Loin de Dallas, Bobby change de linge au prix d’une migration bien compliquée

Après avoir conjugué ses démons dans Été 79 et Automne 79, un diptyque qui fait figure de jalon dans sa carrière, Hugues Barthe nous revient de manière un peu plus légère sans pour autant négliger, une nouvelle fois, la destinée de ses personnages, à cheval sur un entre-deux, fiers ou perdus d’une étape à l’autre de leur vie. C’est ainsi que nous rencontrons Bobby.

bobby-change-de-linge-hugues-barthe-p-14

Résumé de l’éditeur: Jeune homme issu de la classe populaire, Bobby débarque en ville avec la ferme intention de s’y faire une place, quitte à passer ses week-ends sous le toit délabré du foyer pour jeunes travailleurs. Jean Détalminil, gérant de la librairie dans laquelle Bobby travaille, remarque très vite le potentiel qui sommeille en son employé et décide de le prendre sous son aile. Bobby pose alors un pied dans un monde inconnu et fascinant : celui de la bourgeoisie. En côtoyant cette famille qui deviendra la sienne – il en épousera la fille – le jeune homme découvre l’aisance financière et surtout le foisonnement intellectuel dont il a toujours rêvé, bien loin du mutisme culturel de son arrière-pays natal. Pourtant, si Bobby se sent intimement appartenir à ce monde qui lui ouvre ses portes, la transition n’est pas simple, car le bagage qu’il traîne derrière lui ne s’abandonne pas si facilement…

bobby-change-de-linge-hugues-barthe-p-21

C’est pas Dallas, mais c’est tout comme. Pourtant, Bobby se serait bien passé du prénom dont l’ont affublé ses parents. Bobby comme l’autre idiot de cette série phare des ménagères de moins de 50 ans.  En plus, comme si ça ne suffisait pas, Bobby est la risée du lycée, tabassé car prétendument gay par une bande de crâneurs. Qu’elle est triste l’adolescence de Bobby qui ne peut même pas compter sur sa famille pour lui donner espoir. Chez lui, la télé est allumée du soir au matin et la misère a élu domicile dans cette chaumière qui ne respire pas franchement la joie de vivre entre un père infirme et imbibé, une mère qui essaye sans succès de joindre les deux bouts et une soeur qui ne vaut guère mieux. Pourtant, dans son malheur, Bobby a de la chance. Un vent favorable et un oncle bienveillant le tire de sa précarité pour l’emmener en ville, vers les strates plus élevées de la société. Homme à tout faire d’une  librairie qui a pignon sur rue, le jeune homme laisse ses regrets au vestiaire pour gravir les échelons sociaux, épouser la fille du patron, goûter aux signes extérieurs de richesse et nourrir ses envies d’écriture.

bobby-change-de-linge-hugues-barthe-p-21

Pourtant, plus que jamais, on n’oublie jamais d’où l’on vient et Bobby devient un hybride, un mutant pris entre deux courants qui ne se rejoindront jamais. Comment appartenir à un monde tout en faisant son deuil d’un autre. Migrant, transfuge, Bobby est chanceux mais pas pour autant heureux. Bobby, il arrive à l’heure, bien dans une époque où la quête d’identité est devenue cruciale et où les réseaux sociaux et les modes calibrent les images qu’on renvoie.

bobby-change-de-linge-hugues-barthe-p-17

Pourtant, revenons à notre Bobby, à l’époque, pas de nouvelles technologies mais des souvenirs qui reviennent à la longue englué l’esprit de ce jeune homme. Survivant de son enfance, sans en être réchappé, Bobby est symptomatique de milliers d’autres histoires, semblables… mais pas pareilles. Car ce serait oublié la manière toute personnelle dont Hugues Barthe crée ses histoires, lient ses personnages et les désunis. Entre paroles et non-dits. Bobby change de linge est un règlement de compte brillant (encore un dans la bibliographie de l’auteur), visant moins l’entourage du personnage principal qu’une chienne de société qui n’autorise pas tous les mélanges et dont le spectre rattrape Bobby. Pure fiction tellement vraie (et adressant quelques clins d’oeil autobiographiques), Bobby change de linge prouve que Hugues Barthe n’a pas fini de nous étonner, de son regard et son crayon si singulier et si ultra-réaliste, au pouvoir d’identification toujours plus prégnant.

bobby-change-de-linge-hugues-barthe-couvertureTitre: Bobby change de linge

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs: Hugues Barthe

Genre: Comédie dramatique, Chronique familiale

Éditeur: La boîte à bulles

Nbre de pages: 144

Prix: 18€

Date de sortie: le 24/08/2016

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s