Interview avec Régis Hautière et Renaud Dillies sur le chemin d’Alvin

Connaissez-vous Alvin? Avec ses traits si simples et sa richesse, ce petit bonhomme a bouleversé la vie de bien des lecteurs. Nous vous en parlions ici et nous avons profité de la Foire du livre pour en interviewer, sommairement, les auteurs, Régis Hautière au scénario et Renaud Dillies au coup de crayon.

Bonjour Régis, bonjour Renaud, vous achevez votre deuxième diptyque. Après Abélard, vous avez prolongé l’aventure avec Alvin, comment cela vous est-il venu?

Régis: Il y a deux choses qui ont joué. À la fin d’Abélard, on sentait qu’on avait fait le tour de ce personnage. Par contre, on avait laissé Gaston en friche, en plein changement. Au début de l’histoire, on avait bien senti que Gaston était perturbé suite à sa rencontre avec Abélard. Il était en plein changement intérieur, on avait envie de poursuivre avec ce personnage-là.

Puis, il y a eu tous les retours positifs qu’on a reçus des lecteurs. Ils nous ont donné envie de leur faire plaisir, de remettre le couvert et de continuer l’aventure avec Gaston dans le même genre d’univers. En essayant de garder ce qui avait fait le charme d’Abélard.

Renaud: De laisser Gaston, comme ça, tout seul, un peu perdu à New York, j’avais eu un petit pincement au coeur. Avec le retour qu’on avait eu, et parce qu’on n’avait pas envie de s’arrêter là, on a créé Alvin.

Alvin - T.2 - Le bal des monstres - Hautiere - Dillies - radeau

Alvin qui est un petit personnage crapuleux, toujours a faire les 400 coups et à exaspérer Gaston. Et pourtant le duo fonctionne.

Régis: Autant Abélard était l’antithèse de Gaston. C’était un jeune adulte mais il avait la naïveté de l’enfance. Il avait une ouverture complète au monde – qui le protégeait aussi finalement puisque sa naïveté l’empêchait de voir quand on lui voulait du mal – tandis que Gaston, lui, était assez fermé  au monde, on sentait qu’il avait vécu des choses assez dramatiques et qu’il s’était forgé une carapace pour se protéger des choses de la vie.

Dans Alvin, on confronte Abélard à un réel enfant mais qui a déjà vécu des choses très perturbantes: l’abandon du père, la mort de la mère etc. Et il est une sorte de mini-Gaston. Et Gaston se retrouve face à un double, tout en fragilité enfantine, qu’il va devoir – une nouvelle fois- protéger contre le monde extérieur. Après un premier échec avec Abélard qu’il n’a pas su protéger, il va tenter de ne pas faire les mêmes erreurs avec Alvin. C’est ce qui va contrecarrer cette confrontation frontale.

Alvin - Hautière - Dillies - Tome 1 - Planche (16)

Alvin, il est si simple et en même temps si riche, comment l’avez vous créé?

Renaud: C’est d’abord l’idée de Régis. Mais sur le côté graphique, c’est venu assez facilement en lisant et en en parlant. Comme pour Abélard, en fait, il y a toujours cette facilité avec Régis, il se fond vraiment dans l’univers des auteurs. Et au moment où il m’expliquait l’histoire, je voyais déjà les personnages.

Régis: La grande force du dessin de Renaud, c’est qu’il arrive avec relativement peu de traits à exprimer et faire passer un tas d’émotions. Son graphisme dégage plein de choses. Son trait, on le reconnait tout de suite. Et, si je me souviens bien, au moment de créer Abélard, j’avais une idée floue du personnages et j’avais demander à Renaud de faire des recherches de personnages. J’ai pioché dans ceux-ci pour construire l’histoire que j’avais écrite. Des personnages sont arrivés en cours de route, non-prévus dans le synopsis et directement inspirés des recherches de Renaud.Alvin - T.2 - Le bal des monstres - Hautiere - Dillies - Jimmy

Dans ce tome 2, il y a cette idée magique: le personnage de Jimmy qui, s’il n’a ni bouche ni nez, s’exprime par le biais de dicton qu’il pioche dans son chapeau.

Régis: La part de fantastique d’Abélard était le chapeau qu’on réutilise un peu dans Alvin. Et, en plus, au duo initial, je voulais amener un troisième personnage, plus lunaire, qui apporterait toute la poésie perdue avec la disparition d’Abélard. Sinon, avec Alvin, on perdait la naïveté et la poésie qu’elle véhiculait. Ce Jimmy Pumpkins est un peu fou fou, on ne sait pas trop ce qu’il fait là, et apporte cette touche de magie et de poésie.

Renaud: Dès que Régis m’a parlé de ce personnage, avec le Pumpkins, on sentait bien qu’il devait avoir une grosse tête. Puis, sans bouche, sans nez, graphiquement, c’était simple et très limité. Mais le corps devait parler, du coup, je l’ai fait filiforme, sans qu’il sache vraiment comment s’asseoir. Puis, comme il provenait d’un groupe de monstre, je l’ai fait différent, plus grand, incapable de se tenir droit dans sa cage. C’est un grand bizarre. Et Alvin lui donne ce chapeau. Il y a cette idée de gamin dans un monde d’adulte.

Alvin - T.2 - Le bal des monstres - Hautiere - Dillies - prêtre

Parlons de ces monstres, ils ne sont pas ceux qu’on croit, finalement, non? Les thématiques sont contemporaines.

Régis: Oui, tout en étant universelles. Le racisme, ce n’est pas neuf. Déjà quand Abélard était sorti, il mettait en scène des Roms, et, en France, on était en plein dans cette polémique. L’actualité nous avait rattrapés mais, de tous temps, les roms ont été pris comme bouc-émissaires. Puis, dans Alvin, les thèmes traités, le racisme, l’intégrisme religieux, étaient déjà présents il y a deux mille ans.

Vous emmenez vos personnages dans le bayou!

Régis: Dès le début, c’était prévu, je voulais que l’histoire d’Alvin fasse une boucle avec celle d’Abélard. Abélard, son histoire commençait dans un marais – ukrainiens mais inspirés des Hortillonages d’Amiens, où je vis – et je voulais que l’aventure d’Alvin y finisse dans cet endroit champêtre, idyllique avec de l’eau, de la verdure et des cabanes. D’où le choix de la Louisiane et la musique.

Alvin - T.2 - Le bal des monstres - Hautiere - Dillies - bayou

J’imagine que vous n’avez pas été jusque là-bas!

Régis: On aurait bien voulu, on a soumis l’idée à notre éditeur mais il a dit non.

Cela dit, il faut quand même arriver à le représenter ce bayou.

Renaud: Forcément. J’ai beaucoup écouté de musiques blues, cajun, et j’avais cette imagerie dans ma tête. Même sans y être jamais allé. Après, tout le monde peut s’imaginer un bayou, mais ça reste des images. Et j’en joue. J’ai quand même fait des recherches, j’ai regardé quelques photos histoire de voir si j’étais sur le bon chemin et que je ne me faisais pas trop un film. Voir ce qu’était un palétuvier. Il faut quand même être crédible, il ne faut pas que ce soit un cerisier. Après, j’ai surtout tenté de recréer une impression de bayou, cette ambiance moite, très humide et, en même temps, pénible et rappelant les marais d’Abélard.

À la fin, Gaston s’en va laissant Alvin dans la quiétude retrouvé. Mais il pourrait y avoir d’autres projets, non?

Régis: Pour l’instant, non, mais ce n’est pas impossible.

Alvin - Hautière - Dillies - Tome 1 - Planche (7)

Quels sont vos projets, sinon?

Renaud: Je prépare un one shot, au scénario comme au dessin. Ça s’intitulera Loup, comme l’animal et comme le masque, aussi. C’est un loup qui est en fait amnésique et j’essaie de recomposer son histoire.

Régis: Les suites de mes séries en cours. Le quatrième tome de la Guerre des Lulus chez Casterman, le 16ème Aquablue chez Delcourt, le deuxième tome des Spectaculaires chez Rue de Sèvres.

Puis, là, je travaille sur le deuxième tome de Trois Grognards, dont le tome 1 sortira en mai chez Casterman. Sur un ton humoristique et mélangeant suspense et aventure en suivant l’aventure de trois soldats dans l’armée napoléonienne du début XIXème.

Enfin, chez Rue de Sèvres, je travaille sur le pilote d’une nouvelle série de one shot inspirée d’une célèbre émission de radio: Rendez-vous avec X. Il y aura de l’espionnage et de grandes affaires qui ont explosé au cours du XXème et du XXIème siècles.

Alvin - T.2 - Le bal des monstres - Hautiere - Dillies - bandits

Enfin, nous sommes à la Foire du livre de Bruxelles. Que cela vous évoque-t-il?

Renaud: C’est un truc qui doit exister, c’est super, c’est génial, en plus le batiment est juste superbe. Et cette année, c’est gratuit, c’est une initiative formidable qui va ramener encore plus de gens, qui vont encore plus lire, plus ouverts à la lecture. Pour les rencontres, par contre, avec le lecteur, c’est un peu la course, donc je préfère les petits libraires.

Régis: Maintenant, l’univers des salons, on commence à connaître. Ce sont des grandes messes, pas forcément un passage obligé mais ça permet de revoir du monde, les copains auteurs, les éditeurs et même des acteurs du milieu du livre qu’on ne voit pas toujours, ceux qui défendent nos livres.

Merci beaucoup à vous deux!

Alvin - T.2 - Le bal des monstres - Hautiere - Dillies - couverture

Série: Alvin

Tome: 2/2 – Le bal des monstres

Scénario: Régis Hautière

Dessin: Renaud Dillies

Couleurs: Christophe Bouchard

Genre: Conte initiatique, aventure

Éditeur: Dargaud

Nbre de pages: 56

Prix: 13,99€

Date de sortie: le 22/01/2016

Extraits:

Notons que Renaud Dillies sera en belges dédicaces ce 26 février à la librairie Fanfulla de Tournai et ce 27 février à la librairie Forbidden Zone de Bruxelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s