Esperanzah 2016, jour 2: retour en images

15 ans, c’est jeune. C’est l’âge du Festival.

15 ans, c’était l’âge des premiers rangs du concert de Big Flo & Oli côté cour.

Mais Esperanzah, c’est aussi des artistes éternels, qui semblent si loin de leurs quinze ans et pourtant si jeunes une fois sur scène. Après Lee Scratch Perry vendredi, le coup de coeur de ce samedi était ce joli coeur de 77 ans, Calypso Rose, qui en enchanté le public toutes générations confondues. Taquine, elle n’a pas résisté à l’envie de faire une déclaration d’amour à un photographe en frontstage, les yeux dans les yeux.

Ce samedi, les bonnes raisons ne manquent pas de monter côté jardin, de redescendre côté cour et de faire une halte dans le village des possibles, au ballodrome voire de monter jusqu’au toit du monde, les jardins suspendus.

Arts de la rue, l’actualité revisitée par douze clowns caustiques, un détour par les stands des associations dont le Collectif (namurois) Citoyens Solidaires qui dans une belle métaphore « tisse des liens » à l’entrée du village des possibles.

Sans oublier bien sûr les artistes qui ont emmené le public ailleurs, d’Anoushka Shankar – la fille de Ravi – à Manu Chao en passant par Ana Tijoux.

Des styles et ambiances différentes mais avec le sourire de Calypso Rose en filigrane de cette journée du samedi.

Retrouvez le programme du dernier jour sur http://www.esperanzah.be

Photos et compte-rendu: B. Demazy

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.