L’odeur des garçons affamés, le western comme exorciseur

Décidément, la bande dessinée n’en finit plus d’user ses semelles dans les déserts poussiéreux et les canyons dantesques des westerns oubliés et, récemment, remémorés. Nouvel exemple en date, L’odeur des garçons affamés, un western fiévreux et spirite emmené au trot et sans précipitation par Loo Hui Phang et sublimé par le savoir-faire de Frederik Peeters (voyez plutôt les bonus en fin d’article!). 

L'odeur des garcons affames - Loo Hui Phang - Frederik Peeters - Paysage western

« L’enfer, c’est les autres » et il commence toujours à trois. C’est irréfutable. Et dans ce paradis d’or, de terre et de pierre que constitue ce désert des pionniers, la logique sartrienne n’a peut-être jamais été autant véridique. D’abord, il y a ce photographe, Oscar, qui a trouvé dans cette expédition le moyen de fuir un sombre passé d’arnaqueur et s’est engagé à faire documentation en immortalisant ce désert, ce canyon et surtout leurs habitants comanches.

L'odeur des garcons affames - Loo Hui Phang - Frederik Peeters - Oscar photographe

Puis, il y a ce géologue, Stingley, pionnier qui analyse en rentabilité les vastes plaines encore sauvages qui s’étendent sous ses yeux. Des yeux prospecteurs qui voient déjà des usines remplacer la tranquillité et la pureté des lieux. Des yeux avides déjà prêts à bien des sacrifices, bien plus que Stingley veut bien l’avouer à Oscar.

L'odeur des garcons affames - Loo Hui Phang - Frederik Peeters - geologue

Enfin, il y a Milton, le boy, le garçon à tout faire au caractère bien trempé et dont les vêtements dissimulent en fait un secret improbable. Autour d’eux, c’est l’immensité, des âmes qui épient et la mort toujours aux trousses et à l’apparence d’un sinistre homme en noir.

L'odeur des garcons affames - Loo Hui Phang - Frederik Peeters - Milton

Et si le géologue se braque sur sa vision mégalomane, Oscar et Milton s’apprivoisent dépassant la relation que la promiscuité oblige pour mieux rivaliser d’ambiguïté. Car dans cette nature imprévisible, c’est à l’humanité qu’il faut se raccrocher pour ne pas succomber aux phénomènes nocifs et aux fantômes déroutants.

Et l’univers que développent Loo Hui Phang et Frederik Peeters est à ranger aux côtés du Melvile de Romain Renard. Sauf qu’ici, c’est le soleil de plomb (celui de Leone marquant à jamais la peau de Tuco) et le désert qui ont pris la place de la forêt et de la noirceur pour exorciser les humains et exhiber leurs démons, leur secret.

L'odeur des garcons affames - Loo Hui Phang - Frederik Peeters - spirite

Initiatique et onirique, éprouvant et enivrant, L’odeur des garçons affamés est tout bonnement redoutable.

L'odeur des garcons affames - Loo Hui Phang - Frederik Peeters - Couverture

Titre: Le goût des garçons affamés

Histoire complète

Scénario: Loo Hui Phang

Dessin et couleurs: Frederik Peeters

Genre: Western, Fantastique

Éditeur: Casterman

Nbre de pages: 112

Prix: 18,95€

Date de sortie: le 30/03/2016

Extraits:

Mais ce n’est pas fini! Pour une fois qu’on parle du travail de Frederik Peeters, allons-y franchement. Une fois un album en main, on oublierait facilement la quantité incroyable de recherches qui ont été faites pour en arriver à l’emballage final. Sur son Tumblr, Frederik Peeters gâte ceux qui le suivent en proposant quelques trésors.

Comme les recherches nécessaires pour trouver la bonne couverture de l’album:

Ou les recherches de personnages mais aussi de décors:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s