embrasse fort ») sans rien perdre de sa festivité, malgré quelques chansons parfois plus chagrines (le magnifique « Ambulance », « Dis-le moi » et ses divines trompettes ou le doux « Riche » adressé à son fils). Il en faut!

Car Claudio Capéo est un homme debout mais aussi vivant, un boute-en-train avec de l’âme dont les chansons évitent souvent la banalité des chanteurs qui souvent cartonnent le plus mais chantent pour ne rien dire. Et malgré une ou deux chansons plus formatées (Sexy Tropical), Claudio Capéo, cet accordéoniste-né, remporte vite l’adhésion avec cet album riche et à coeur (plutôt qu’à grenade) dégoupillé.

« Si je m’endors, me réveillerez-vous? » Oui, forcément. Et on ose espérer que Claudio Capéo battra le réveil de ces chanteurs endormis qui oublie parfois de fouiller leurs textes et de rechercher un peu plus leur musique.  Car Capéo prouve qu’on peut conjuguer talent, force d’interprétation et… succès non-démenti. Ce qui est toujours bon à prendre. En espérant le voir bien vite en Belgique. En attendant, on découvrira volontiers les deux premiers albums (« Miss Mondo » et « El Vagabond ») du trentenaire.

claudio-capeo-troisieme-album

Artiste: Claudio Capéo

Album: Éponyme

Nbre de titres: 13

Durée: 44’03

Maison de disques: Jo & Co

Date de sortie: le 16/07/2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s