La manufacture des belles enveloppes, bientôt inconnu à cette adresse

Le métro-boulot-dodo a du bon, du moins quand pire encore vous attend: la faillite, la perte de sens totale du travail accumulé pendant des années, le déboussolement. Un état d’esprit plus vraiment proche de l’Ohio que décrit à merveille l’OVNI et pas si facile d’abord « La manufacture des belles enveloppes », premier roman graphique de Chris Oliveros, fondateur des éditions canadiennes et anglophones Drawn & Quaterly.

la-manufacture-des-belles-enveloppes-chris-oliveros-p-10

Résumé de l’éditeur: L’action se déroule en Amérique du Nord, dans les années 1950. Chef d’entreprise, Jack Cluthers ne parvient plus à joindre les deux bouts. Petit à petit, il perd pied. Face à la concurrence industrielle, le commerce artisanal des belles enveloppes de papier est voué à disparaître. Cluthers délaisse sa vie familiale et s’acharne, envers et contre tout. Jusqu’à l’issue fatale.

la-manufacture-des-belles-enveloppes-chris-oliveros-p-2

Quand ça ne veut plus, ça ne veut plus. La courroie de la machine vient de casser pour la énième fois, et la petite manufacture de Jack n’a plus les finances pour la remplacer. Pire, il est acculé par les dettes. Ils sont loin les temps florissants, désormais les enveloppes, belles ou pas, sont dépassées. C’est d’un ringard d’en envoyer, quand des moyens autrement plus hype existent (Oliveros ne parle ni de sms ni d’internet, pourtant on y pense forcément). Et en attendant, la maison ne fait plus crédit et ça tombe bien ses créanciers ne le lui font plus non plus. Et c’est la dégringolade, dure et rapide.

la-manufacture-des-belles-enveloppes-chris-oliveros-p-4

Dans le livre de Chris Oliveros, on a l’impression de se retrouver dans un vieux jeu vidéo tout pourri, dépassé depuis des lustres, et ces couleurs trop vintage nous laissent penser que trop longtemps cette fabrique et ses trois artisans ont vécu dans l’insouciance, se sentant intouchables. Et le quotidien répétitif de se métamorphoser en monstre infernal. Le fantastique et le métaphysique s’invitent, la poésie suicidaire de la désespérance aussi. Et l’imaginaire d’Oliveros flirte avec celui, infernal, de Boris Vian. Dommage qu’à force de mécanique, l’auteur nous laissez assez froids.

MANUFACTURE DES BELLES ENVELOPPES C1C4.indd

Titre: La manufacture des belles enveloppes

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs: Chris Oliveros

Traduction: Laurent Triou

Genre: Drame, Fantastique

Éditeur: Delcourt

Collection: Outsider

Nbre de pages: 104

Prix: 15,50€

Date de sortie: le 17/08/2016

Extraits:

 

3 commentaires

  1. J’avais vu cet OVNI il y a quelques temps mais je l’avais laissé passer… Après avoir lu cet article, je vais rapidement corrigé ce raté… Il y a certains titres qui ont du mal à faire surface dans cet océan d’édition de la bande déssinée

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s