La vieille, la brute et le truand, le tout au royaume du Père Noël

Encore une forêt! Décidément (voir , ou , ou encore, et )! Mais pas n’importe laquelle. Dans la Finlande de 1981, Abba « sings » dans toutes les radios du pays, et à l’abris du bruit du monde, il y a la forêt des renards pendus. Encore faut-il avoir le courage et la ténacité de s’y engouffrer. Imaginez un peu le trou perdu: cette dite forêt se situe à deux jours de marche du trou du cul du monde le plus proche, Pulju. Sans les nouvelles technologies et les réseaux sociaux actuels, qui aurait envie de se perdre dans cette étendue de sapins où le plus téméraire des ermites deviendrait fou. Pas un seul renard pendu, même. Mais un curieux trio de personnages rejoints par deux prostituées qui fête un Noël inouï. C’est leur histoire, bizarre, déjantée et au charme totalement nordique que Nicolas Dumontheuil raconte dans son nouveau livre. Tel un Sergio Leone qui aurait découvert la Laponie.

la-foret-des-renards-pendus-nicolas-dumontheuil-aurore-boreale

Résumé: Rafael Juntunen a peur. S’il avait pu s’échapper avec le butin d’un braquage qui avait mal tourné, son complice de l’époque avait été arrêté. Le temps a passé, ce dernier va sortir de prison et réclamer sa part. Seulement, Rafael ne veut plus partager. Il prend la fuite et se cache au fin fond de la Laponie, dans la forêt des renards pendus. Le gangster de trente ans, célibataire, ne voudra partager son butin avec personne mais il ne pourra pas rester tranquille bien longtemps, rejoint très vite par un ex-major de l’armée alcoolique mis sur la touche, et une Lapone nonagénaire en fuite. Les trois personnages vont résister à tout, aussi bien aux anciens complices de Rafael décidés à récupérer leur part du magot, qu’aux représentants de la « civilisation ». Mais on ne transgresse pas impunément les lois qui règlent la vie en société…

la-foret-des-renards-pendus-nicolas-dumontheuil-planche-5

De l’or en barres, de quoi exalter les passions des plus terre-à-terre, c’est toujours comme ça que les histoires westerneuses commencent. Pourtant, c’est dans un tout autre décor que Rafael nous entraîne. Et son or, venu d’Australie, Rafael ne compte pas le partager. Car sous ses dehors de gendre idéal, sans peur et sans reproche, Rafael est un voyou. Un gangster qui, pour rien au monde, ne voudrait se salir les mains en basses besognes pourtant. Mieux vaut laisser ça à d’autres. Comme son ex-associé qu’il a laissé furax entre les quatre murs d’une prison. Débarrassé momentanément de cette aiguille dans le pied, Rafael compte bien se faire oublier, loin des yeux, loin du coeur social, au pays des sapins et du père Noël. Sauf que comme cadeau, le vieillard le plus aimés des gamins a réservé à Rafael une surprise de taille. Voilà que sur la route du fuyard, se dresse désormais un vétéran de l’armée alcoolo mais toujours aussi brutal en quête d’une gloire et d’une richesse illusoire… jusqu’à tomber sur le filon de Rafael. Mais aussi,  une gentille vieille qui, elle, n’aspire qu’à vivre encore un peu plus sa liberté de femme d’un autre temps qu’on voudrait oublier dans un home. Le trio se forme, aussi improbable soit-il, entre choc des cultures et des personnalités. Bientôt rallié par un garde-forestier, deux prostituées et le fameux associé de Rafael qui ne rêve que de voir celui-ci raide mort.

la-foret-des-renards-pendus-nicolas-dumontheuil-planche-1

De cette forêt (plus vraiment) isolée et truffée de pièges à renard et du livre d’Arto Paasilinna paru il y a plus de trente ans, Nicolas Dumontheuil réussit un récit sépia où le vaudeville frappe à l’orée du bois, où les personnages caricaturaux sonnent vrais et en imposent par leur aura. Des gags bien sentis et un charme tout finlandais (on pense notamment à Kaurismaki) conjuguent l’absurde et le récit de grande aventure. Celle que le lecteur lit dans le poker-menteur de ces trois personnages principaux. On s’amuse sans oublier que la fin de l’insouciance n’est jamais loin, armée d’un pistolet chargé à ras-bord de l’envie d’effacer la trahison. Comme dans les films de super-héros, restez jusqu’à la fin pour déguster un épilogue délicieusement orchestré. Pas de quoi attendre l’hiver et le feu de bois pour s’immiscer dans l’intimité de ces drôles de héros.

la-foret-des-renards-pendus-nicolas-dumontheuil-couvertureTitre: La forêt des renards pendus

D’après La forêt des renards pendus d’Arto Paasilinna

Scénario et dessin: Nicolas Dumontheuil

Genre: Huis-Clos, Comédie

Éditeur: Futuropolis

Nbre de pages: 144

Prix: 21€

Date de sortie: le 25/08/2016

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s