BSF: Du groove et des gouttes, les Fun Lovin Criminals en anti-stars par excellence

BSF, Day 7, journée grise et pluvieuse, une pile de parapluies s’amoncelle à côté de portique de sécurité du Mont des Arts. Les gens n’ont manifestement pas pris le temps de lire les consignes. J’arrive devant la scène, c’est clairsemé. Keziah Jones monte sur scène, Jazzmaster surf green en main. Deux titres bluesy pour lancer l’histoire avant déjà de s’attaquer à l’acoustique sur son modèle signature.

Keziah Jones - Concert - Brussels Summer Festival

Et là, surprise : tel Pirlouit qui joue la balade du chevalier pendu sur une corde, la guitare de Keziah n’en comporte que deux! De quoi lui suffire amplement pour enchaîner les titres. Le public arrive petit à petit, la place semble épargnée par les gouttes, l’ambiance monte à chaque titre, mais pas de quoi transcender la foule. Il me prend soudain l’envie de faire un saut jusqu’à la salle de la Madeleine pour la soirée ‘chanson française’. Grand mal m’en a pris. J’arrive en fin de concert du groupe Delta.

Delta - Concert - Brussels Summer Festival

Trois minets prétentieux avec un accent à faire pâlir le Gonzague de Richard Ruben, ou le fils de Sarkozy dans son quartier cosy de Neuilly. Le batteur frappe sans cesse sur son seul et unique pad électronique, on n’avait plus vu ça depuis ‘Partenaire Particulier’! De la pop à deux balles, de la bonne daube, en fait. La même question resurgit à chaque fois dans ce genre de situation : mais qui est derrière pour qu’ils disposent d’une telle visibilité ?

Fun Lovin Criminals - concert - Brussels Summer Festival 2016 (3)

Retour en vitesse au Mont des Arts, donc, les Fun Lovin Criminals déboulent sur scène. Des anti-stars : chemise blanche, casquette de base-ball New-York sur la tête, large sourire, c’est parti. Ça groove incroyablement alors qu’ils ne sont que trois sur scène ! Ces gars font de la musique pour se marrer et ça se voit. Le chanteur, parle, raconte, communique avec un public conquis. Pas de répit, les titres s’enchaînent, on ne voit pas le temps passer. Le public aura aussi un large sourire quand, alors qu’ils sont en train de jouer, leur backliner passe avec un joint auprès de chaque musicien afin qu’ils puissent ‘taffer’ un coup… cool les mecs. Et qu’est-ce que ça groove, en plus!

Fun Lovin Criminals - concert - Brussels Summer Festival 2016 (2)

Une chronique d’OF!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s